mardi 31 mai 2011

The Dirty Talk Of The Town

From The Awl :

»» The Dirty Talk Of The Town: Profanity At "The New Yorker"

A compendium of New Yorker firsts in vulgarity!

Photographes de guerre

From the New York Times Lens Blog:

»» Bryan Denton Has Distinguished Himself in Libya, C. J. Chivers Reports. And Denton Shares His Story With Lens. - NYTimes.com

Q. What precautions are you taking?

A. Chris [Chivers] has been great to work with on this story because, as a former Marine with many years of war reporting under his belt, he has a great deal of experience and perspective on how battlefields work and shift.

In Misurata, a great deal of planning and thought went into each story before we reported it; finding out what exactly was happening at the locations we were planning to report from, how we were planning on moving there and how much time we wanted to spend on the ground. Misurata is not a place where you want to hang around on the street and wait for stuff to happen.

Whenever we were outside of the compound we were staying in, we were wearing full body armor, including eye protection. We carried personal medical kits, including tourniquets, in case one of us was wounded while reporting. We’d check with each other periodically, and when it was decided that both of us had what we needed for the story, we’d pull back to our safe house, and get to work on filing the day’s story.

Les correspondants et photographes de guerre en Lybie et en particulier à Misrata. A lire absolument, un article qui explique magnifiquement ce qu'est le travail des correspondants et photographes de guerre.

Mon hobby

Maintenant quand on me demande ce que je fais de mes loisirs je dis que je suis blogueur. C'est mon hobby. On me demande sur quoi je blogue, je réponds que je blogue sur ce qui m'intéresse sans domaine de référence, sur les choses qui m'étonnent ou me ravissent ou me mettent en colère, des choses qui ne me laissent pas indifférent en tout cas, "presque rien sur presque tout" comme le dit le sous-titre de ce blog. Avec une préférence pour certains thèmes : principalement sur ce que le bloggeur Jason Kottke a baptisé les "liberal arts 2.0" mais aussi les Etats-Unis (toutes les facettes de ce pays et de cette civilisation que j'aime beaucoup), l'aviation, la technologie, le Web, les sciences sociales, la littérature (américaine ça va de soi!), parfois un peu de politique...) Certaines personnes bricolent pendant leur temps libre, font du sport ou vont a la pêche ou jardinent ou bien jouent à des jeux vidéo ou s'occupent de leur collection de timbres ou encore participent à des associations ou vont au cinéma ou lisent des livres (là il n'y en a pas beaucoup!) ou font je ne sais quoi qui les passionnent pour s'occuper. La plupart des gens regardent passivement la télévision, en fait. Moi je cherche des choses intéressantes, enfin qui correspondent à mes diverses obsessions et préoccupations, sur le Web et je les fais partager à mes quelques lecteurs. Et pour faire bonne mesure quand l'envie m'en prend j'écris de petits textes, soit sur moi et sur ce qui m'arrive soit sur les choses que je pense et que j'ai envie de partager. Je fais ça avec plus ou moins de constance et le même succès médiocre, mais qui me va bien, depuis dix ans. J'aime le Web, passionnément, c'est là l'essentiel.

lundi 30 mai 2011

Pitch and power...

From Flight Level 390, a captain blog, on the crash of AF447 :

»» Flight Level 390: Midnight Meditations

The aircraft gave up the protection of Normal Flight Laws and fell into Alternate Flight Laws which is a different ball game. The co-pilots did recognize that event. They were aware of conflicting data from the ADC (air data computers). But why did the two young bucks (quoting one of my retired Captain buds) start increasing pitch angle? Why didn't they ignore the bogus data and fall back on pitch and power? Why, why, why... ?

For one, I am intensely interested in the minuscule details of this event and will read the 200 plus page accident report when it is published.

This post written on the fly, so to speak. I am in the middle of a four day transcon trip. Fly all night and sleep all day... The vampire sched.

Life on the Line continues... Remember, when all else fails... Pitch and power.

Devise spinozienne

ZZ03DD5255

 

Inspirée par John Bailey et réalisée avec Keepcalm-o-matic.

dimanche 29 mai 2011

Google street view art

»» A New American Pictures par Doug Rickard et composé d'images captures d'écrans de Google Street View. C'est génial et l'idée est excellente.

A New American Pictures, Buffalo NY 2009

Buffalo, NY, 2009 Google Street View et Doug Rickard.

Lila Azam Zanganeh and Nabokov

From The Guardian :

»» Lila Azam Zanganeh: 'I've always wanted to push myself to do things I don't know how to do'

Zanganeh, who is 34, has just published her first book, a deeply unconventional, even eccentric, study (although "study" is hardly the right word) of the Russian émigré writer. The Enchanter: Nabokov and Happiness is a book that's almost impossible to describe, being so unlike anything else I've ever come across. Although it contains elements of memoir, biography and criticism, it might more accurately be described as a playful, semi-fictionalised sequence of elaborations – or variations – on the experience of being a passionate Nabokov reader. There's no linear narrative, no sustained argument. Its approach is episodic, fragmentary.


Each chapter addresses the central theme – Nabokov's concept of happiness – from a fresh angle. So one chapter, inspired by a Q&A passage in James Joyce's Ulysses, consists of the complete transcript of an imaginary interview between Zanganeh and Nabokov that took place, she tells us, on the shores of Lake Como "about 10 months after he completed Ada" (that is, nearly a decade before she was born). Another is a compendium of dazzling Nabokovian words, replete with definitions: "cochlea", "hymenopteroid", "lambency", "uvula".

samedi 28 mai 2011

Mind-boggling

»» Report Details Last Minutes of Doomed Air France Jet - NYTimes.com

Safety experts said they were stunned that the pilots had been unable to recover from the stall.

“It is mind-boggling that an aircraft can stay stalled for that long,” said William R. Voss, president of the Flight Safety Foundation in Alexandria, Va. “This was a perfectly flyable aircraft that was mishandled from 35,000 feet all the way down to the surface.”

Nonetheless, Mr. Voss, who has no involvement in the French investigation, said he was hesitant to blame the crew.

“Those pilots did not plan to die that night,” he said. But their apparent focus on responding to the alarms and system failures, while failing to keep the plane at the proper attitude and power settings, suggests “there might be something either in their experience or their training that caused it to happen,” he said.

Mind-boggling : qui défie l'imagination, extraordinaire. C'est le mot approprié. Il n'y a aucune explication, pour le moment, au fait que les pilotes n'aient pu rattraper l'avion engagé dans un décrochage à plat à haute altitude, alors que les commandes répondaient et que les moteurs fonctionnaient normalement et répondaient aux commandes.

The Geosocial Universe In 2011

»» Infographic: A Look At The Size And Shape Of The Geosocial Universe In 2011

Some other notable trends in the geosocial universe, courtesy of JESS3:

  • Mobile: 5.3 billion mobile devices are used worldwide — that’s 77 percent of the world’s population
  • Smartphones: 21.8 percent of all mobile devices are smartphones. Despite what one might think, Apple does not top the list in sales—Nokia does
  • Skype: Mobile usage continues to increase thanks to Skype’s wise investment in apps and its mobile platform
  • Facebook: Now tops 629 million registered users with almost 250 million people accessing the site via mobile
  • Qzone: China’s version of Facebook, Qzone, is experiencing supernova-like growth with 480 million registered users
  • Twitter: Broke the 200 million registered user mark with nearly 40 percent of people tweeting via mobile
  • Email: Hotmail still dominates email, but Gmail is gaining fast
  • Yelp: Yelp is topping 50 million unique visitors per month. Its move to team up with OpenTable earlier this year will only increase its relevancy
  • Foursquare and Gowalla: These geosocial specialists are still growing, but growth seems to be slowing down a bit

The average reader

"My standard for verisimilitude is simple and I came to it when I started to write prose narrative: fuck the average reader. I was always told to write for the average reader in my newspaper life. The average reader, as they meant it, was some suburban white subscriber with two-point-whatever kids and three-point-whatever cars and a dog and a cat and lawn furniture. He knows nothing and he needs everything explained to him right away, so that exposition becomes this incredible, story-killing burden. Fuck him."

David Simon

(found there)

vendredi 27 mai 2011

Le crash d'AF 447

Selon le rapport du BEA, le vol AF 447 Rio-Paris à encadré la planète (en l'occurrence l'Océan Atlantique) à peu près à plat (angle cabré de 16° et roulis sur la gauche de 5,3°). En pleine nuit, après que les données de vitesse aient disparues ou aient été rendues indisponibles à cause du givrages des tubes de Pitot, l'avion a décroché à 38000 pieds et il est tombé du ciel à la vitesse de 10000 pieds/minute pendant 3 minutes et trente secondes. Si l'on en croit le BEA, l'équipage ne s'est quasiment pas rendu compte qu'ils tombaient, ils étaient désorientés par l'absence de données fiables des instruments et maintenaient la position de l'avion cabrée, alors que la règle pour stopper un décrochage est de mettre le manche au tableau (en avant) pour faire piquer l'avion du nez et lui permettre de reprendre de la vitesse et de la portance.

Un décrochage c'est quand l'avion n'a plus assez de vitesse et les ailes plus assez de portance, c'est donc quand un avion tombe en chute libre par faute de vitesse. Une alarme retentit dans le cockpit, une voix robotique dit "stall, stall" et le manche à balais se met à vibrer fortement pour alerter le pilote (on appelle ça un "stick shaker"). L'avion ne pique pas du nez, il tombe, c'est tout, parfois avec un fort roulis à gauche et à droite et même souvent il se retrouve sur le dos. Mais là, non, semble-t-il.

Si ça se trouve les pilotes, l'esprit occupé à essayer de savoir où ils en étaient de leur vitesse et de leurs instruments (leurs derniers mots ont été "on n’a aucune indication qui soit valable") n'ont même pas entendu ou prêté attention à l'alarme de décrochage. Ça arrive, c'est prouvé.

Un de mes amis pilote de loisirs m'avait raconté qu'en avion de tourisme, dans le noir ou la brume, donc sans repères au sol ou une vue sur l'horizon, et sans instruments on avait environ deux minutes avant de se crasher. Un A330 n'est pas un avion de tourisme mais au fond il vole pareil. La descente du vol 447 a duré 3 minute trente secondes avant le crash.

Boston Logan : heavy traffic!

Allez, encore un petit timelapse d'avions!

jeudi 26 mai 2011

Launch!

J'ai vraiment du mal à résister à ce spectacle. Déjà quand j'avais dix ans je me régalais des décollages des Saturn V.

At the airport

A Week At The Airport [Une Semaine à l'aéroport] est un génial petit livre d'Alain de Botton (dont j'adore aussi les autres livres, j'ai du lire au moins cinq fois How Proust Can Change Your Life [Comment Proust peut changer votre vie]). L'auteur a été désigné comme "écrivain en résidence" au Terminal 5 de l'aéroport d'Heathrow pour une semaine, accès illimité à tous les secteurs du terminal et un bureau placé au centre du hall des départs entre les zones D et E! Il en sort un petit livre sympathique écrit avec ce chic et cet humour distancé typiquement britannique, ce ton très stiff upper lip qui sont les marques de fabrique d'Alain de Botton.

J'ai envie de vous distiller quelques phrases du livre qui m'ont particulièrement bien plu, comme par exemple cette scène où le narrateur rencontre le chapelain anglican de l'aéroport, en zone duty free:

"What do people tend to come to you to ask?" I enquired of the Reverend Sturdy as we passed by an outlet belonging to that perplexing indefinable clothing brand Reiss.

There was a long pause, during which a disembodied voice reminded us once more never to leave our luggage unattented.

"They come to me when they are lost", the Reverend replied at last, emphasing the final word so that it seemed to reflect the spiritual confusion of mankind, a hapless race of beings described by St Augustine as "pilgrims in the City of Earth until they can join the City of God".

"Yes, but what might they be feeling lost about?"

"Oh," said the Reverend with a sigh, "they are almost always looking for the toilets."

mardi 24 mai 2011

70

Zimm

M. Robert Zimmerman, plus connu sous le nom de Bob Dylan, a soixante dix ans aujourd'hui. Way to go, Bobby!

May you stay forever young
Forever young, forever young
May you stay forever young.

O'Bama

»» Obama Gets In Touch With His Irish Roots : NPR

Obama Gets In Touch With His Irish Roots   NPR

(Photo Irish Government - Pool/Getty Images)

"My name is Barack Obama, of the Moneygall Obamas, and I've come home to find the apostrophe we lost somewhere along the way,"

Ras le bol!

»» Mon ami R.J. du Daily Blague Reader, dans son billet d'hier, découvre des parasites dans son lierre, et c'est la proverbiale goutte qui fait déborder le vase :

It was discouraging to spend hours tidying up the balcony — really tidying it up, like never before, really — only to be kept from enjoying it by the unseasonable gloom. The weather could be worse, course; the weather in Joplin, Missouri has been a lot worse. But we’ve all had enough of damp and chilly dark days. We’re so demoralized that it’s hard to look forward to anything. And now this: bugs! On en a ras le bol!

J'adore ce "on en a ras le bol" en Français dans le texte! Vraiment ça m'a plié de rire. Merci R.J.!

lundi 23 mai 2011

Dix ans de blog

Il y a dix ans je publiais mon premier billet sur Douze Lunes, mon premier blog. Nous n'étions pas nombreux en France à l'époque, c'était bien avant Loïc Lemeur. Mnémoglyphes est mon troisième blog, il y a eu Douze Lunes mon premier blog, L'Homme qui marche mon second blog et enfin Mnémoglyphes. Mon neveu AFR m'a suivi quelques jours plus tard et lui aussi fêtera cette année ses dix ans de blogging. Plus étonnant mon frère (75 ans demain) a démarré son blog spécialisé dans les Iris en juillet 2001 et continue depuis dix ans à livrer des billets hebdomadaires sur ses plantes favorites.

J'aime le web, je suis heureux d'y participer modestement et j'espère continuer à bloguer encore longtemps! Je suis heureux de vivre à une époque absolument passionnante. Je suis reconnaissant au web et aux blogs de m'avoir permis de rencontrer virtuellement ou dans la vie réelle des gens formidables.

Drame du surpeuplement

»» Court Orders California to Shed 30,000 Prisoners (NY Times)

Les prisons californiennes sont surpeuplées à tel point que les détenus sont mal traités, la Cour Suprême des Etats Unis vient d'ordonner la libération de plus de 30 000 détenus!

Conditions in California’s overcrowded prisons are so bad that they violate the Eighth Amendment’s ban on cruel and unusual punishment, the Supreme Court ruled on Monday, ordering the state to reduce its prison population by more than 30,000 inmates.

Justice Anthony M. Kennedy, writing for the majority in a 5-to-4 decision that broke along ideological lines, described a prison system that failed to deliver minimal care to prisoners with serious medical and mental health problems and produced “needless suffering and death.”

Justices Antonin Scalia and Samuel A. Alito Jr. filed vigorous dissents. Justice Scalia called the order affirmed by the majority “perhaps the most radical injunction issued by a court in our nation’s history.” Justice Alito said “the majority is gambling with the safety of the people of California.”

Kindle abroad

»» The Kindle abroad

Robin Sloan of Snarkmarket has gone abroad with his Kindle and it appears that this little tool has a lot of uses.

  • The Kindle has a web browser.
  • It’s almost miraculously connected. It’s light and durable.
  • The Kindle works in direct sunlight.
  • The battery lasts forever.
  • Your Kindle is your itinerary.
  • Travel guides on the Kindle work great.

Heureux dimanche

Un excellent dimanche : le matin visite des puces de Saint-Ouen avec AFR de passage à Paris (on y a croisé Philippe Stark en jogging à fleurs). Midi, déjeuner éthiopien délicieux chez Godjo, rue de l'École Polytechnique avec AFR et Axel. Après-midi passé aux Jardins du Luxembourg à bavarder avec les mêmes en buvant du Chablis bien frais (et excellent). Le soir ramens chez Higuma avec les mêmes joyeux compagnons. Journée totalement improvisée et repoussée d'heure en heure ou plutôt de verres de blanc en verres de blanc (n'était prévu que la visite aux puces) !

C'est tout à fait mon idée d'un bon dimanche à Paris.

Twister

»» Tornado hits Joplin, Mo.

Tornado hits Joplin  Mo  Framework  Photos and Video  Visual Storytelling from the Los Angeles Times

Photo by Larry W. Smith / EPA - Los Angeles Times.

Ça ressemble fort au séisme japonais du 11 mars. Cette tornade a fait 89 morts hier dans le Missouri.

mercredi 18 mai 2011

Postcards From America

»» Postcards From America

5 photographers, a writer, 2 weeks, a bus.

The photographers are Paolo Pellegrin, Jim Goldberg, Susan Meiselas, Alec Soth, Mikhael Subotzky & Ginger Strand.

Abbey Road

»» The Crossing - Abbey Road Studios (webcam)

Fossé culturel

La parade du suspect choque quelque peu de ce coté-ci de l'Atlantique, surtout d'ailleurs parce que c'est un Français qui a été ainsi paradé. De l'autre coté de la mer on raille la discrétion de la presse française sur les moeurs de ses élites. En retour l'Amérique est traitée de puritaine. BHL s'indigne de ce qu'on puisse traiter quelqu'un de la qualité du directeur du FMI comme un vulgaire dealer. Rien que de très normal finalement.

Enfin, tout de même, Pierre Beylau dans Le Point raille le vieux fond d'antiaméricanisme qui ressurgit ces jours-ci :

On en vient même, paradoxalement, à vanter les mérites de la justice à la française, la supposée délicatesse de nos policiers, le confort bien connu de nos commissariats et de nos prisons haut de gamme. Certains, qui prônaient la disparition du juge d'instruction et l'instauration d'un système accusatoire à l'américaine, découvrent brutalement les vertus de ce magistrat indépendant et inamovible qui instruit à charge et à décharge.

Et Christopher Hitchens dans Slate nous explique que penser que les Américains ne tolèrent pas les infidélités conjugales de leurs politiciens est très exagéré, en prenant pour exemple les cas de Clinton et Wolfowitz.

mardi 17 mai 2011

Long exposure aircraft

»» Long exposure aircraft | HOW TO BE A RETRONAUT

616

416

Mexican drug cartels

»» Mexican drug cartels » Graphic Sociology

Mexican drug cartels  Graphic Sociology 2011 05 17 23 50 16

Un justiciable comme un autre

»» Un justiciable comme un autre… Tout condamné à mort aura la tête tranchée | Diner's room

L’égalitarisme américain ignore sévèrement les différences de condition et s’applique à traiter chacun de façon identique, puissant ou misérable. Mieux, même, le système américain tient compte de la position de Dominique Strauss-Kahn, dans la mesure où celle-ci pourrait lui permettre d’échapper au sort commun. Il est donc traité d’autant plus rigoureusement qu’il dispose des moyens économiques, politiques et sociaux de faire face à son sort ; voire, d’y échapper. Sans doute l’esprit français s’ingéniera-t-il à lever « l’hypocrisie » d’un système qui favorise, en pratique, celui qui a les moyens financier d’être soigné dans les meilleurs hôpitaux ou défendu par les meilleurs avocats, mais c’est en ignorant que ces même différences de traitement, en France, profitent à l’intérieur même de l’appareil administratif, à une aristocratie d’entregent.

Confessions of an Introverted Traveler

»» Confessions of an Introverted Traveler - Features - World Hum

We introverts have a different style of travel, and I’m tired of hiding it.

Oh, I’m always happy enough when interesting people stumble into my path. It’s a lagniappe, and I’m capable of connecting with people when the opportunity arises. And when the chemistry is right, I enjoy it.

But I don’t seek people out, I am terrible at striking up conversations with strangers and I am happy exploring a strange city alone. I don’t seek out political discourse with opinionated cab drivers or boozy bonding with locals over beers into the wee hours. By the time the hours get wee, I’m usually in bed in my hotel room, appreciating local color TV. (So sue me, but I contend that television is a valid reflection of a society.)

via Kottke

Perp walk

DSK a subi ce qu’on appelle en Amérique le « perp walk » (littéralement : la marche du prévenu) : il s’agit de faire sortir l’accusé du poste de police, menotté et entre deux (ou plus) flics sous les objectifs de la presse prévenue à l’avance de la sortie (sinon ça n’aurait aucun intérêt). C’est un procédé légal – mais pas prescrit par la loi ni obligatoire – utilisé par le proc' pour manipuler l’opinion contre le prévenu, le public qui sera amené, via les jurés, à se prononcer sur la culpabilité ou non de ce même prévenu lors du procès. C'est un procédé qui résulte aussi, et dans le cas de DSK particulièrement, d'un marché passé avec la presse pour que celle-ci laisse tranquille la victime présumée. Et enfin c'est une marque de satisfaction de la police, un trophée en quelques sortes. Ce procédé vu d’Europe et de France en particulier peut être considéré comme monstrueux, cruel et violant la présomption d’innocence mais il est commun pour un spectateur Américain. On se souvient du « perp walk » de nombreuses personnalités ou criminels notoires : Lee Harvey Oswald, Timothy McVeigh, Bernard Madoff, etc. Plus la prise est grosse plus elle aura de chance de subir un « perp walk ».

Dans le système judiciaire américain accusation et défense sont mis sur un pied d’égalité face à un jury composé de citoyens pris (plus ou moins) au hasard. L’accusation va devoir démontrer au jury (et pas au juge) la culpabilité du prévenu avec tous les moyens légaux mis à sa disposition. La défense devra convaincre le jury que les preuves de l’accusation ne valent rien ou qu’elles ont été obtenues illégalement et/ou qu’il existe un doute sur la culpabilité de l’accusé ou encore que celui-ci a été accusé à tort, et ce, avec tous les moyens légaux mis à sa disposition. Dans ce dernier cas la défense aura parfois recours à une enquête effectuée par elle pour innocenter son client, c’est le seul cas où la défense essaiera de prouver l’innocence du prévenu, dans tous les cas de figure le prévenu reste présumé innocent et la défense s’attachera à démolir l’accusation et à convaincre le jury. La décision du jury devra être à l’unanimité des 12 jurés et au-delà de tout doute raisonnable (et non à la majorité et selon l’intime conviction des jurés comme en Cours d’Assise en France). De plus aucun magistrat ne participera à la délibération des jurés. Le président du tribunal n’est là que pour faire respecter la procédure et le droit et veiller à l’égalité de traitement des deux parties, l’accusation et la défense. Dans les affaires criminelles mettant en cause des personnalités célèbres ou influentes, la défense est notoirement plus agressive et efficace que dans les « petites » affaires (et a beaucoup plus de moyens financiers et humains) paradoxalement l’accusation est assez démunie face aux gros cabinets de stars du barreau, elle n’a avec elle que la force publique et c’est souvent assez maigre. Il n’est donc pas étonnant qu’elle emploie un procédé comme le « perp walk » pour influencer l’opinion publique en sa faveur. Tant que c'est autorisé...

lundi 16 mai 2011

The Strauss-Kahn case

»» The Strauss-Kahn case. Quelques mots sur la procédure new yorkaise | Diner's room

Et si vous n'en avez pas déjà assez de l'affaire DSK, ce post de Jules de Diner's room vous dit tout, tout, sur la procédure judiciaire pénale de l'Etat de New York.

Maître Eolas fait le point

»» De quelques aspects juridiques de l'affaire DSK - Journal d'un avocat

Maître Eolas a les mots exacts, comme d'habitude, pour décrire le système judiciaire américain, bien mieux que je ne pourrais l'exprimer (c'est normal il est avocat et pas moi). Je vous incite donc à aller le lire et faire votre miel de ce qu'il dit.

100 Center Street

100centerstreet

C'est l'entrée du Criminal Courts Building de Manhattan (photographié en 2007 pour le Nero Wolfe d'AFR). J'entends pas mal d'âneries sur le système judiciaire Américain ici, sur les télés en particuliers, à l'occasion de l'affaire DSK.

Il n'y a pas de juge d'instruction aux Etats-Unis, c'est la police qui fait l'enquête et quand elle a assez d'éléments contre quelqu'un elle demande au procureur d'inculper le suspect. Si le procureur est d'accord l'inculpé est présenté en audience préliminaire dans le building ci-dessus (pour Manhattan).

L'arraignment (ou audience préliminaire) est un procédure très rapide où l'accusé est présenté accompagné de son ou ses avocats devant un juge. Le juge lit l'accusation et demande ce que plaide l'accusé. Celui-ci a le choix entre coupable et non coupable. S'il plaide non coupable le juge décide de sa mise en détention ou de sa libération sous caution (bail) en attendant le procès. Le procureur (en l'occurrence le procureur (district attorney) du comté de Manhattan) fait valoir sa demande de détention ou discute du montant de la caution exigée. Le juge renvoi l'affaire devant la chambre du tribunal approprié et c'est tout. Il n'y a pas de jugement sur le fond et l'accusé n'est généralement pas amené à s'expliquer.

Après il peut se passer plein de choses. D'abord il faut que l'accusé, si c'est le cas, verse sa caution pour sortir de prison. Il peut utiliser ses propres deniers, ou hypothéquer ses biens, ou emprunter à une profession spécialisée : les prêteurs de cautions (bail bonders).  Ensuite il faut savoir qu'à tout moment un accord peut intervenir entre le procureur et l'accusé (ou ses avocats), ça s'appelle un plea bargain : le prévenu plaide en général coupable d'une charge inférieure à celle à laquelle il est accusé et il n'y a pas de procès contradictoire, juste une audience pour entériner le marché et prononcer la peine qui a été elle-même négociée entre le procureur et les avocats et l'accusé. Il peut arriver que le plaignant retire sa plainte (en général contre une somme d'argent négociée parallèlement) ce qui arrête aussi la procédure publique (c'est un peu sidérant pour nous, Français, mais c'est comme ça!).

dimanche 15 mai 2011

Mes 0,0003 centimes sur l'Affaire DSK

On a toujours beaucoup de mal à envisager intellectuellement qu'un homme réputé brillant ait pu se mettre dans une telle situation, ait pu gâcher sa réputation, son avenir, son ambition et sa vie sur un coup de tête. On pense alors que ce n'est pas possible, que c'est une machination, un montage, une tentative de déstabilisation, un chantage. Tout plutôt que de réaliser que même les esprits les plus brillants sont soumis à des pulsions comme le commun des mortels et qu'il y a certaines pulsions qui ont des conséquences plus graves que d'autres. Il faut pourtant se rappeler Clinton et Monica, par exemple.

Pour autant il y a bien des choses étranges dans cette affaire et sans doute faut-il attendre un peu et en savoir un peu plus avant de déclarer DSK coupable. Des questions : comment se fait-il que le directeur du FMI n'ait pas de gardes du corps? Comment se fait-il qu'une femme de chambre rentre dans la chambre d'un client alors qu'il y est encore, et ce, dans un hôtel de luxe et dans la suite la plus chère de l'hôtel?

Il est pourtant probable que le NYPD ait été sûr de son coup avant de faire inculper un personnage si important, et au-delà du NYPD c'est le procureur de Manhattan qui fait inculper les gens, on le voit mal prendre des risques avec une personnalité d'autant qu'à New York ils sont habitués aux affaires sensibles impliquant des célébrités ou des diplomates.

Quoiqu'il en soit DSK est grillé. Même si par miracle il s'en tire blanchi, il n'arrivera pas à endiguer les rumeurs — d'autant que dans son cas il y en a beaucoup — sur ses moeurs et il ne parviendra pas à convaincre qu'il est une personne équilibrée et sensée et digne d'être président de la république.

Ce qui nous laisse avec un PS en désarroi et des candidats probables à la présidence de la république qui ne sont guère enthousiasmants.

mercredi 11 mai 2011

Soldiers

»» Brotherhood by Sue Halpern | The New York Review of Books

An excellent review of War by Sebastian Junger and the documentary film Restrepo from Tim Hetherington and Sebastian Junger. The book and the film follow a group of American soldiers during their deployment in Afghanistan in the very dangerous Korengal Valley. I have seen bits of Restrepo but didn't read War so far, but I certainly intend to read it soon.

Some bits that interested me in this review :

A quote from the book :

The moral basis of the war doesn’t seem to interest soldiers much, and its long-term success or failure has a relevance of almost zero. Soldiers worry about those things about as much as farmhands worry about the global economy, which is to say, they recognize stupidity when it’s right in front of them but they generally leave the big picture to others.

And this :

Junger’s other revelation in War, while not original, is also reinforced by tandem showing and telling. It is that if there is one thing that these young men love more than war itself, it is one another. They are a brotherhood; they die and live by that. Theirs is a love so profound that it compels them to act with the ultimate selflessness, to sacrifice their own safety for the safety of the group. It’s a great thing, but may it spoil them for any love that comes after, and overwhelm any love that came before? Junger writes:

"When men say that they miss combat, it’s not that they actually miss getting shot at—you’d have to be deranged—it’s that they miss being in a world where everything is important and nothing is taken for granted. They miss being in a world where human relations are entirely governed by whether you can trust the other person with your life."

The whole piece makes an excellent reading.

It is striking that in 2009, after all the dead and wounded soldiers and civilians, all the money and energy spent in this valley,  the Korengal was judged unwinable by General McChrystal and all American troops were ordered out, leaving the valley to the Taliban.

mardi 10 mai 2011

Pitchify

»» Pitchify - Spotify links based on great reviews

Pitchify combine Pitchfork et Spotify. Une sacrée bonne idée mais réservée à ceux qui peuvent écouter Spotify (désolé amis Américains ce n'est pas encore pour vous, Spotify est européen et n'est pas recevable chez vous, ça viendra mais pas tout de suite, mais vous, vous avez Pandora et pas nous!)

In flight

Sgoralnik's Filckr set of pictures taken in transcontinental flights is a thing of beauty. Look at all the pictures here.

LAX > JFK

Photo © Sgoralnick

Where do major airlines fly?

»» Geographic breakdown: Where do major airlines fly? {en}

A nice series of data-visualization from FlowingData.

NewImage

lundi 9 mai 2011

"Medieval ideologist and global terrorist"

»» How Osama Bin Laden Changed America : David Remnick | The New Yorker {en}

Bin Laden, as medieval ideologist and global terrorist, had a record of accomplishment that was as vast as it was hideous. He did more to slash the fabric of American life than anyone since the Second World War. His capacity to arouse the fevered imaginations of young fundamentalists led to the murder of thousands of men, women, and children—among them Muslim men, women, and children—in Aden, Mogadishu, Nairobi, Dar es Salaam, Washington, New York, Shanksville, Bali, Madrid, London, Baghdad, Kabul, and Marrakech. He provoked wars. He forced the rise of expensive structures of security and surveillance. He incited a national politics of paranoia and retribution. He did as much as the economic rise of China and India has done to undermine America’s short-lived post-Cold War status as a singular, self-confident, seemingly omnipotent superpower.

dimanche 8 mai 2011

Four words to avoid

»» Four Words That Make Me Suspicious of Myself When I Say Them | Raptitude.com {en}

Four words to avoid : "wish", "try", should" and "deserve" and why (to avoid them, not avoid "why"… Well!).

(via The Daily Blague)

Get closer

»» The Inner Lives of Wartime Photographers - NYTimes.com {en}

Covering conflict is perilous for anyone — reporters, local stringers, the drivers and interpreters we depend on — but photographers are more exposed, in at least two senses of the word. They need a sustained line of sight to frame their photographs; a reliable source is never enough. And they cannot avert their eyes; they have to let the images in, no matter how searing or disturbing. Robert Capa’s famous advice to younger photographers — “Get closer” — translates in combat to “get more vulnerable,” both literally and emotionally.

Un article passionnant sur les photographes de guerre, les dilemmes moraux qui les étreignent et la passion qui les pousse à être en première ligne pour photographier la guerre. Juste après la mort de Tim Hetherington et de Chris Hondros en Lybie un bel hommage à ce métier.

What makes a city great

»» Liveable v lovable {en}
Dans le Financial Times, Edwin Heathcote s'interroge sur les qualités d'une ville agréable et compare :
What makes a city great :
  • Blend of beauty and ugliness – beauty to lift the soul, ugliness to ensure there are parts of the fabric of the city that can accommodate change.
  • Diversity – if lots of people are wanting to come to a city, there must be something there.
  • Tolerance – the only way diversity works but also an accommodating attitude to sexuality (gay communities are famously successful inner-city regenerators) and religion (there are signs of increasing intolerance towards religious minorities all over the world).
  • Density – density of habitation is crucial in ensuring density of activity, a vibrancy of commerce, residential and cultural activity.
  • Social mix – the close proximity of social and economic classes keeps a city lively.
  • Civility – impossible to measure and slightly against my stated notions about the benefits of friction but critical nevertheless. I once criticised the ingratiating politeness in the US and was told by an American who used to live in Paris that “it’s better to be told to have a nice day by someone who doesn’t mean it than to be told to go f*** yourself by someone who does”. Discounts any Israeli or Russian city from ever getting on the list.
Le dernier point m'amuse bien et je suis d'accord avec ça, je préfère aussi qu'on soit aimable avec moi, même si c'est superficiel et qu'en fait l'émetteur s'en fiche complètement (comme aux Etats Unis) plutôt qu'on me dise d'aller me faire voir, même si c'est plus sincère (comme à Paris). En plus la civilité et la discipline (comme à Londres) ça rend la vie en ville beaucoup plus supportable.

Funambules

»» Balancing on the Empire State {en}

Photographies de la construction de l'Empire State Building à New York en 1930 au moment de la grande dépression. Construit en 430 jours par 3400 ouvriers, dont des indiens Mohawk connus pour leur résistance au vertige. (Photos de la New York Public Library).

Empire state

Flâneurs in automobiles

14

Fremont Street neon signs, Las Vegas, 1968 © Venturi, Scott Brown and Associates

»» Graham Foundation > Exhibitions > Las Vegas Studio: Images from the Archives of Robert Venturi and Denise Scott Brown {en}

In 1968, American architects Robert Venturi, Denise Scott Brown, and Steven Izenour, with students from Yale University, embarked on a groundbreaking investigation of the Las Vegas Strip. Their fresh way of looking at the city: the influence of popular culture, advertising, film and the experience of the built environment from a moving automobile extended the categories of the ordinary, the ugly, and the social into architecture. Their use of photography and film as a research methodology became as revolutionary as their findings, which were published in the legendary 1972 book, Learning from Las Vegas.

»» "Las Vegas Studio: Images from the Archives of Robert Venturi and Denise Scott Brown," | Time Out Chicago {en}

The surprising amount of humor in “Las Vegas Studio” is one of its strengths. The students’ detailed taxonomy of casinos, which analyzes the buildings’ signage, interiors, parking and other features, identifies the Tropicana’s style as “Bauhaus Hawaiian.” Photos capture tourists posing with the gladiator statues outside Caesar’s Palace as well as Tail Pup, a Los Angeles hot-dog stand shaped like…a hot dog. An “Edward Ruscha” elevation of the Strip (1968) comes off as a tongue-in-cheek reference to artist Ruscha’s famous 1966 photo documentation Every Building on the Sunset Strip.

»» Flâneurs in Automobiles | Venturi and Scott Brown on the Road {en}

For Venturi, Scott Brown and Izenour photography and film were both the means of argumentation and representation of their research. Their approach was to use photographic methods borrowed from the disciplines of anthropology, sociology, and art. As a research methodology, it became as revolutionary as their findings, which were published in the book, Learning from Las Vegas.

samedi 7 mai 2011

La forme de la rumeur sur Twitter

»» SocialFlow Company Blog - Breaking Bin Laden: visualizing the power of a single tweet {en}

Quelques minutes avant l'allocution du président Obama, Keith Urban l'ancien chef de cabinet de Donald Rumsfeld poste un tweet annonçant qu'il tient d'une source sûre que Ben Laden est mort. La rumeur se répand alors sur Twitter comme une traînée de poudre.

Social Flow analyse la diffusion de la rumeur sur Twitter et la représente avec une visualisation astucieuse et belle :

diffusion du twit de Keith Urban

Slumdog Golfer

 

An ESPN E:60 short TV doc on Golf in India. Produced by Yaron Deskalo, ESPN. Filmed & Edited by Evolve Digital Cinema.

Caddies from an upscale golf club in Mumbai, India, created a version of the game using handmade equipment and a course that winds through the streets and slums.

 

Contre les "petits gestes" écolos bisounours

»» Arrêt sur images - Contre les "petits gestes" écolos bisounours {en}

La liberté individuelle de s'en foutre s'arrête là où l'intérêt général commence. Mais justement, le reproche qui est fait au discours écolo est de poser la question comme un problème individuel, qui pourrait avoir une réponse individuelle. Or, la réponse, ou les débuts de réponses, ne peuvent être que globaux. C'est-à-dire politiques. Qui peut croire que le citoyen, qu'il recycle ses déchets ou non, qu'il aille au boulot en vélo ou en voiture, qu'il habite dans une yourte ou dans une villa de standing, ait le moindre impact par rapport à celui des entreprises, de l'industrie, de tous les lobbies qui existent ?

Absolument d'accord, je n'arrête pas de le dire...

Seinfeld

»» Jerry Seinfeld - Personal Archives {en}

Jerry Seinfeld (j'aime beaucoup) publie ses archives vidéo pour la postérité, un peu chaque jour depuis aujourd'hui. À suivre.

Une approche un peu particulière, entre blog et site perso. Jerry Seinfeld s'en explique dans cet article du New York Times.

For now if a visitor spends only five or six minutes per day at the site, Mr. Seinfeld said, that is about as much interaction as a user wants with an application on a tablet device or smart phone (a device he said he uses mostly for making appointments with friends and conversing with other car enthusiasts).

Relations publiques

»» How to be friend with an introvert {en}

Introverts are reflective beings and enjoy conversations about feelings and debating things like the ontological argument, and whatever interests they have. They can only tolerate chitchat with people they just met or haven’t seen for awhile. If you must tell them your entire jam-packed weekend in detail, check your inny friend for signs of consciousness periodically.

Free NYT

Comme vous le savez le New York Times a instauré un "mur payant" à ses articles, qui requiert de payer un abonnement au journal pour consulter plus de dix articles par mois.

Il existe quelques trucs assez simples pour contourner ce "mur payant" mais la plus honnête est encore de suivre la liste Twitter Free NYT firehose. En effet les liens sur les articles via Twitter sont toujours gratuits et le New York Times a une pléthore de comptes Twitter qui font la promotion de ses articles. Bien sûr pour s'abonner à cette liste il faut posséder un compte Twitter soi-même.

Longue marche

»» Walking the Border | Esquire {en}

There is only one way to understand the 1,933-mile line that divides our country from Mexico. Start at the beach and walk east until you hit the Gulf.

The Situation Room (photograph)

»» The Situation Room (photograph) - Wikipedia, the free encyclopedia {en}

The Situation Room is a photograph taken by White House photographer Pete Souza on May 1, 2011. The picture shows President Barack Obama with his national security team in the White House Situation Room receiving live updates of Operation Neptune's Spear which led to the killing of Osama bin Laden. The photograph received much publicity after the news of bin Laden's death became public. CNN called it a "photo for the ages" and drew comparisons to other famous images of U. S. presidents such as Dewey Defeats Truman. Former White House photographer Eric Draper said that the photo captured "a defining moment in history very well." The photograph has also been the subject of comment by historians and body language experts.

Afghanistan

»» Afghanistan, April 2011 - The Big Picture - Boston.com {en}

Life expectancy in Afghanistan is but 45 years. It has the world's second-highest infant mortality rate. Only 12% of Afghan women are literate. It is the world's largest producer of opium. Soon it will have been occupied by foreign militaries for ten years, which followed years of Taliban rule, which followed years of civil war, which followed years of Soviet military occupation. Widespread corruption mutes hopes for the immediate future.

Des images d'Afghanistan, comme chaque mois, dans The Big Picture.

Google Streetview art

»» Google Streetview art
Beaucoup de prostituées, mais c'est normal le long des rues.

NPR’s guide to blogging

»» NPR’s guide to blogging: act like Andrew Sullivan, Ben Smith, Ta-Nehisi Coates | The Empire {en}

We got a tutorial yesterday at NPR’s headquarters on, basically, how to blog. My favorite part was the description of “the Sully lede” : “proper noun, verb, block quote.” It’s a style often used by Andrew Sullivan.

(For example, my contribution to the genre: “Jimmy Vielkind pulls back the curtain on Andrew Cuomo’s daily activities, and discovers something is missing.”)

mercredi 4 mai 2011

Saudade au Luco

5688086059 bf818bd03f z

En me promenant dans le Luco (les Jardins du Luxembourg) ce soir je me me suis souvenu de Francis (je pense à lui souvent) et qu'il m'avait raconté dans son blog et dans ses e-mails avoir passé son enfance là, dans ces jardins que j'arpentais à présent. Tristesse ou plutôt saudade qui est une forme particulière de mélancolie sereine. Mais je me suis dit que j'aimais ce parc magnifique en plein coeur de Paris, en plein coeur du quartier très ancien du Quartier Latin, le quartier le plus intellectuel de Paris, ce parc qu'il avait aussi beaucoup aimé et arpenté.

***

Une saine désillusion aujourd'hui. Les désillusions sont toujours saines qui nous permettent de voir le réel, elle font un peu mal parce qu'on s'attache à l'image fausse qu'on avait de quelqu'un mais qui en fait n'a jamais existé. Brève colère aussi, mais la colère est aussi une résistance de l'ego au réel, un "non" au lieu d'un "oui".

***

Etty Hillesum : "Le grand obstacle c'est toujours la représentation et non la réalité".

***

Hervé Collet : "Accepter l'ainsité des choses ne saurait en aucun cas être confondu avec une résignation à la fatalité, il s'agit au contraire de s'accorder au cours des choses, comme le surfeur s'accorde à la vague. D'ailleurs, qu'on les accepte ou non, les choses sont ce qu'elles sont. Si vous comprenez, les choses sont ce qu'elles sont, si vous ne comprenez pas, les choses sont ce qu'elles sont, est-il écrit dans le Recueil de la forêt du zen."

lundi 2 mai 2011

Action!

5680724572 d4696d593d z

Cette photo (de Pete Souza, photographe officiel de la Maison Blanche) est incroyable : dans la Situation Room l'équipe d'Obama et le président lui-même regardent en direct se dérouler l'opération contre Osama Bin-Laden au Pakistan.

Je reconnais le vice-président Joe Biden, le président Obama lui-même (qui à l'air de se faire tout petit dans un coin), le chef d'Etat Major l'amiral Mike Mullen, le conseiller à la Sécurité Nationale Tom Donilon, le chef de Cabinet Bill Daley, Hilary Clinton visiblement très impressionnée et le ministre de la Défense Robert Gates. La tension se lit sur tous les visages, on se croirait dans une scène de 24 ou de The West Wing!

dimanche 1 mai 2011

Face the music...

2577847999 0c5941347b z

Ce n'est facile pour personne de faire face à certaines vérités désagréables ou désobligeantes sur soi-même. Quand on ne s'aime pas c'est encore plus douloureux parce que ça renforce et confirme les raisons de ne pas s'aimer. Comment se tirer moralement de ces mauvais pas? Je n'ai pas la solution mais j'y réfléchis beaucoup. La plupart du temps tout ce que je fais c'est subir, encaisser, essayer de ne pas y penser, relativiser (y'a pire!), dédramatiser. Ça fait quarante ans que j'applique ces maigres solutions, qui peuvent se résumer dans la formule "laisser passer l'orage". Penser à autre chose j'y arrive de mieux en mieux, mais quand on a un problème ce n'est pas une solution viable. En même temps je me dis qu'il ne faut pas se plaindre (relativiser), qu'il ne faut s'en prendre qu'à soi-même de ses erreurs et qu'on est responsable de ce qu'on est (morale protestante peut-être). Après il y a les réactions émotionnelles à gérer, faire face en restant digne à ce qui remonte des bas fonds de l'âme et qui risque de vous faire craquer. Et puis, en fin de compte, face the music, and dance!

Il faut sans doute abandonner l'idée d'être compris par autrui, c'est quasiment impossible, tout juste espérer que l'autre sera assez indulgent ou assez aimant pour ne pas trop vous juger et vous condamner à l'aulne de ses valeurs, de ses convictions ou de ce qu'il sait de la vie ou croit savoir et qu'il prend pour des rocs inamovibles. Et être assez indulgent et compréhensif  soi-même et aussi lucide pour comprendre qu'il ne pourra jamais qu'essayer de vous comprendre et encore s'il essaye ça sera déjà bien! De toutes façons comment voulez-vous que les autres vous comprennent alors que vous, vous-même, vous ne comprenez pas tout de vous et vous vous connaissez si mal et eux pareils. Les hommes sont seuls, désespérément seuls et leurs douleurs sont des îles désertes, disait en substance Albert Cohen. Il exagérait bien sûr, pour la formule, mais il était proche de la vérité. Mais il avait tort aussi car seuls les ego sont séparés et comme des îles les uns par rapport aux autres, les hommes, ce n'est pas du tout inéluctable, de mon point de vue.

De toute façon il n'y a qu'une issue : l'acceptation de ce qui arrive (ce qui ne dois pas être confondu avec résignation et passivité comme le montrent les sages). Qu'on se batte mais que lorsque la bataille s'achève qu'on en accepte complètement l'issue. L'angoisse et la nostalgie ne sont que des résistances à la réalité. On va me rétorquer que je suis mal placé pour parler comme ça moi qui suis accro aux antidépresseurs, moi qui déprime justement si souvent, moi qui mène assez mal ma vie (enfin, selon les critères de "la bonne vie" occidentale) ou qui est si souvent dans le refus de la réalité (comme la plupart des gens d'ailleurs et pas pire qu'eux). C'est justement parce que je déprime et que je cherche que je pense pouvoir émettre ces idées, uniquement afin d'éclairer pour moi-même ce que je pense et non pas pour faire la leçon à autrui. Et puis on ne devient pas un sage du jour au lendemain, il y en a des résistances à vaincre, il y en a des obstacles et des émotions à négocier!