samedi 30 septembre 2006

ne coupez pas

J'ai lu dans un blogue : "coupez moi ce que vous voulez mais pas Internet", je crois que je pourrais réagir comme ça moi aussi!

inadaptation

Ce matin j'étais embété : je ne savais plus si les enveloppes T devaient être affranchies ou non (réponse non, elles sont pré-payées). J'ai été obligé de demander à un guichetier à la poste pour être sûr!

Voilà c'est tout moi, ça, je suis capable de changer le skin de Thunderbird trois fois dans la journée, je connais parfaitement les arcanes des champs calculés dans un tableau croisé dynamique sous Excel, mais les enveloppes T...

C'est comme pour les petits bricolages élementaires, je suis inadapté à la vie courante.

mercredi 27 septembre 2006

mise en scène

Le dernier discours de Tony Blair aux congrès des Travaillistes vu par Simon Hoggart, chroniqueur parlementaire, dans le Guardian, extrait :

The organisers tried to whip up a frenzy which was almost, but not quite there. Before he arrived there was a "spontaneous" demonstration in which members of the audience held up hand-written posters: "We love you, yeah, yeah, yeah", "Too young to retire" and simply "Thank you". It was like waiting for a very cuddly version of Stalin. We saw a video in which ordinary folk and celebrities gave thanks for the existence of Blair. One old lady said: "I'm grateful for the £200 fuel allowance - it's better than a woolly hat." And they claim the British have a poverty of ambition!

lundi 25 septembre 2006

linkdump

  • Magnifique photo en couleur de la Lune chez Astronomy Picture of the Day : Lien (cliquez sur l'image pour l'agrandir)
  • Un film d'animation scientifique de huit minutes qui, s'il ne nous apprend pas grand chose sur son sujet : "un voyage en trois dimensions à travers le monde microscopique d'une cellule", a le mérite d'être d'une grande beauté et a quelque chose de fascinant, une sorte de clip entre new-age et science fiction : Lien (vidéo grand format)
  • L'étrange atmosphère des photos d'Edmund Leveckis : Lien
  • On n'arrête pas le progrès, des chats hypo-allergéniques obtenus par sélection génétique : Lien (en)

dimanche 24 septembre 2006

Mark Twain

Deux phrases de Mark Twain que j'aime bien :

"I thoroughly disapprove of duels. If a man should challenge me, I would take him kindly and forgivingly by the hand and lead him to a quiet place and kill him."

et celle là :

"All generalizations are false, including this one."

résolutions culturelles

Je ne vais pas assez au cinéma, il faut que j'aille voir Little Miss Sunshine avant qu'il ne disparaisse des écrans, et Thank You For Smoking, et aussi World Trade Center.

Je suis plongé dans la lecture de Plowing The Dark de Richard Powers, c'est très bien (jusqu'à maintenant) mais assez difficile à lire.

J'ai regardé les deux derniers épisodes de Lost, j'adore mais ça m'agace. Ca m'agace d'avoir à attendre encore un an pour connaître la suite (enfin neuf mois environ), et je pense que j'irai downloader les épisodes de la troisième saison quelque part, mais si je le fais ça va complêtement gâcher mon plaisir de voir revenir cette série sur la télé française en juin prochain, Ah! dilemme.

Expo Lee Friedlander au Jeu de Paume, note : ne pas attendre la fin pour y aller!

Et aller faire des photos de la Tour Eiffel, oui sans rire, c'est une commande!

sommeil

Je dors. Même éveillé j'ai l'impression de dormir, et de réver.

Regarder un écran, je fais ça toute la journée, 12 heures par jour peut-être bien. Pourquoi? Quel sens à ça? Quel sens y-a-t-il à chercher des choses dont tout le monde se fout, vraiment.

Regarder le monde s'agiter, en ne comprenant pas pourquoi il s'agite comme ça, pourquoi il s'enflamme comme ça.

Etre perdu.

Chercher la sortie.

Se réveiller.

mercredi 20 septembre 2006

mâchez vos huîtres!

La plupart des gens les gobent. Il faut plutôt les croquer pour mieux les savourer et les tuer, estime M. Gonthier. Sinon, l'huître reste vivante deux heures et demie dans l'estomac.

Six conseils avant de manger des huîtres (Le Monde 20.09.06)

mardi 19 septembre 2006

linkdump

  • Au Nigéria, un homme accusé d'avoir tué son frère avec une hache déclare à la police qu'il a, en fait, attaqué une chèvre qui s'est révélée magiquement être son frère. Lien (en)
  • Traversez les États-Unis en 3'57'', le temps d'une chanson (vidéo de Michel Gondry) Lien (vidéo YouTube)
  • Beaucoup de produits sont conçus avec des dispositifs qui en limitent intentionnellement l'utilisation, ou imposent certains comportements. Le blogue Architectures of control en parle. Lien (en)
  • La vérité sur les annonces de sécurité dans les avions. Lien (en)
  • Phersu m'épatera toujours! Lien (fr)
  • Hé oui, le Leica M8 <soupirs>! $5299 <re-soupirs>! Lien (en)
  • Clairement obsessionnel Lien (en)

lundi 18 septembre 2006

pandora

J'ai passé une grande partie de la journée d'hier devant mon PC et pendant tout ce temps j'ai laissé Pandora tourner sur différents styles de musique. Il me semble que se site assez astucieux s'est amélioré depuis quelques temps. Et j'ai découvert par hasard sur crispynews un recueil de "stations de radio" Pandora d'utilisateurs divers et éclectiques, dont certaines pas mal du tout (compte tenu que c'est quand même un peu aléatoire ce que Pandora propose, je pense).

linkdump

  • Le vieux BOC challenge, devenu Around Alone Race devient le Velux 5 Oceans challenge et partira de Bilbao (Espagne) avec escales à Fremantle (Australie) et Norfolk (Etats Unis) et retour à Bilbao. Départ le 22 octobre. Lien (en)
  • La rentrée 2006 des séries en France. Lien (fr)
  • La rentrée 2006 des séries aux États Unis. Lien (fr)
  • Archives cartographiques de l'émission d'Arte Le dessous des cartes. Lien (fr)
  • Worldmapper : le monde comme vous ne l'aviez jamais vu lorsque les pays sont montrés à l'échelle du thème de la planisphère. 193 cartes. Lien (en)

dimanche 17 septembre 2006

voisinage

Ça fait drôle de consulter le blogue de quelqu'un pour la première fois et de se rendre compte qu'il habite tout près de chez vous, et que même il est possible que vous voyiez les fenêtres de son appartement de vos fenêtres à vous.

lynchien

Un journaliste : Votre film est une épopée onirique de trois heures. Est-ce qu’il veut dire quelque chose ?
David Lynch : Oui, parfaitement.

Un autre journaliste : Pouvez-vous expliquer la présence des trois personnages à tête de lapin, surtout celui qui fait du repassage ?
Lynch : Non, je ne peux pas l’expliquer.

Un autre journaliste : Ici à Venise, beaucoup de réalisateurs politiquement engagés comme Oliver Stone, Emilio Estevez ou Alfonso Cuaron s’accordent pour dire que l’avenir est sombre et que le cinéma peut améliorer les choses. Qu’en pensez-vous ?
David Lynch : Je pense que l’avenir s’annonce très bien, et le cinéma n’a pas grand-chose à y voir.

David Lynch répondant aux questions de la presse pour Inland Empire, son nouveau film.

Lien

dimanche soir à la télé

J'aime pas Les Experts (TF1), j'aime pas FBI Portés Disparus (F2), j'aime pas Dead Zone (Arte), j'ai déjà vu plusieurs fois Meurtre mystérieux à Manhattan (Paris Première), j'aime pas le foot (Canal + et de toutes façons j'ai pas Canal +), j'ai déjà vu Meurtre à l'anglaise (Jimmy) et c'est pas terrible et je ne parle même pas de ce qu'il y a sur les autres chaînes. J'ai quoi, une cinquantaine de chaînes et rien qui me dise quoique ce soit à regarder. Je me demande si je ne vais pas me désabonner du câble moi, tiens.

looking sideways

Depuis quelques temps déjà mon livre de chevet préféré est "The Art of Looking Sideways", un gros livre, composé comme une oeuvre d'art, écrit dans toutes les sortes de typos imaginables et richement illustré, un livre écrit par le designer Alan Fletcher. Difficile de décrire ce livre, c'est un recueil de tout ce qui a pu attirer l'attention de l'auteur pendant toute sa vie, un grenier de pensées, un bric à brac inouï de choses diverses sur tous les intérêts de l'auteur, en particulier touchant au design et à l'art. C'est un livre tout-puissant, qu'on ouvre au hasard pour toujours y trouver quelque chose d'intéressant, de nouveau, d'original, bourré d'idées. Et aussi un guide sur la manière de voir le monde à l'exemple (supposé) du gecko, de coté...

Le gecko est un petit lézard qui vit dans les pays chauds et qui se nourrit d'insectes, grâce à ses pattes adhérentes il passe sa vie accroché aux murs ou aux plafonds, ou le long des fenêtres.

C'est voir le monde "de coté" comme un gecko que nous propose Alan Fletcher dans ce livre-trésor.

Accessoirement "The Art of Looking Sideways" a donné la "tag phrase" de ce blogue, peut-être même est-ce devenu ma devise...

open office

Je suis vraiment un schmuck de n'avoir jamais pensé à télécharger et installer OpenOffice avant aujourd'hui!

Bon ben voilà c'est fait, et c'est sacrément bien! (et gratuit!)

lost

Le "season finale" c'est la semaine prochaine... Cette saison n'a pas été aussi intéressante que la première, pourtant il y avait du matériel, seuls les derniers épisodes sont nettement au dessus du lot.

Il y a quelques petites choses que je reproche à cette série : (1) les acteurs "sentent le pet" (i. e. attendent un temps trop important entre chaque réplique), ça gagne peut-être du temps mais c'est agaçant et surtout ça ralenti le rythme — on s'ennuie, (2) les lignes narratives sont un peu lentes et surtout trop nombreuses, on s'y perd, on attend trop longtemps pour connaître la suite de telle ou telle histoire, ça diminue l'illusion du vraisemblable, (3) il y a trop de points d'interrogations, trop d'éléments de mystère et aucun ne reçoit de réponse, de solution, c'est un peu frustrant.

À part ça c'est tout de même bien.

samedi 16 septembre 2006

état des lieux

Okay, j'ai fait quelques modifications à ce blogue, maintenant il va falloir annoncer que je laisse tomber L'Homme qui marche et Typepad et que mémoglyphes est mon dernier avatar en matière bloguique (!).

Et il faut que je travaille ma traduction pour André ainsi que la traduction que j'entreprends pour mon compte et peut-être pour une utilisation future d'un petit bouquin sur les unitariens-universalistes (UU).

En attendant je vais dîner et regarder "Lost"!

linkdump

  • Une variété de tuberculose très résistante et foudroyante est apparue en Afrique du Sud Lien (en anglais)
  • Un photographe intéressant (Flickr) Lien
  • Des papiers peints tirés de Google Maps, astucieux et joli Lien
  • D'autres papiers peints (en pagaille!), certains sont assez jolis Lien
  • Galleries de unes de journaux du 11 septembre 2001 Lien (en anglais)
  • Une carte en Flash où s'affichent la fréquence avec laquelle chaque pays produit du CO2 et les taux de natalité ainsi que de mortalité Lien
  • Affiches de la seconde guerre mondiale (sur Flickr) Lien
  • Sur l'île de Tanna au Vanuatu environ 300 personnes pratiquent un curieux culte : ils révèrent la figure messianique d'un nommé John Frum, arborent le drapeau américain comme emblème religieux et leurs maisons sont peintes de la croix rouges des ambulances de l'armée américaine Lien (en anglais)

paranoïa

Il me semble que l'Islam, pris dans sa généralité et par la bouche de ceux qui disent le représenter, est de plus en plus paranoïaque. J'en ai plus que marre de cette espèce de police de la pensée que font régner certains musulmans, de ces représailles violentes indiscriminées, de cette intolérance manifeste à la moindre critique et de cette tendance victimaire.

À mon avis, et il en va ainsi pour toutes les religions (sauf les unitariens-universalistes, peut-être) : religion et politique font toujours mauvais ménage, rarement dans le sens de plus de liberté et de démocratie, religion et psychose (ou même seulement bonnes névroses) ça fait un coktail explosif et souvent homicide.

mercredi 13 septembre 2006

je suis content!

C'est déjà ça, eh bien oui aujourd'hui je suis content, j'ai eu une bonne nouvelle et j'ai plein d'idées et j'ai pris une décision qui à l'air de rien comme ça mais qui m'importe et j'hésitais depuis quelques jours, je vais peut-être en dire plus ici plus tard sur ce dernier point. Et j'ai envie d'aller à New York, tiens oui. Grosse envie d'aller à New York, mais je vais peut-être attendre le printemps de l'année prochaine pour ça, il se fait tard et je n'ai plus de congés. Ah! mais quand même aujoud'hui je suis content!

lundi 11 septembre 2006

9/11

11 septembre 2001. Mélange de sentiments complexes, en même temps puis alternativement. Stupeur, effarement, incrédulité, stupéfaction, frayeur, tristesse, colère. J'étais monté en haut de ces tours quelques années auparavant, j'avais passé des heures là haut, la vue était absolument stupéfiante, vertigineuse, la Statue de la Liberté toute petite, que j'avais visité le matin même et qui m'avait semblé gigantesque, la vue immense bien qu'un légère brume s'étende sur les environs, le New Jersey, Brooklyn, le Queens, Staten Island et ses bacs oranges qui font la navette, Governor's Island, Ellis Island visitée le matin même aussi, toute la baie, l'East River et l'Hudson, le Verrazano Narrows bridge, le goulet qui donne sur la mer libre, les immeubles du Financial District à nos pieds, là le Woolworth building comme une maquette, les gratte-ciels de Midtown au Nord, l'Empire State qui les coiffe tous, l'angle blanc du Citycorp, la pointe brillante du Chrysler, la tranchée de Broadway, le vent doux et permanent, les hélicoptères qui décollent de l'héliport près du Pier 17 et qui passent près des tours jumelles et qu'on voit par dessus, les avions qui vont se poser à La Guardia ou à JFK qui rugissent au dessus de nos têtes (on imagine les passagers le nez collé à leurs hublots pour contempler Manhattan, on imagine ceux qui étaient dans les avions ce jour là, le 11 septembre), les avions qu'on voit atterrir là-bas à Newark, les bruits atténués de cette ville si vivante et si bruyante, le bruit de la vie de New York qui arrive jusqu'à ses sommets, grondements, sirènes, pales d'hélicoptères, ronronnement de petits avions, souffle des milliers de climatiseurs qui pompent et refoulent l'air de la ville; les fenêtres du bar au sommet donnaient directement sur le vide, pas de rambardes et pas de balcon, et je m'étais calé contre une de ces fenêtres étroites pour regarder, fasciné, presque hypnotisé, le trafic dans la rue en bas, les taxis jaunes gros comme des punaises, les passants à peine visibles, tous minuscules, l'église Trinity Church, son cimetière ancien où les salary men vont déjeuner d'un sandwich le midi, assis sur une tombe en lisant un livre ou un journal, le toit carré du NYSE, là où bat le poul des marchés mondiaux, les orbes de verre du World Financial Center et ses pyramides en chapiteau, le parc là-bas au pied du Brooklyn bridge, le petit jardin devant l'Hôtel de Ville où se donnaient des concerts de jazz gratuits cette année là, South Street Seaport avec ses trois mâts, le Pier 17, le laid Municipal Building, et toute cette activité de fourmis à nos pieds, alors que nous étions quasiment, du moins c'est l'impression qu'on en retirait, suspendus dans les cieux, avec le monde à nos pieds, une personne à coté de moi faisait la même chose que moi, collée à la vitre comme moi, une fille, elle a dit à un moment "that's freaky!" et ça m'a fait sourire. Et ce jour là, le 11 septembre 2001, on me disait que les deux tours avaient complètement disparues, en feu, écroulées, perforées par deux avions de ligne chargés de passagers et détournés par des pirates... Le déluge de gravas et de feu, les tours qui s'enfoncent, qui semblent s'enfoncer, dans le sol, la fuite éperdue, et le panache énorme de fumée, la poussière dans les rues. Et avant cette vision passée en boucle à la télévision de l'avion à pleine vitesse perforant la tour, disparaissant dedans dans une boule de feu énorme, les gens qui se jetaient du haut des tours en flamme. C'était presque incroyable. Sentiment de perte, de frayeur aussi devant l'audace, la cruauté, le symbolisme du crime, sentiment d'inquiétude sur ce qui allait se passer maintenant dans le monde, sentiment d'effarement devant le modus operandi, la facilité, les conséquences de l'attaque. Choc à l'idée du nombre de victimes potentielles. Colère, déjà de la colère. Passé l'effarement, la tristesse, les doutes, le choc, est venu la colère et elle a tout envahi. Pendants des semaines j'ai été en colère contre ceux qui nous avaient fait ça, contre ceux qui en profitaient pour blâmer la politique américaine depuis la guerre d'indépendance et même avant, contre ceux qui osaient dire que faire une minute de silence en France était ridicule, contre ceux qui s'en foutaient complètement, contre ceux qui disaient que c'était bien malheureux, bien tragique mais que l'Amérique ne l'avait pas volé au fond. Pendant des semaines je me suis surpris à avoir mal aux mâchoires tellement je les serrais de colère, parfois. Ils avaient attaqué la ville que j'aimais le plus après Paris, qu'à ce moment là j'aimais plus que Paris, la ville de mes rêves et de mes fascinations, la ville où j'avais rêvé pendant des années aller et où, lorsque enfin j'étais parvenu à y aller, je m'étais senti instantanément bien, presque chez moi, à la fois épaté et rempli de gratitude car elle était conforme à mes rêves et plus encore. Depuis le 11 septembre 2001 je sus retourné à New York, j'ai visité Ground Zero, c'est un immense trou dans lequel il y a des travaux, les rues du bloc alentour qui jadis grouillaient d'animation sont vides et mornes, il n'y a plus que des marchands du temple qui essayent de vous vendre des tee-shirts commémoratifs, des albums photos et des drapeaux, il y a des gens désoeuvrés, des touristes et des curieux, mais en fait il n'y a rien à voir à Ground Zero, il n'y a que le vide et une étrange atmosphère.

Lifeblog?

Ah oui Mnémoglyphes c'est peut-être un lifeblog finalement! mais pas seulement... enfin on verra bien!

[clin d'oeil à téhu]

Pour mémoire

Dimanche donc, déjeuné à Gentilly, puis farniente au Parc Montsouris, beaucoup de monde mais les pelouses où l'on peut se vautrer c'est bien. Vu H., F. et les enfants, les A. et leur petite fille.

Il y a des problèmes sur la ligne 4. Samedi une bagarre à Château d'eau et ce matin à ma station il y avait de la tension dans l'air entre deux types qui s'insultaient dans une langue inconnue (de moi) d'un quai à l'autre. Bon je pense qu'ils s'insultaient, j'en déduis ça au ton de leur voix parce que je ne comprenais pas ce qu'ils se disaient.

Maintenant dodo, demain boulot.

dimanche 10 septembre 2006

Temps de sommeil disponible

Je sous-estime mon besoin de sommeil ou quoi?

Je ne me suis pas encore levé à l'heure où je voulais, j'avais pris la résolution hier lorsque je me suis couché (ou plutot ce matin d'ailleurs — quand je me suis couché ce matin) de me lever tôt, eh bien non, je me suis levé encore trop tard. Enfin trop tard par rapport à ce que j'avais l'intention de faire. J'ai dormis, comme une bûche.

Diète

Je suis resté une semains sans faire la moindre photo. J'en avais marre, je n'avais plus toute ma lucidité, je voulais faire de l'art, j'avais la grosse tête. Eh bien cette semaine de diète m'a fait le plus grand bien. Je me suis remis à faire des photos pour mon plaisir, comme avant, et juste pour ça, sans essayer de faire quelque chose de spécial. "Rien de spécial" c'est une devise zen. Je n'ai pas mis les pieds, enfin la souris, chez Flickr depuis une semaine (sauf sur mon site), ça me détend, je ne me sent plus obligé à faire aussi bien que tel ou tel. Je suis libre.

Captcha

C'est énervant un "captcha" (le petit message en code qu'il faut recopier pour laisser un commentaire, c'est comme ça que ça s'appelle) mais je crois que c'est efficace pour éviter le spam de commentaires. Mais c'est nul qu'on soit obligé de remplir ça pour prouver qu'on n'est pas "a robot"!

samedi 9 septembre 2006

Rouge Plaisir

Oh le Tropicana Pure Premium "Rouge Plaisir", au jus de raisin , framboise, mûre, cerise et groseille est une des meilleures choses qui me soit arrivé de boire, sans blague! À la fois sucré et acide, avec un déliceux goût de fruit. Hmmmm!

Copy-controlled

Ces CD qu'on ne peut passer sur les ordinateurs parce qu'ils sont bloqués contre les copies c'est un scandale, une escroquerie. Si j'achête un CD je veux être capable de le passer sur l'outil que je veux, quand-même c'est la moindre des choses. Surtout que j'utilise presque tout le temps l'ordinateur pour passer mes CD. Je fais donc attention à ne jamais acheter de CD munis de ce machin! J'espère que beaucoup de gens feront de même, c'est le seul moyen d'y mettre un terme.

Note à moi-même

Penser à aller tous les jours sur BoingBoing.

Ils sont toujours à la hauteur.

Quand j'ai débuté sur le web BoingBoing c'était ma référence, le graal, bon presque. Ah que ce temps est loin, 1999, 2000, 2001, en 2001 j'ai ouvert un blogue, je n'avais pas la classe de BoingBoing, ni le temps de faire comme eux, mais ça restait ma réference, et puis je me suis passionné pour les gens qui racontaient leur vie : Wherever You Are et Not So Soft, et après le 11 septembre les blogs se sont mis à fleurir partout. C'est bon de voir que dans ce grand n'importe quoi, parfois génial, certains ont tenu la route et la tête haute, Francis, Canclaux, mes cybercopains des débuts.

Blues

Ecoutant Junior Kinbrough sur un CD Fat Possum : "Meet Me in the City" ou encore "Lonesome Road" du CD "Most Things Haven't Worked Out"... Blues lancinant, blues répétitif, blues entêtant, et pourtant la musique la plus excitante qui soit. J'adore le blues, bon sang!

Oh et R.L. Burnside "Snake Drive", ça déménage bien. Ces types sont complêtement dingues, hallucinés, c'est vraiment magnifique. C'est quand même infiniment mieux que toute cette musique froide et désincarnée.

Fat Possum Records, une des meilleures collection de blues.

Claviers

Au travail je n'utillise quasiment plus de crayon, cet instrument obsolète supposé écrire, mais énormément de mon clavier, alors hier je me suis procuré un très bon clavier ultra-plat, là! Il est doux et silencieux. Et il ne coûte que 19 €  (je fais attention au budget "achats" de mon entreprise!). J'ai remarqué que les gens utilisaient peu leur clavier en fait mais presque exclusivement leur souris, c'est un signe de légère inadaptation, les raccourcis clavier sont l'une des choses les plus pratiques mais demandent une certaine adaptation et un apprentissage et sont moins instinctifs évidemment que l'usage de la souris.

Ah, et Windows Live Writer c'est vraiment bien.

mardi 5 septembre 2006

Ça m'inquiète

Ça commence à m'inquiéter ce genou qui me fait mal quand je marche (heureusement pas quand je ne le bouge pas), pourtant j'ai marché du boulot jusqu'à chez moi ce soir sans trop de difficultés.

Infraordinaire

Ce matin boulevard Barbès alors que je me dirigeais vers l'arrêt du bus 31 "Marcadet Poissonniers", j'ai rattrapé un aveugle qui marchait doucement se guidant de sa canne blanche. Arrivé très exactement à l'endroit du boulevard où se trouve l'arrêt du bus (peut-être compte-t-il ses pas ou est-il prévenu par un repère immanquable que nous, voyant, ne voyons justement jamais) il s'arrêta et commença à reconnaître les lieux, exactement reconnaître, au moyen du bout ultra-sensible (enfin je suppose) de sa canne blanche. Il faut dire que le boulevard Barbès est en travaux tout du long et qu'à l'endroit où se trouvait jadis (avant les travaux) l'arrêt de bus il y a un mince boyau conduisant sur cinq ou six mètres sur la rue entre deux barrières de chantier sur un sol passablement inégal voire bosselé (dépavé) et qu'il faut emprunter ce mince boyau pour aller sur le boulevard même (à un tiers environ de sa largeur) afin de prendre le bus. L'aveugle de toute évidence ne reconnaissait pas les lieux, oui absolument, il tâta le sol alentour du bout de sa canne et ensuite effleura de doigts délicats les barrières de chantier, il avait sur le visage l'expression de quelqu'un qui est perdu ou désorienté à tout le moins. Son paysage digital ne correspondait plus au souvenir qu'il en avait (du fait du chantier). C'est là que j'intervins pour lui demander s'il avait besoin de quelque chose, je cherche l'arrêt du 31 me dit-il, vous y êtes répondis-je, il y a des travaux ajoutai-je. C'est alors que je fis quelque chose d'absurde, je lui pris légèrement le bras [voir incise 1] et lui indiquai la direction à prendre, c'est par là dis-je. Je rattrapai aussitôt cette idiotie en lui disant je vais vous conduire et en joignant le geste à la parole, pour ainsi dire. Opportunément un 31 arrivait, je conduisis donc mon aveugle (c'était mon aveugle maintenant) (je l'avais pris en charge) (sous mon aile) dans le bus où il trouva aussitôt à s'asseoir grâce à la gentillesse (la politesse) (ou la courtoisie) d'une dame qui lui céda son strapontin. Il descendit (l'aveugle pas le strapontin) sans problème à Guy Môquet [incise 2] . Le plus curieux dans cette histoire est que je me suis senti embété (inquiet) pour lui pendant tout le temps qu'il a été avec moi dans le bus, au point d'en être mal à l'aise. Culpabilité?

 
[incise 1] une fois à Londres un type un peu crasseux m'a demandé de l'aider à descendre les marches d'entrée de la station Marylebone et j'avais placé, pour ce faire, la main sous son bras près de son aisselle et c'était une mauvaise idée car il transpirait, j'ai dû me hâter d'aller me laver les mains aussitôt après.
[incise 2] jeune résistant communiste de 17 ans fait prisonnier par les Allemands et désigné comme otage par Pucheu, ministre de Pétain, fusillé comme otage donc par les Allemands à Chateaubriand le 22 octobre 1941. Beaucoup de rues et de bâtiments ont été baptisés Guy Môquet en France, sans compter le Cours des 50 otages principale artère de Nantes, puisque Guy Môquet faisait partie de ces 50.

Every living thing

Toujours et partout quelque chose d'important se passe. "La vie terrestre est plus surprenante que n'importe quel rêve" - Le Clézio.

"On est vivant"

Mal au genou ce matin au démarrage, toujours au même endroit, plier la jambe est douloureux, marcher est douloureux, monter les escaliers pénible. "On est vivant" m'écrit B. On dit qu'avoir mal c'est être vivant. Des fois trois petits mots, "on est vivant", ça me remet les idées en place. A. est venu pour dormir sur mon canapé, reparti avec moi ce matin, mais lui pour Orsay, voilà un garçon qui ne recule devant rien pour se cultiver.

lundi 4 septembre 2006

On se retrouve après tant d'absence

Finalement je trouve que c'est vraiment bien Blogger. C'est simple, un peu rustique — il faut s'y connaître un tout petit peu en html pour customiser son blogue — ils n'ont pas accomplis les prouesses techniques de nombreux concurents et ce sont nettement endormis sur leurs lauriers de première (dans le temps) solution de blogue au monde. Mais c'est solide, autant que ça l'était quand j'ai débuté avec eux en 2001 et j'ai la nostalgie de ces premiers temps (un peu). Il y a Google derrière, financièrement c'est solide aussi. Je me demande si je ne vais pas laisser tomber Typepad qui est horriblement cher (Blogger est complêtement gratuit) pour pas beaucoup mieux. Mais dès lors la question se pose, comment transférer les archives de L'Homme qui marche et de Horizon oblique chez Blogger. À réfléchir.

Les tâches

On me rembourse de l'eau, bonne surprise, j'ai moins consommé que ce qu'ils (les proprios de mon HLM) avaient prévu. J'avais fait trop de provisions (et pourtant ça ne m'arrive jamais, ça, d'avoir fait trop de provisions). La tache visqueuse est toujours là et quelques tâches ménagères aussi. Il faut donc que je m'y mette.

Procrastinez, procrastinez, il reste toujours quelque chose...

Scène de métro

Assis sur un strapontin, un asiatique qui mange à même la boite de conserve, froid bien entendu et dans une gangue de jus figé, ce qui ressemble à des lentilles — produit exotique à en juger par les inscriptions sur la boîte — avec une fourchette en plastique et semblant se régaler, mines discrètement dégoûtés des voyageurs qui ont repéré son manège.

Du sens

Tiens, je pense à un truc : que le défilement des news, agaçant au possible au demeurant, au bas des écrans de télévision des chaînes d'information continue (LCI, iTV, BFM, CNN, BBC W.) était de la droite vers la gauche. Hum, c'est comme ça sur tous les écrans défilateurs apparemment.

Revanche de la nature

J'apprends que Steve Irwin, chasseur de crocodiles et de bêtes venimeuses en tous genres et vedette de télé est mort, tué par la piqûre d'une raie pastenague. Cette nouvelle ne fera pas les gros titres en France où personne ou presque, c'est à dire des cinglés comme moi, ne connaît Steve Irwin. Il était très célèbre dans le monde anglo-saxon, par contre, où il faisait profession d'attrapeur de crocodiles, de serpents venimeux ("une seule molécule de venin peut vous tuer raide, dans la minute") et autres mygales à mains nues.  Au fait comment le connaissais-je? J'avais suivi dans des temps forts anciens une série de reportages sur la faune australienne, du Queensland pour être précis, sur la chaîne du câble Planète, série dont il était la vedette. Et plus tard, je l'ai vu dans un "Tonight Show, with Jay Leno" sur CNBC (ce qui m'arrive de temps à autre il me faut bien l'avouer, et Conan O'Brien aussi, tant qu'à faire). Bon et qu'est-ce que j'en pense? rien, sinon que je le connaissais télévisuellement et que je m'étais dit qu'un jour ce type se ferait bouffer par une bête. Prémonition.

Météo

Il n'était pas sensé faire beau aujourd'hui? Où ai-je vu ça? Ai-je rêvé d'un bulletin météo?
Enfin donc il fait 25 ° C. et il crachine. Humidité maximum. Bon pour les champignons ça! Certes, à Paris, peu de champignons, sauf aux pieds.

NOTA BENE : après-midi, le temps se met au beau, je n'avais pas rêvé.

Coulé

Au moment du départ découverte d'un flaque visqueuse, marron, goudronnante, qui commence à percer de sous un meuble de cuisine. Après recherches, déplacements de meubles, explorations quasiment spéléologiques dans des recoins jamais atteints, ou si rarement, des tréfonds de la pièce qui s'appelle par commodité "ma cuisine", il semblerait que du sirop d'érable, ou d'autre chose, mais enfin un genre de sirop ou de confiture, s'est répandu, a perlé, a suppuré, mais d'où et quand? Mystère. A la faveur des explorations découverte d'une micro fuite d'eau à un point de corrosion sous l'évier, qui n'a rien à voir avec la flaque visqueuse cependant.

Ça me rappelle Lovecraft cette flaque, la marque de Cthulu?
Ne pas laisser errer l'imagination. Je suis bien assez emmerdé avec le problème de nettoyer cette coulure sans y rajouter des esprits chtoniens.

Note pour moi-même

Ne pas écouter du Fado, en particulier ces diables de Madredeus quand on a le moral en berne!
Pourquoi pas du "swing" plutôt : Teddy Hill, Erskine Hawkins, Count Basie... Le problème étant qu'on n'est pas porté à en écouter dans ces moments là.

dimanche 3 septembre 2006