Katia

A new hurricane is boiling up in the Atlantic, its name : Katia. It is forecasted to reach the north of the Caribbean, Sunday, as a category 3 hurricane. And then? What will be its path? Computer models don't go that far, but I would not be surprised to see it reaching the East Coast again next week.

What we do to books

What We Do to Books - Geoff Dyer in The New York Times.

I bought a remaindered copy of the British edition of Richard Overy’s “Why the Allies Won” (Pimlico) for £4.95 at Judd Books in London on Dec. 11, 2010 — I always write the date and place of purchase on the flyleaf, in pencil. A large-format paperback, it has a color-manipulated photo of a bloated German corpse on the cover, thereby suggesting that the Allies won because the Axis powers lost. It’s a dense work of analysis, lacking the propulsion we associate with the narrative histories of Antony Beevor or John Keegan, so even when immersed in the book — after a purchase-to-start-it lag of several months — I was unable to concentrate on it for more than an hour at a time. As a result it was lugged around to many places, in various bags, on planes and trains. In the process the corners became curled and the spine wrinkled. Spreading in direct proportion to the amount of the book’s contents that were being loaded into my brain, those creases became the external embodiment of the furrow-browed effort that reading it required. After a while, as these grooves deepened, the book refused to close completely when I laid it down. I love this. In the biblio equivalent of the corner of a bed being turned down, inviting you to get in, it’s as if the book were encouraging you not to abandon it, to keep at it. Which I did. I made notes, put pencil marks by passages that strikingly revised my understanding of the war: “For most of the Second World War Britain and the United States fought a predominantly naval conflict. . . . ” Hmmm. In addition to these annotations a couple of pages are marked by blotches of brown dried blood. George Steiner wrote somewhere that an intellectual is someone who can’t read a book without a pencil in his or her hand. My version of this compulsion is that I can’t seem to read without picking my nose — hence the blood stains.

Irrational selfishness

How to Lose Readers (Without Even Trying) : Sam Harris

And lurking at the bottom of this morass one finds flagrantly irrational ideas about the human condition. Many of my critics pretend that they have been entirely self-made. They seem to feel responsible for their intellectual gifts, for their freedom from injury and disease, and for the fact that they were born at a specific moment in history. Many appear to have absolutely no awareness of how lucky one must be to succeed at anything in life, no matter how hard one works. One must be lucky to be able to work. One must be lucky to be intelligent, to not have cerebral palsy, or to not have been bankrupted in middle age by the mortal illness of a spouse.

Many of us have been extraordinarily lucky—and we did not earn it. Many good people have been extraordinarily unlucky—and they did not deserve it. And yet I get the distinct sense that if I asked some of my readers why they weren’t born with club feet, or orphaned before the age of five, they would not hesitate to take credit for these accomplishments. There is a stunning lack of insight into the unfolding of human events that passes for moral and economic wisdom in some circles. And it is pernicious. Followers of Rand, in particular, believe that only a blind reliance on market forces and the narrowest conception of self interest can steer us collectively toward the best civilization possible and that any attempt to impose wisdom or compassion from the top—no matter who is at the top and no matter what the need—is necessarily corrupting of the whole enterprise. This conviction is, at the very least, unproven. And there are many reasons to believe that it is dangerously wrong.

Ten years after

Tomgram: Barbara Ehrenreich, On Americans (Not) Getting By (Again)

10 years after Nickel and Dimes, Barbara Ehrenreich revisits the state of poverty in America.

The big question, 10 years later, is whether things have improved or worsened for those in the bottom third of the income distribution, the people who clean hotel rooms, work in warehouses, wash dishes in restaurants, care for the very young and very old, and keep the shelves stocked in our stores. The short answer is that things have gotten much worse, especially since the economic downturn that began in 2008.

Self-Help Guru

Timothy Ferriss, Silicon Valley’s Self-Help Guru

Rebecca Mead in The New Yorker is portraying Timothy Ferriss, best seller author of multiple self-help books.

A few months ago, Timothy Ferriss, a self-help author, threw himself a party in San Francisco, where he lives. Officially, it was not a celebration for his most recent book, “The 4-Hour Body: An Uncommon Guide to Rapid Fat-Loss, Incredible Sex, and Becoming Superhuman,” which came out in December and is already in its eleventh printing. In the book, Ferriss tells his readers, “Hack yourself,” and presents them with hundreds of “scientific rules for redesigning the human body”: bathing in ice to lose weight, eating organic almond butter on celery sticks to treat insomnia. Nor was the party meant to mark the enduring success of his first book, “The 4-Hour Workweek: Escape 9-5, Live Anywhere, and Join the New Rich,” which is still on the Times’ business best-seller list after four years. That book counsels readers to limit their newspaper reading to the headlines visible from vending machines and to outsource the management of their calendars and finances to a remote personal assistant in Bangalore.

Irene à NYC

Il semble qu’ Irene soit passé sur New York sans faire trop de dégâts du moins beaucoup moins qu’envisagé. Juste avant d’atteindre New York à la hauteur de Coney Island l’ouragan de catégorie 1 a été rabaissé en Tempête Tropicale ce qui signifie juste que le vent était moins fort. En gros comme une grosse tempête d’hiver en Finistère!

Cependant le danger principal n’a jamais été le vent mais la marée de tempête. En effet le centre de l’ouragan pousse l’eau de l’océan devant lui et combiné aux grandes marées normales attendues sur New York et la région ce jour, cette eau menaçait de passer par dessus les quais et inonder la ville. Exactement comme ce qui c’était passé en Vendée lors de la tempête Xynthia. Sauf que New York avait fait évacuer de force toutes les zones inondables, et ça, nous, on ne sait pas faire!

Bref, les rapports que j’ai reçu des amis New Yorkais indiquent que la vie reprend normalement là-bas et qu’il n’y a pas eu de catastrophe.

A voir : quelques photos du passage de la tempête dans le New York Times.

Le style de DFW et les blogs

Maud Newton explique que le style de David Foster Wallace préfigure le style dominant les billets de blogs sur Internet :

Wallace’s nonfiction abounds with qualifiers like “sort of” and “pretty much” and sincerity-infusers like “really. [...] I suppose it made sense, when blogging was new, that there was some confusion about voice. Was a blog more like writing or more like speech? Soon it became a contrived and shambling hybrid of the two. The “sort ofs” and “reallys” and “ums” and “you knows” that we use in conversation were codified as the central connectors in the blogger lexicon.

Jerry Gretzinger's map


Jerry's Map from Jerry Gretzinger on Vimeo.
Ce type est génial!

Irene

NASA / NOAA GOES-13 satellite image showing earth on August 26, 2011 at 14:45 UTC (10:45 a.m. EDT). Hurricane Irene can been seen on the U.S. East Coast.

Irene Almost 1/3 the Size of East Coast. Irene has become a major hurricane, and NASA satellite data shows its diameter is now about 510 miles -- roughly 1/3 the length of the U.S. Atlantic coastline. Hurricane watches are in effect for much of the East Coast.

DSK, "season finale"

Donc, et si le juge Obus y consent, les charges contre DSK seront abandonnées aujourd'hui. Dans un mémoire de 25 pages, disponible sur le web, le bureau du procureur de New York indique qu'il abandonne les poursuites pour deux raisons :
1) il est impossible d'accorder la moindre crédibilité à ce que déclare la plaignante, rendant l'affaire implaidable devant un jury.
2) il est impossible de prouver qu'un rapport sexuel non consenti a eu lieu.

D'après le bureau du procureur la plaignante "n'a été franche ni sur les grands sujets ni sur les petits" et elle montre une capacité troublante a "raconter des faits fictifs avec la plus complète conviction". Le résultat des recherches d'ADN recueilli sur les lieux et les rapports médicaux ne permettent pas de conclure à une relation sexuelle forcée. "Le problème grave de fiabilité de la plaignante fait qu'il est impossible de répondre à la question de savoir ce qui s'est exactement passé" entre la femme de chambre et DSK, conclu le bureau du procureur. Le bureau du procureur note aussi qu'il a des preuves incontestables qu'un rapport sexuel "rapide" entre le défendeur et la plaignante a eu lieu dans la suite du Sofitel aux heures et minutes déclarées par la plaignante mais qu'il n'est pas possible de savoir s'il a été de nature consentante ou forcée. Donc qu'en l'absence de toute crédibilité de la plaignante et seule et unique témoin, les charges doivent être abandonnées.

Le système judiciaire américain, très contesté en France à cause du regrettable "perp walk" imposé à DSK a tout de même bien fonctionné. Quant à DSK c'est son imprudence, son irresponsabilité et son sentiment d'impunité qui l'ont perdu, pas la procédure judiciaire de New York.

Heavies at Manchester

Ah que c'est beau, les avions dans le petit matin, manque plus que l'odeur du jet fuel brulé. Mettre le son à fond.

Détails du XVIIIème

J'ai eu envie de refaire des photos, après une longue période "sans", et je n'ai pas eu à aller loin, juste à me promener dans mon quartier.

6038813964 a234a377b8

6038268941 1006b7020e

6038265477 4a379a59f0

6038811256 d3631820ce

6038817926 2872fa7381

6038809272 b81a0c7a7d

Sur l'émeute

Dans la vie de tous les jours les délinquants font souffrir et terrorisent les autres, ils se comportent comme des prédateurs dans la jungle urbaine, ils attaquent plutôt les gens sans défenses ou en position de faiblesse et de préférence à dix contre un (les victimes des agressions violentes en réunion sont en majorité des gens seuls, des jeunes et des femmes). Lorsque ces délinquants participent à une émeute, il ne faut pas s'étonner de leur manque total de pitié ou de compassion : tant pis pour le petit commerçant qui voit sont magasin partir en fumée après avoir été pillé, aucune pitié pour les habitants des appartements au-dessus du magasin incendié, on vole en faisant semblant de l'aider le pauvre garçon qui s'est déjà fait briser la mâchoire et qui saigne assis par terre, on massacre la policière isolée dans une ruelle, on fonce en voiture sur les gens qui font mine de s'opposer aux déprédations. La vidéo du jeune malaisien tabassé et volé à Londres a fait le tour du monde et a même été prise en exemple par le premier ministre David Cameron pour dénoncer la cruauté et l'absence de morale des émeutiers. Mais des scènes du même genre se produisent tous les jours un peu partout, ces images n'ont rien d'exceptionnel.

D'après les comptes-rendus d'audiences judiciaires qui ont lieu en ce moment dans les grandes villes anglaises, les gens qui ont commis les pillages et le vandalisme sont soit des voyous, des hooligans récidivistes, soient des voleurs pathologiques qui ont profité de l'occasion ou encore des gens ordinaires qui ce sont laissés tenter par l'excitation du pillage et le "frisson de l'émeute" (Roché, 2006). Reste qu'il me semble facile et erroné d'oublier ou de nier le contexte dans lequel ce sont commises ces exactions. Elles ne sont pas apparues dans les "beaux quartiers" mais dans les quartiers de grande pauvreté et où il y a une forte désorganisation sociale, des quartiers de relégation de minorités ethniques où les tensions avec les forces de police sont vives. Des quartiers où les jeunes ont peu de perspectives d'intégration sociale et où les principales ressources économiques sont crapuleuses et souterraines. Dans ces quartiers la vie quotidienne des jeunes est faite de violence, d'humiliations multiples, de désœuvrement, de rapports de force avec leurs pairs, leurs parents, les jeunes du quartier d'à coté, les autorités, de désespérance et d'ennui chronique. L'émeute est une sorte de grand défouloir, une fête cruelle (d'ailleurs, pour dire qu'on va faire la fête on dit couramment qu'on "va mettre le feu"!), il y a un frisson particulier, une excitation et un plaisir particulier à l'émeute, le plaisir de "tout faire péter", de provoquer la peur et la panique chez les "bourgeois", de prendre des risques et de montrer son courage en allant défier et se battre avec la police honnie. Et puis tout rendre dans l'ordre et l'excitation retombe, la sinistre et désespérante vie quotidienne reprend ses droits avec ses multiples trafics un temps perturbés, eux aussi, par l'émeute, jusqu'à la prochaine fois. L'émeute est la manifestation absurde, festive et sans lendemains de la colère d'une population malheureuse. Et bien sûr ce n'est pas l'excuser que d'essayer de la comprendre.

Downgrading the US

Felix Salmon à Reuters a bien compris la vraie raison pour laquelle S&P a baissé la cote des Etats-Unis de AAA à AA+:

"[...] the US does not deserve a triple-A rating, and the reason has nothing whatsoever to do with its debt ratios. America’s ability to pay is neither here nor there: the problem is its willingness to pay. And there’s a serious constituency of powerful people in Congress who are perfectly willing and even eager to drive the US into default. The Tea Party is fully cognizant that it has been given a bazooka, and it’s just itching to pull the trigger. There’s no good reason to believe that won’t happen at some point."

The Economist ajoute :

"It is striking that the proponents of this strategy seem so oblivious to its impact. Our economy is lubricated by a sophisticated and stable credit market whose most vital component is also the most ephemeral: trust. As the crisis amply demonstrated, when trust erodes, the system freezes up. America has built a reputation for responsible and credible management of its finances over the centuries, and that reputation has been reduced to a political football, like a federal judgeship. Henceforth a foreign pension fund or central bank that once mindlessly ploughed his spare cash into Treasurys will have to think twice."

Tout est de la faute des Républicains et de leur aile droite, de leur intransigeance et de leur refus d'un compromis prévoyant une augmentation des impôts, donc des revenus de l'Etat, pour les plus riches et donc les plus capables de payer, et ce pour payer l'énorme dette qu'à contracté essentiellement l'administration Bush, et pour tenter d'apporter une solution à la crise causée par les banquiers avides et inconscients. C'est stupéfiant!

Journal bucolique #5

Levé un peu pus tard que d'habitude ce matin, comme un idiot, je me suis réveillé à six heures un quart et plutôt que de me lever je me suis rendormi. Bon, enfin, huit heures c'est pas si mal. Le temps était maussade ce matin mais très doux, avec une averse ou deux de crachin. Et puis vers 10 heures trente le vent s'est levé et il a fait plutôt beau, chaud, avec de gros cumulus qui ne faisaient que passer.

Je n'ai pas fait grand chose aujourd'hui, sinon cueillir des haricots, et aller déjeuner chez mon frère (20 km à vélo aller-retour (vélo électrique, hein)). En revenant de Beaumont j'ouvre l'écurie (qui sert de cambuse) et découvre une canette de bière par terre. Elle avait roulé de l'étagère. Pas cassée, elle était tombé sur une paire de cuissardes qui se trouvaient là. Sur l'étagère deux autres canettes étaient couchés. Un intrus! Je replace tout et je regarde attentivement les étagères et derrière les meubles. J'entends un très faible bruit de liquide qui goutte. Je m'aperçois que c'était une bouteille de lait en plastique qui fuyait. Elle était percé d'un petit trou fait par une petite dent. Souris! Mulot! Rongeur! pas la peine d'appeler Samba (le chat) il se désintéresse de la question et il serait incapable de flairer la trace d'un mulot à 1 cm. J'ai récupéré un des pièges à souris de la remise, toujours aussi inefficace et même délivré sans dommage de son appât (!) et l'ai posé, appâté d'une noix, sur l'étagère. J'espère bien attraper cette souris qui me pique mon lait.

Sur la route qui longe le marais de Huismes, en vélo, j'ai repéré une buse, enfin je crois que c'était une buse, un gros rapace en tout cas, qui volait parallèlement à la route et tout près. J'ai bien failli me coller au fossé en l'observant. La vie du naturaliste amateur est pleine de risques.

Chez mon frère, longue discussion sur les origines de notre famille et sur nos ancêtres, coté paternel, en Limousin, à Nantiat, un village près de Bellac. Mon arrière grand-mère, Mémée, qui a vécu jusqu'à 102 ans et qui avait perdu son mari et deux de ses enfants en deux ans (1915, 1916), son mari d'une pneumonie, son fils de la tuberculose, sa fille (ma grand-mère) de la grippe espagnole. Je me suis souvenu de la tante Yvonne, veuve, qui vivait avec sa fille, Simone, dans la boucherie désaffectée de son mari, tonton Robert, à Saint-Bonnet-de-Bellac, vraiment dans la boucherie et dans une pièce attenante. Un trou, aussi, Saint-Bonnet. Et des cousines du Boucarré, un hameau de quatre maisons, près de Nantiat, qui vivaient comme au dix neuvième siècle, et qu'on allait visiter au moins une fois à chaque vacances là-bas, de leur maison sombre et sordide. Des tas d'histoires amusantes ou tristes, des tas de destins.

Plus que deux jours ici. Le temps passe trop vite. Me suis fait bouffé par les moustiques dans ma chambre la nuit dernière, ce soir : insecticide, non mais!

Sondage

82% des Américains désapprouvent l'action du Congrès pendant la crise du plafond de la dette (New York Times). Et encore mieux, 72% des personnes interrogées désapprouvent la façon dont les Républicains ont géré la crise, leur reprochant leur refus d'un compromis raisonnable. 46% approuvent l'action Obama (et 47% désapprouvent). Les Tea Party n'ont la faveur que de 20% des personnes interrogées.

Washington's Most Effective Politician

Andrew Sullivan pense que Barack Obama est le politicien le plus efficace de Washington et il dit pourquoi:

"Here are the political accomplishments: defeating the most heavily favored party machine in decades (the Clintons) while actually bringing his biggest rival into his cabinet, where she has performed extraordinarily well; helping to cement the GOP's broad identity as extremists opposed to compromise; entrenching black and Hispanic loyalty to his party; retaining solid favorables and not-too-shabby approval ratings during the worst recession since the 1930s. 44 percent of the country still (rightly) blame Bush for this mess, only 15 percent blame Obama.

On policy: ending the US torture regime; prevention of a second Great Depression; enacting universal healthcare; taking the first serious steps toward reining in healthcare costs; two new female Supreme Court Justices; ending the gay ban in the military; ending the Iraq war; justifying his Afghan Surge by killing bin Laden and now disentangling with face saved; firming up alliances with India, Indonesia and Japan as counter-weights to China; bailing out the banks and auto companies without massive losses (and surging GM profits); advancing (slowly) balanced debt reduction without drastic cuts during the recession; and financial re-regulation."

Je suis d'accord avec Sullivan (on va dire : comme d'habitude), j'ai bien compris ce que les gens de gauche lui reprochaient, en gros sa tendance à pencher vers la droite et son goût du compromis, son coté raisonnable, tête froide, mais je comprends moins ce que lui reprochent les indépendants, les gens de centre droit. Je pense que son principal défaut est de ne pas avoir su communiquer efficacement sur son action.

Et Sullivan de conclure avec optimisme :

"When I read commentaries expounding on the notion that this man is competely out of his depth, I just have to scratch my head. Given his inheritance, this has been the most substantive first term since Ronald Reagan's. And given Obama's long-game mentality, that is setting us up for a hell of a second one."

Blue Yodel #9

Louis Armstrong et Johnny Cash en duo sur "Blue Yodel #9" un blues de Jimmie Rogers avec la femme de Louis, Lilian, au piano.

On va dans le mur

Why The Global Economy Is Tanking (The New Republic):

La Grèce va être probablement bientôt en défaut de paiement, le Portugal va mal, l'Irlande et l'Espagne ne vont pas bien, L'Italie est la suivante sur la liste, tous ont des problèmes de paiement de leur dette publique. L'Euro est menacé. Le Japon a plus de dépenses que de revenus, mais genre énormément plus, voyez vous. Les Etats Unis ont une croissance faiblarde et eux aussi plus de dépenses que de revenus avec déjà une dette faramineuse et ne veulent absolument pas augmenter les fameux revenus (euh oui, il faudrait augmenter les impôts et ça c'est tabou). Les marchés financiers viennent de prendre un grand coup dans la face. Personne ne semble savoir ce qu'il faut faire, ou plutôt personne ne semble vouloir se mettre d'accord sur une méthode (à commencer par en trouver une qui a des chances de fonctionner)

Bref, tout va mal économiquement, le monde va droit dans le mur.

En plus de ça on a un été pourri.

Journal bucolique #4

Journée nuageuse, grise, avec des crachins intermittents. La température est très douce, l'ambiance maritime, on s'attend presque à entendre retentir la corne de brume. Un temps breton. Je pense à G. et C. qui doivent être au Conquet avec un temps à peu près similaire si ce n'est avec du vent en plus. Ça doit bigrement les changer de leurs habitudes méridionales, mais c'est aussi un peu pour ça qu'ils vont passer leurs vacances au Conquet!

J'ai travaillé au jardin, je ne répugne pas à quelques travaux des champs et entre les averses le temps était idéal pour ça. J'ai ramassé six brouettes de pommes mises sur le compost, cueilli des fraises et des haricots beurres (encore). Le reste du temps j'ai lu (livre et web). Je ne regarde jamais la télévision ici, remarquez je ne la regarde quasiment pas non plus chez moi à Paris. Ce midi j'ai fait de la cuisine, ce qui ne m'arrive quasiment pas à Paris et un peu plus souvent ici. J'ai fait des haricots verts (toujours) à l'Italienne. Il faut découper une tomate, hacher un oignon et une gousse d'ail et les faire revenir avec du beurre (moi j'ai mis de l'huile d'olive) dans la cocotte minute, à feu vif. Rajouter du bouquet garni et du persil, du sel, du poivre, puis les haricots verts épluchés et lavés. Fermer la cocotte et faire cuire dix minutes. C'était délicieux, quoique assez basique comme cuisine. Vraiment délicieux. Avec du jambon blanc c'était parfait.

Je fais toutes les petites tâches ménagères lentement, en m'appliquant et en pensant à ce que je fais, comme j'avais vu le faire par des gardiens de phares dans un reportage que j'avais vu il y a quelques années à la télévision. Ça m'avait marqué cette application qu'ils mettaient à faire les diverses tâches qui leur incombaient. Comme ils étaient dans leur phare pour quinze jours ils avaient largement le temps de faire les choses, comme l'entretien du phare, lentement, avec application et minutie, pour occuper le temps en quelque sorte. Par contre quand je travaille au jardin je ne peux m'empêcher de laisser mon esprit vagabonder, une sorte d'attention flottante.

Le temps passe à une vitesse effarante. On est déjà jeudi, j'ai l'impression d'être ici depuis deux jours seulement. Je ne m'ennuie pas du tout avec moi-même, c'est une chance. Je crois que je pourrais mener cette vie d'ermite modérée assez longtemps à condition d'avoir Internet et des livres et un peu de travail physique, et la compagnie d'un chat ou d'un chien ou les deux, la radio aussi. J'écoute la radio sur l'iPad, avec un application géniale qui s'appelle TuneIn Radio. Il y a des radios du monde entier mais les stations que j'écoute sont plutôt BBC 4 ou la radio publique américaine, NPR, sur ses filiales locales : WNYC New York City, WBEZ Chicago, et une excellente radio musicale : KSTK (ils ont une émission géniale : The Bone Conduction Music Show et la fameuse et excellente émission American Routes) et un peu de Country sur Radio Free Texas, ou bien Radio Free Americana ou Texas Exile Radio ("Music for the discerning redneck", j'adore ce slogan!). Sans oublier les podcasts comme This American Life (tous les dimanches c'est sacré, comme la messe!) ou Radiolab.

Journal bucolique #3

Il y a une chouette effraie de la grange. En allant fermer le poulailler j'ai entendu un bruit dans la grange, croyant que c'était le rat (le bruit était assez fort) je suis allé voir si les pièges avaient pris quelque rongeur mais aucun ne s'étaient fait envie des appâts, par contre j'ai entendu le soufflement caractéristique d'une chouette effraie, qui doit loger là ou qui est entrée pour s'offrir les souris. Je pense que c'est une effraie mais je ne l'ai pas vu, je n'avais que la lampe de poche, mais la chouette effraie est la seule chouette a ne pas hululer mais émettre un son comme un ronflement.

Beau temps un peu frais. Ce matin de la brume dans les champs. Un peu d'insomnie mais curieusement réveil sans difficultés, frais et dispos. Je suis allé déjeuné chez mon frère, en vélo électrique, 10 kilomètres d'une route qui trace tout droit à travers les grands bois, puis sinueuse dans la campagne avec la descente abrupte dans la petite vallée de la Riasse aux Fontaines d'Auzon (vieux moulin, lavoir) et la remontée, puis qui longe le marais de Huismes, passe au hameau du Grand Ballet et arrive finalement à Avoine. Avoine et Beaumont-en-Véron sont deux petites villes siamoises qui se partagent les logements des employés de la centrale nucléaire toute proche et les subventions d'EDF. En fait une banlieue pavillonnaire sans grande ville à quoi la rattacher. Le rôle de la grande ville est tenu par la centrale nucléaire.

Rentré vers 4 heures j'ai cueilli des haricots dans le potager. J'ai beaucoup trop de haricots verts et haricots beurres pour moi tout seul. D'une manière générale pour ce séjour j'ai beaucoup plus de bouffe que je ne pourrai en manger, avec le jardin qui donne à plein, les fruits plein les arbres, le congélateur bien rempli, les oeufs des poules… Sauf que ce que je préfère c'est les spaghettis-beurre-gruyère rapé-ketchup (la cambuse en recèle suffisamment) et que donc j'ai plus de légumes que je ne pourrai jamais en consommer, même en en mangeant tous les jours. Bon, on ne va pas se plaindre! En plus des haricots, j'ai trouvé une courgette de belle taille et des épis de maïs murs.

HIP 334086329 090523

La cueillette du jour.

La philosophie est-elle importante?

Pour ceux qui s'intéressent aux questions de philosophie morale, il y a deux papiers très intéressants dans le New York Times. L'un de Paul Boghossian, professeur de philosophie à la New York University qui qualifie le relativisme moral de nihilisme puisque pour les relativistes il n'existe pas d'idées morales absolues et universelles mais des concepts moraux liés à une société donnée, relatifs à cette société. Et cette semaine la réponse d'un tenant du relativisme, le professeur Stanley Fish qui défend ses positions devant l'attaque de Boghossian (avec beaucoup moins de talent, selon moi) et qui déclare qu'au fond les absolus moraux ne sont pas pertinents pour la vie quotidienne de la plupart des gens.

"But does any of this matter outside the esoteric arena of philosophical disputation? Let’s suppose that either of two acts of persuasion has occurred in that arena: a former moral absolutist is now a relativist of some kind, or a former relativist is now a confirmed believer in moral absolutes. What exactly will have changed when one set of philosophical views has been swapped for another? Almost nothing. To be sure you will now give different answers than you once would have when you are asked about moral facts, objective truths, irrefutable evidence and so on; but when you are engaged in trying to decide what is the right thing to do in a particular situation, none of the answers you might give to these deep questions will have any bearing on your decision. You won’t say, “Because I believe in moral absolutes, I’ll take this new job or divorce my husband or vote for the Democrat.” Nor will you say, “Because I deny moral absolutes I have no basis for deciding since any decision I make is as good or bad as any other.” What you will say, if only to yourself, is “Given what is at stake, and the likely outcomes of taking this or that action, I think I’ll do this.” Neither “I believe in moral absolutes” nor “I don’t” will be a reason in the course of ordinary, non-philosophical, délibération."

Personnellement je suis convaincu par Boghossian et stupéfait des arguments de Fish

Tea Partiers

La liste des députés à la Chambre des Représentants qui font partie du groupe "Tea Party" (extrême droite du parti Républicain).

Ils sont presque tous des États du Sud (Texas, Louisiane, Caroline du Sud et du Nord, Mississippi, Alabama, Floride, Tennessee, Virginie de l'Est, Georgie, Maryland) et du Middle West (Kansas, Minnesota, Iowa, Colorado, Missouri, Nebraska, Indiana,) il y a deux Californiens, quelques représentants des États de l'Ouest comme l'Arizona, l'Utah, le Montana ou le Nouveau Mexique mais aucun du Nord-Est, ni du Centre-Est (Ohio, Illinois).

C'est intéressant de noter que ce sont les États ex-confédérés qui sont en général les plus réac' (après avoir été longtemps Démocrates — mais Southern Democrats ou Dixiecrats, ce qui n'est pas tout à fait pareil!)

Journal bucolique #2

Il pleut et il ne fait pas très chaud. Des orages faiblards mais qui tonnent toute la journée quelque part autour de la clairière. Le ciel gris foncé. Et quelques éclaircies pour faire fumer le sol détrempé.

À la campagne on fait bien plus attention à la météo qu'en ville parce qu'une grande partie de l'activité se déroule à l'extérieur. Aujourd'hui je n'ai quasiment pas quitté mon ordinateur ou mon iPad. Je ne me suis pas ennuyé, pas le moins du monde, mais je me sens un peu engourdi comme par une journée de travail.

Le chat se réveille de temps en temps et demande immédiatement des caresses, puis il va se recoucher quelque part ou va faire un tour dehors avant d'aller roupiller. Il vit la nuit. Il n'arrête pas d'aller et venir, de sortir et de rentrer dans ma chambre (qui donne sur l'extérieur). C'est un animal nocturne. Le matin à sept heures il a faim et il vient me réveiller en me mettant son museau froid dans l'oreille. Toutefois ce n'est pas un chasseur comme l'était Alphonse. Les lapins pullulent depuis qu'Alphonse est mort, ils ne craignent plus grand' chose.

D'ailleurs il y a des souris et au moins un rat dans la grange (j'ai identifié les crottes comme étant celles d'un rat). P. a mis des pièges à souris et à rats, appâtés avec des noix, je les inspecte tous les matins mais aucun rongeur n'y touche, même pas un léger grignotage de l'appât. Il faudrait envoyer le spécialiste (le chat) mais il ne veut rien avoir à faire avec les rongeurs, à la rigueur si une souris voulait se suicider il l'aiderait, ou bien si un souriceau inexpérimenté se jetait dans ses pattes. Mais de toute façon il a très peu de flair. Il doit avoir une malformation dans le nez car il a la respiration bruyante. On le repère facilement à ses ronflements quand il va se cacher dans un coin tranquille pour dormir.

Vu personne depuis deux jours et ça ne me manque pas du tout. Mais quand même demain je ferai un petit retour à la civilisation en allant déjeuner chez mon frère. D'ailleurs la civilisation n'est jamais loin car il y a les voisins (qui me fichent une paix royale je dois dire). Le voisin à coté est un peu bruyant — il construit sa maison et ça entraîne fatalement pas mal de bruits. Le voisin d'en face (ou presque) est extrêmement discret. C'est le patron d'un supermarché de la région. Ils se couchent très tôt ou du moins ils s'enferment très tôt le soir, tous volets fermés. Je crois qu'ils ne se sentent pas à l'aise à la campagne, ou du moins dans cette campagne un peu sauvage. Il y a des bêtes et de la nature partout. Beaucoup de gens ont peur de la nature bien que sous nos latitudes elle soit en général bénigne. C'est une peur qui vient de loin.

Il m'est arrivé de rencontrer un sanglier, une fois, le soir, il y a quelques années, près de la maison et je dois dire que j'ai eu peur sur le moment alors que je me flatte de n'avoir, en général pas peur de la nature. Oui, mais un sanglier c'est une grosse bête, c'est sauvage, ça grommelle de façon très impressionnante, un sorte de grondement très puissant, très sauvage. Et une fois un chevreuil a détalé devant moi dans la forêt alors que je ne m'y attendais pas et j'ai une grosse trouille, vite calmée.

Ce soir calme absolu, pas de vent, aucun bruit.

Récréation mentale

Elise et les poules, originally uploaded by Jean Ruaud.


Une vieille image. La petite fille sur la photo a maintenant dix ans. Le poulailler n'a pas changé, les poules, si.

Un manque d'autorité

Une analyse assez synthétique et intéressante dans The New Republic, sous la plume de Jonathan Cohn, qui s'en prend lui aussi à Barack Obama, il juge que le résultat, apparemment calamiteux pour les Démocrates, de la crise du plafond de la dette américaine est dû à un manque de leadership de la part du Président. Leadership, à lire son papier je dirai plutôt qu'il aurait manqué d'autorité.

Après avoir brièvement analysé les conséquences néfastes du deal d'hier (adopté à la Chambre des Représentants et qui va être voté incessamment par le Sénat), Cohn adresse ses reproches au Président :

Is Obama to blame? I’ve been among his staunchest defenders in situations like these. I know it's easier to second-guess these decisions from the cheap seats. I realize the country is more conservative than I am. I appreciate the difficulty of fighting Fox News, the Koch brothers, and the filibuster all at once. […] Obama was up against those same forces in the debt ceiling debate. But this time, I think, it's impossible not to second-guess his decisions. Why didn't he demand Republicans raise the debt limit, the way Congress has routinely for previous presidents, and stand by that when Republicans inevitably refused? Why didn't he spend more time criticizing Republicans for their values and priorities rather than trying to find accommodations with them? Why didn't he play up the possibility of the 14th Amendment, if only to increase his leverage? Imagine if the president had, from the very beginning, laid out a few key principles and stuck to them: No tying the debt ceiling to deficit reduction; no attacks on Medicare, Medicaid, and Social Security; no deficit reduction without higher taxes on the riche.

Au passage il remarque que le deal n'est tout de même pas si mauvais puisqu'il ne sera renégocié qu'en 2013 et qu'entretemps les allègement d'impôts décidés pendant l'administration Bush prendront fin (à fin 2012), permettant des rentrées d'argent supplémentaires et pas seulement des coupes budgétaires (ce que remarquait hier aussi Nate Silver)

Il analyse parfaitement la stratégie présidentielle qui est de ménager les indépendants et les modérés et de rejeter le parti Républicain à l'extrême droite.

Et pour finir par se radoucir vis à vis du Président :

Unlike some of my friends, I don't believe Obama adopted this approach primarily because he thought it would improve his prospects for re-election. As I have written previously, I give the president a lot more credit than that, morally and intellectually. My guess is that he pursued this strategy because he didn't want to poison the atmosphere for negotiations and believed (genuinely, accurately) that moderate entitlement cuts should be part of a balanced deficit reduction agreement. But the atmosphere was poisoned from the start and Republicans were never going to support a balanced agreement. He was trying to do the right thing when it was not possible to do the right thing. It may not have made for bad politics, but it certainly made for bad policy.

Le blogueur à la campagne

HIP 333985584 365379

Minimum gear for blogging!

Jenny Odell

J'aime ce que fait Jenny Odell, en particuier ses découpages d'items collectionnés dans Google Maps et réassemblés pour former un tableau:

Water slides web

10 Waterslide Configurations - Jenny Odell

Et son livre : Travel by Approximation : A Virtual Road Trip est une idée absolument géniale (j'aurais dû l'avoir, tiens, et maintenant j'ai envie de faire un truc dans ce genre là!).

Il y a même un nom pour ça...

»» Delayed sleep phase syndrome - (Wikipedia) :

""…also known as delayed sleep-phase disorder or delayed sleep-phase type, is a circadian rhythm sleep disorder, a chronic disorder of the timing of sleep, peak period of alertness, the core body temperature rhythm, hormonal and other daily rhythms, compared to the general population and relative to societal requirements. People with DSPS generally fall asleep some hours after midnight and have difficulty waking up in the morning.

Often, people with the disorder report that they cannot sleep until early morning, but fall asleep at about the same time every "night". Unless they have another sleep disorder such as sleep apnea in addition to DSPS, patients can sleep well & have a normal need for sleep. Therefore, they find it very difficult to wake up in time for a typical school or work day. If, however, they are allowed to follow their own schedules, e.g. sleeping from 4 a.m. to noon, they sleep soundly, awaken spontaneously, & do not experience excessive daytime sleepiness.""

Ça ne doit pas être loin de ce que je ressens. Je me lève à sept heures péniblement et je suis ensommeillé toute la matinée, et puis graduellement de moins en moins plus le jour s'avance plus je me sens éveillé et pétillant, le soir j'ai la pêche et même si je ne me couche pas tard je n'arrive pas à dormir avant une heure avancée.

Un bon tiers d'allumés

De pas très bonnes nouvelles des Amériques :

"Three in 10 Americans interpret the Bible literally, saying it is the actual word of God. That is similar to what Gallup has measured over the last two decades, but down from the 1970s and 1980s. A 49% plurality of Americans say the Bible is the inspired word of God but that it should not be taken literally, consistently the most common view in Gallup's nearly 40-year history of this question. Another 17% consider the Bible an ancient book of stories recorded by man."

Encore peut-on se consoler en disant que ce chiffre de 30% d'Américains qui pensent que la Bible doit être interprétée littéralement est en régression légère depuis 1977 (38 à 40% entre 1977 et 1985).

Journal bucolique

Il y a trop de pommes. C'est parce qu'on a eu un printemps doux et ensoleillé. Les branches des arbres ploient sous le poids des fruits, des pommes, des poires, des prunes. Dans le fond du jardin une grosse branche d'un pommier est tombée, cassée nette par le poids de ses fruits. À Beaumont, une branche d'un pommier à moitié mort et donc fragile est tombée — manquant de peu mon frère — là aussi sous le poids de ses derniers fruits. L'une de mes tâches pendant cette semaine bucolique est d'éclaircir les pommes, je dois en enlever une sur trois. Aujourd'hui je me suis occupé de ça. C'est un peu triste toutes ces pommes qui vont rejoindre le tas de compost, mais elles n'auraient peut-être même pas mûries, autant les faire tomber tout de suite et épargner le pommier qui a bien du mal à les porter. Je suis content de voir que les branches les plus basses de l'un des pommiers dont je me suis occupé aujourd'hui commencent à se redresser, ce matin elles touchaient le sol, ça va mieux.


Il fait un temps superbe, de gros cumulus à l'horizon certes, mais ils évitent la clairière où je suis et passent au-dessus de la forêt, plutôt. La température est agréable, un peu de vent.


Je me lève à sept heures du matin pour aller ouvrir aux poules qui sont enfermées depuis la veille 10 heures du soir dans leur cabane. Je ne suis pas du matin. C'est un peu dur de se lever à sept heures, et après j'ai envie de dormir, alors je fait un sieste vers 10 heures mais ce matin j'ai dormi trop longtemps dans ma chaise longue devant la maison. Il faut que je me couche un peu plus tôt et voir si je peux m'endormir plus tôt. Je veux profiter de mon temps libre ici.


Ce matin à sept heures donc, j'ai vu un lapin détaler devant moi dans l'herbe humide de rosée. Les voisins qui font des travaux ont versé du gravier sur leur allée et ensuite un rouleau-compresseur est venu étaler tout ça. Le bruit était désagréable dans un endroit d'ordinaire si calme. Mais vers trois heures tout est rentré dans l'ordre. Les pies et les geais se sont remis à se chamailler près de la mare.


De la pluie était annoncée pour ce soir mais au lieu de ça grand beau temps et le baromètre remonte. Il a fallu arroser le potager.


Cette nuit un animal a fait un drôle de bruit, une sorte de roucoulement un peu comme celui d'un pigeon mais moins mélodieux, plus rauque et plus grave. J'ai cru que c'était une chouette et c'était peut-être ça mais je me demande si ce n'était pas un autre animal.

En vrac

Okay, quelques articles intéressants en vrac (et en Anglais) :

§ Un grand reportage comme j'aime les lire sur le raid pour descendre Ben Laden, dans le New Yorker. C'est prenant comme un techno-thriller et apporte plein d'informations nouvelles sur cette opération. C'est long mais franchement c'est bien. Par Nicholas Schmidle (que je ne connaissais pas mais qui a des sources bien placées, bien qu'elles soient presque toute offs).

§ Frank Chimero et le plaisir de lire.

§ Dans le Morning News : What would Jesus Do? Un joli et touchant petit texte.

§ L'oxytocine, vous savez l'hormone de la gentillesse et de l'amour. Eh bien chez certains ça n'aurait pas cet effet là, mais alors pas du tout. Même plutôt l'inverse.

The President Surrenders on Debt Ceiling

Paul Krugman n'est pas content du tout du deal de cette nuit sur le plafond de la dette américaine, mais pas du tout :

"And then there are the reported terms of the deal, which amount to an abject surrender on the part of the president. First, there will be big spending cuts, with no increase in revenue. Then a panel will make recommendations for further deficit reduction — and if these recommendations aren’t accepted, there will be more spending cuts.
Republicans will supposedly have an incentive to make concessions the next time around, because defense spending will be among the areas cut. But the G.O.P. has just demonstrated its willingness to risk financial collapse unless it gets everything its most extreme members want. Why expect it to be more reasonable in the next round?
In fact, Republicans will surely be emboldened by the way Mr. Obama keeps folding in the face of their threats. He surrendered last December, extending all the Bush tax cuts; he surrendered in the spring when they threatened to shut down the government; and he has now surrendered on a grand scale to raw extortion over the debt ceiling. Maybe it’s just me, but I see a pattern here."

Et de déclarer qu'Obama avait plein d'options légales pour s'opposer aux Républicains et refuser un deal aussi néfaste pour son parti, pour lui-même et pour l'Amérique.

Obama se moque de l'avis de Paul Krugman, de toute façon celui-ci et les gens qui sont de la même opinion que lui (c'est à dire de gauche) ne voteront jamais pour le GOP. La cible d'Obama ce sont les modérés et les indépendants.

Tokyo

Parmi les tâches de l'été, il y a refaire ma blogroll, ce petit gadget sympa qui a tendance à disparaître de nos jours. Et dans cette blogroll ou blogoliste il y aura certainement Tokyo, le blog de Lionel Dersot traducteur en cette ville nippone. Un blogue éclatant, non seulement pour ses images mais aussi pour la qualité de l'écriture.
"Me souvenant donc du fameux livre de Jacques Yonnet - Rue des Maléfices - et les lecteurs savent ce que le souvenir d'un livre peut générer comme envie urgente du toucher, du feuilleter, du palper, de mettre la main dessus au plus vite, de caresser la tranche - il se passa un lapse de temps après avoir fait une croix sur l'espoir de le retrouver dans les piles, que, comme un nuage dévoilant, je l'aperçu déjà ne le cherchant plus, à l'improviste donc, quasi dernier sur un des équilibres précaires de la table échiquier qui elle aussi nous avait-on dit, est italienne. Le contentement qui suit celui de la rencontre fortuite, celui de relire juste un peu les pages introductives - "... la Seine me boude. La même moue qu'autrefois lorsque je revenais la saluer ..." est très similaire mais sur une gamme autre, au fondant d'une très petite mangue d'Okinawa."

La dette, les missiles et la théorie des jeux

Intéressant article de Nicholas Thompson dans le New Yorker, comparant l'actuelle crise du plafond de la dette américaine avec la crise de Cuba et les transactions de joueurs au Baseball sous l'angle de la théorie des jeux.

"Then, as now, two sides moved toward calamity over a relatively small issue. We shouldn’t have a debt ceiling, and the differences between the current Republican and Democratic plans are slim. Soviet missiles in Cuba would not have vastly altered the strategic balance in the Cold War because the Soviets already had missiles that could hit us. (The new ones in Havana were tellingly called “political range ballistic missiles.”) Another similarity is how both crises started: a weak player, pushed by its ideological fringe—hard-line Soviet generals, Tea Partyites—decided to challenge its stronger opponent. And perhaps both crises will be resolved by men who, blessedly, appear to become more rational the closer they get to the edge: John Boehner and Nikita Khrushchev.

Cependant, nous prévient-il, il y a une différence : l'asymétrie. Lors de la crise de Cuba les Américains conclurent un deal avec Kroutchev en échangeant leurs missiles en Turquie contre les missiles russes à Cuba, à condition que les Soviets gardent le deal secret pour ne pas ruiner politiquement la réputation des Kennedy. Ce deal fonctionna car il était asymétrique : les Américains tenaient plus à l'opinion de leurs citoyens que les Russes à celle des leurs, permettant ainsi aux Russes de mettre dans l'échange quelque chose à laquelle ils tenaient peu contre une chose à laquelle les Américains tenaient beaucoup.

Dans la crise actuelle, remarque l'auteur, il n'y a pas d'asymétrie évidente.

Mais on me dit que ces Messieurs seraient parvenus à un accord. Mais quel accord et qu'est-ce qu'il ont échangé, et est-ce que les Teapartisans vont l'accepter?

Léo Delafontaine

Format carré, ligne claire, cadrage soigné, j'aime beaucoup le travail photographique de Léo Delafontaine.

(Merci à Daylon pour le lien).