Things I Saw Today

Things I Saw Today by Alex Beker:

Things I Saw Today started one day when I stopped at a red light and saw a powerful geyser-like gush of water spurting out of the sidewalk while a pedestrian walked right past it ignoring it or failing to notice it. I had my camera with me and captured that moment. Since then, I take my camera with me everyday and everywhere. The purpose of Things I Saw Today is to make you look at what you may see, or to make you see everyday things differently.

tumblr_lapmi9US5X1qz5dklo3_500.jpg

Photo: © Alex Beker, Things I saw today.

Typographic Maps

Typographic Maps

bos1b.jpg

Manhattan

Un extrait de Fenêtres de Manhattan de Antonio Munoz Molina qui résonne fortement en moi. Dans ces pages le narrateur habite à Manhattan et décrit ses journées d'automne et d'hiver peu après le 11 septembre 2001 :

Et pourtant je ne sais si c'est pas sottise ou par aveuglement, ou par cette espèce d'insouciance qui nous étonne tellement chez ceux qui ont été les contemporains d'un grand désastre sans réaliser sa véritable dimension, mais la certitude objective du danger n'empêche pas de profiter d'une perpétuelle célébration de toute choses, d'une griserie que me produit cette ville qui ne s'atténue jamais, qui jamais ne cède ni à la routine ni à la fatigue. Tous les matins j'ouvre les yeux dans un état d'attente, d'alerte, et je me mets à la fenêtre pour m'assurer de ce que me réserve la lumière nouvelle du jour. Je prépare le petit déjeuner; j'écoute la radio, le courrier du coeur de la doctoresse Jerry Brown ou les programmes de l'excellente radio publique, la WNYC, avide non pas tant d'informations que d'histoires, de musique, chansons et paroles, des sonorités d'une langue que je suis sans cesse en train d'apprendre et qui jamais ne cesse d'éveiller chez moi un désir puissant d'en savoir plus, d'emmagasiner d'autres mots et d'autres tournures, mots solides et sonores comme les pièces d'or qu'accaparaient dans leurs coffres les avares des contes. Un bonheur serein peut être contenu dans les actions les plus banales : je rentre le samedi midi de faire mes achats au marché paysan d'Union Square et je prépare un plat de riz aux légumes en écoutant sur la radio publique le programme de Jonathan Schwartz, qui a une voix grave et savante et qui diffuse toujours des musiques mémorables, des enregistrements étonnants ou rares : l'odeur andalouse des légumes à la poêle envahit l'espace de l'appartement en même temps que le violon de Stéphane Grappelli et le violoncelle de Yo Yo Ma jouant en duo Love For Sale, et je me rends compte que ce moment sans relief est un des moments secrets de ma vie. Je suis accablé par toutes les choses que je pourrais faire, les livres qui m'attendent pour que je les lise, les innombrables concerts qu'annonce le journal, les revues au papier luisant et à la typographie belle et dense que j'achète en sachant que je n'aurai pas le temps de les lire en entier, l'encyclopédie quotidienne, inépuisable, du New York Times qui, le dimanche, acquiert le volume d'une montagne, fête d'écriture imprimée et d'odeur de papier pour l'amateur de journaux. Il faut profiter de chaque jour, de chaque heure, il faut chercher dans le dictionnaire et fixer dans ma mémoire chaque mot nouveau, chaque vision nouvelle de la ville, les rouges et les jaunes qui se propagent dans Central Park.

C'est exactement ça. New York dans un peu plus d'un mois, pour moi.

-

smoke and mirrors

Smoke and Mirrors in Kabul :

From Andrew Exum at Foreign Policy

U.S. President Barack Obama, who carried out an otherwise responsible review of U.S. strategy in Afghanistan in the fall of 2009, blundered when he publicly announced that the United States would begin a withdrawal from Afghanistan in July 2011. Within the ranks of Afghanistan's insurgent groups and even among our allies and the civilians in the country, this date was interpreted to mean that a total withdrawal of U.S. and allied forces was imminent. No insurgent group, to paraphrase defense analyst Stephen Biddle, was about to accept a loaf of bread when the bakery was on offer. Why would the Taliban and other insurgent groups negotiate when the United States was on its way out already?

The problem of Afghanistan's varied insurgent groups also complicates reconciliation talks. Of the three principal insurgent groups, only Gulbuddin Hekmatyar's Hezb-i-Islami Gulbuddin (HIG) might be considered ripe for any kind of reconciliation with the government in Kabul. But the HIG is arguably the least significant of the major insurgent groups, and even then, Gulbuddin himself would not likely be allowed to play a role in an Afghan government.

Of the other two groups, the Haqqani network, under the leadership of Sirajuddin Siraj Haqqani, maintains strong ties to al Qaeda and is considered more or less irreconcilable, while the Quetta Shura Taliban is thought to be reconcilable only if Mullah Mohammed Omar himself approves of the reconciliation process. The insurgents in Afghanistan are no more unitary an actor than the Afghan government or the NATO coalition, further complicating negotiations.

More here.

rain

5107912984_8e25f1b1dd.jpg

Orage sur Paris, vers 6 pm.

dismal science

¶ Tea Party à la française:

From Mark Lilla at The New York Review of Books Blog :

The strikes are ostensibly about a proposed change in pension policy that will raise the minimum age for a partial pension from 60 to 62, and a full pension from 65 to 67. (Yes, this is as crazy as it sounds.) But at a deeper level they are an expression of what the French call ras le bol: they’ve had enough. Enough unemployment, enough austerity, enough political paralysis, enough privileges for the well off, enough corruption. It’s an incoherent and sometimes self-contradictory set of worries, and taken together they don’t translate into any clear plan of action. But that doesn’t matter. Like Tea Party demonstrations in the US, they are the political equivalent of speech acts, provoked by economic contraction and loss of confidence in the political class.

More here.

¶ Depression 2.0:

From Jim Quinn at Naked Capitalism :

The politicians attempting to buy your vote today are promising new good jobs. One side is going to impose 100% tariffs on all Chinese crap coming into the country. This will revive domestic manufacturing. Another side is going to create millions of “green” jobs. Imagine all the solar panel jobs coming our way. Someone else is going to rebuild the infrastructure of the country, generating millions of made in America jobs. Too bad there are only 7 million people in the whole country that have a construction background. The Federal Reserve is going to print our way to millions of new jobs by reducing the value of the dollar, again reviving our dormant manufacturing sector. I can see Bethlehem, PA firing up the steel mills that have been dead for 20 years and closing down their casinos. Maybe if we hire some more government bureaucrats to administer the implementation of Obamacare and the financial regulations that are eliminating free checking accounts, the economy will miraculously revive. Paper pushers don’t morph into construction workers. Criminal Wall Street MBAs don’t become petroleum engineers. Unemployed waitresses in Riverside, California aren’t moving to Washington DC to get a great job at Ruby Tuesdays.

The delusions continue. Unless American union workers are willing to work for $7 per hour with no benefits, the manufacturing jobs are not coming back from China. The corporate oligarchs and their bought off cronies in Congress sold the country down the river over the last 40 years. Mega-Corporation profits are at record levels as goods are produced by slave labor in the Far East at 80% lower costs than they could be produced in the U.S. With 86% of the U.S. workforce in the service industry, introducing tariffs on imported goods and devaluing the dollar will further put the squeeze on the American middle class who already have been systematically screwed by the ruling elite over the last 40 years. Our society took 40 years to dig this hole. It is now so deep, there is no way out. But, look at the bright side. At least we don’t have to watch bread lines stretching down the block when we are watching our 52 inch HDTV, holed up in our 5,000 sq ft McMansions, ignoring the monthly mortgage payment bill, and waiting for our unemployment funds to be direct deposited into our bank accounts. I get all teary thinking about it. This is the iDepression 2.0.

The real people of this country who have worked and saved and done the right things have been beaten down. It is time to stand up to those in power and take this country back. We need the moral backbone of Ma Joad at the end of The Grapes of Wrath.

More here.

This two stories brought to you by The Daily Blague.

mind virus

¶ Viral Cities by Thomas Fisher

From The Design Observer :

What does it mean to design with viruses in mind today? We might take cues from how we protect ourselves in the digital environment. [9] A computer virus can cripple hardware and subvert software, preventing us from working or communicating. To avoid this, we have at least three options. First, we can go to the source of the virus and try to stop its spread; second, we can erect digital firewalls and install virus-detection software to halt its arrival; and third, we can try to prevent infection by distancing ourselves from it and not opening attachments. While such efforts rarely ensure complete protection, they do reduce the likelihood of a virus crippling your computer. And they suggest techniques for how we might design our cities to respond to viral diseases let loose around the globe.

(...)

With telecommuting comes the need for more mixed-use neighborhoods that can provide a range of services to people working close to home. This might seem to counter the tactic of social distancing, but it reminds us that in earlier eras, before global travel became an easy option, most people lived in comparatively smaller and more stable communities with those who shared exposure and immunity to the same diseases. This made it essential that most daily needs be provided for within a relatively small geographic area — which also served to limit our interactions mainly to those with whom we had diseases in common. In this sense, membership in a community offered more than a social and economic benefit; it was literally a matter of life and death, since traveling too far away from one’s own viral community made a person both a threat to others and vulnerable to infection.

The prospect of pandemic, then, should spur us to rethink one of the prevailing divides in urban design — the divide between those who envision a high-tech metropolis of global connectedness, on the one hand, and those who call for a return to traditional, small-scale, mixed-use settlements, on the other. We will actually need both the high-tech metropolis and the small-scale settlement. The digital environment will globally connect us while the mixed-use settlement will provide us with the diverse local goods and services we will need in a less mobile future.

More here

¶ Gene therapy for depression

From Nature :

Gene therapy delivered to a specific part of the brain reverses symptoms of depression in a mouse model of the disease — potentially laying the groundwork for a new approach to treating severe cases of human depression in which drugs are ineffective. But the invasive nature of the treatment, and the notorious difficulty in translating neuropsychiatric research from animal models to humans, could complicate its path to the clinic.

Many researchers believe that poor signalling of the neurotransmitter serotonin is responsible for causing depression, and common antidepressants act by increasing serotonin's concentration. Research published today in Science Translational Medicine1 uses a virus to deliver an extra dose of the gene p11 to the adult mouse brain. The protein expressed by the gene is thought to bind to serotonin receptor molecules and ferry them to the cell surface, positioning them to receive serotonin's signals from neighbouring cells.

"I think it awakens the possibility of gene therapy for neuropsychiatric diseases," says Husseini Manji, a senior investigator at Johnson & Johnson Pharmaceutical Research & Development in Titusville, New Jersey, who was not involved in the study. But, he adds, "thinking about delivering a gene to the brain poses all sorts of challenges".

More here.

(via 3QuarksDaily)

ça sent le sapin

5094181499_b2743f2b9f.jpg

J'adore ce cliché. Je l'ai fait avec mon iPhone et l'application Hipstamatic. À la fenêtre de mon bureau en fin d'après-midi. C'est très ironique d'utiliser un bijou de technologie moderne pour faire des images un peu foireuses comme ça. Avec des bords sales entièrement artificiels. C'est du faux vintage, du faux artisanal, de la fausse technique pauvre. En plus c'est shooté de la hanche, cadrage à l'instinct.

Bon, il n'y a plus d'essence, il paraît. Plus d'essence, plus de gazole, rationnement. Pas beaucoup de transports en communs (encore que le métro fonctionne normalement, enfin avec les pannes normales et peut-être un peu plus de monde que d'habitude dedans). Dans mon immeuble on vient de redémarrer le chauffage, ça tombe mal, c'est du chauffage au fioul, ils ont fait le plein j'espère. Justement il fait froid ces jours-ci. Tout ce que j'espère c'est que ça sera fini pour le 20 novembre et qu'il y ait du bon jet-fuel dans mon avion pour que je me tire de ce pays de fous. Bon mais on va pas tarder à crever la faim à Paris, pas de camions, pas de ravitaillement, plus de ramassage des ordures (comme à Marseille). Tiens! j'ai appris que déjà les avions long-courriers faisaient des escales, en route, hors de France, pour refueler.

Les lycées se mettent en grève (lire ce billet d'un prof' de banlieue, très marrant, bien écrit et bien observé). Je ne comprendrais jamais qu'un lycéen puisse être en grève, mais enfin, depuis le temps, on a l'habitude. Je lisais un article du New York Times sur notre situation aujourd'hui, il était écrit quelque chose comme "high-schoolers on strike over pensions"! J'imagine bien la tête d'un Américain lisant ça! Des élèves de lycées en grève (déjà ça, c'est inouï) mais en grève contre l'allongement de l'âge de la retraite, ça, c'est invraisemblable!

Paris en noir et blanc

. .

J'ai publié sur Flickr la plupart des photos que j'ai fait pour le Burma, parmi lesquelles l'éditeur a choisi selon ses goûts, vous pourrez voir ainsi les photos non publiées. Je serai bien évidemment très heureux de vendre un tirage ou même plusieurs, à un prix raisonnable. M'écrire si vous en avez envie (jrparis(at)gmail.com - remplacez (at) par @).

. .

Complètement crétin

Si je tenais le responsable du site web de la Cité des Sciences à la Villette je crois que je lui pourrirais la journée. Je voulais réserver des entrées à la Géode et aux expositions permanentes et aussi, si possible, à la Cité des Enfants et au planétarium, je me suis heurté à un site tellement mal foutu, qui se moque tellement de l'utilisateur qu'on pourrait en faire un exemple pour que les webmasters en herbe comprennent ce qu'il ne faut pas faire dans l'exercice de leur métier. En moins de cinq minutes on a envie d'insulter le concepteur de cette daube pleine de Flash et de merdes qui clignotent, qui fonctionne une fois sur deux, qui n'est pas capable de faire de la vente en ligne correctement et simplement, qui confond l'utilisateur à tel point qu'on s'imagine les développeurs rigolants des bonnes idées qu'ils ont eu pour décourager les gens de visiter leur site. Et je ne parle même pas des gens qui voudraient consulter le site sur iPhone ou sur iPad, la plupart des choses sont en Flash, donc iPhone / iPad exclus. Et le plus drôle c'est qu'ils vous préviennent que le site ne fonctionne pas vraiment comme il devrait et que ça serait mieux si vous utilisiez Firefox plutôt qu'un autre navigateur. Incroyable! Le site de la Cité des Sciences, oui des sciences! Je voulais quelque chose de simple : des réservations, des entrées et les payer par Internet et le site disait que c'était possible et qu'on pouvait prendre des formules tout-compris pas mal pour la journée, mais c'était du foutage de gueule intégral : tout ce que j'ai réussi à faire (et en maniement des choses d'Internet je ne suis pas un perdreau de l'année) c'est de prendre une entrée à la Géode pour une séance mais pas à la date que je voulais! Me voilà obligé d'y aller pour échanger mon billet ou bien les appeler ou bien reprendre un autre billet pour cinq personnes à une autre date.

Écrire, dit-il

plancherfloral.jpg

Il y a du vent aujourd'hui, un vent d'Est qui souffle en rafale, un vent froid mais un grand soleil et le ciel d'un parfait bleu, de temps en temps strié par des traînées de condensation (des appareils militaires, il n'y a que très peu d'appareils civils qui passent au-dessus d'ici et on reconnait les militaires au rugissement de leurs réacteurs, les militaires font des exercices dans ce coin : ils interdisent un grand rectangle d'espace aérien et s'amusent dedans, il y a aussi un champ de manoeuvres pour l'artillerie pas loin, parfois on entend la canonnade dans le lointain). Le bruit du vent contribue à me faire gouter le profond silence des lieux. Devant moi par les baies vitrées de la pièce où je me tiens je contemple le balancement des branches des trois grands pins. Ces pins ont une signification spéciale pour moi : ils ont été planté dans mon enfance, c'était les sapins de Noël quand j'avais cinq ou six ans. Ils ont le même âge que moi et ils ont bien vieilli et grandi. Je m'étais insurgé le jour où j'avais entendu qu'on voulait les abattre. Depuis on les laisse tranquille. Il fut un temps où l'on allait prendre le café sous "la pinède" mais pourquoi ne le fait-on plus? Peut-être que c'était trop loin de la maison, et maintenant de toute façon on y a mis le poulailler, on prend le café sur la table devant la maison ou sous le tilleul.

Je rentre à Paris ce soir, j'ai prévu d'écourter ce séjour, à mon grand dam', à cause de la grève qui, demain et les jours suivants s'annonce dure et suivie, surtout dans les transports en commun et je ne savais pas si j'allais pouvoir rentrer jeudi comme initialement je l'avais prévu. Et puis vendredi j'ai une intervention de prévue à une réunion au travail, il faut que j'y sois. Je regrette beaucoup d'être obligé de partir. N'empêche, ce petit séjour est tombé à pic et je sens qu'il m'a fait un bien fou. En particulier pour ce blog que je ne savais depuis des mois comment orienter et que j'avais envie de supprimer carrément. Je me suis rendu compte que je n'étais et ne serai jamais un spécialiste, j'ai des passions et de nombreuses choses m'intéressent mais je suis bien trop dilettante pour m'y tenir avec le temps et la concentration nécessaire. Il faut se rendre à l'évidence et reconnaitre que ma seule envie c'est d'écrire et prendre des photos et que c'est encore ce que je fais de moins mal. Donc ce blog pour écrire ce qui me passe par la tête et comme j'en ai envie — au fond c'est ce que je fais depuis toujours, mais j'ai maintenant l'intention de le faire un peu plus sérieusement et un peu plus sereinement, sans vouloir imiter ceux que je tiens pour grands, sans projets grandioses, juste écrire tous les jours, améliorer et affiner mon écriture, sans ambition autre que d'être lu par quelques amis et connaissances (virtuelles ou réelles). Le blog est bien pour ça, c'est un bon exercice d'écriture. Tout le monde devrait écrire, je le dis tout le temps mais j'y crois vraiment aussi. Donc blog perso ou journal extime, au choix du lecteur, mais en tout cas rien de professionnel, rien de spécialisé, peut-être inutile ou peut-être pas mais ça je choisis de m'en moquer.

Je termine ce billet par ces mots, que j'ai déjà plusieurs fois cité, d'Éric Chevillard, qui me plaisent énormément (et que je me rabâche à l'envi, rien que pour me mortifier et que je lis toujours en riant et en grimaçant devant un tel talent d'écriture!):

Et vous, pourquoi n’écrivez-vous pas ? Vous l’êtes-vous parfois demandé ? Qu’est-ce qui vous retient d’écrire ? Comment justifiez-vous ce refus, ce renoncement, cet évitement, cette dérobade ? Savez-vous ce qui est réellement à l’œuvre là-dessous ? A quelles forces obéissez-vous ? Quelles sont vos raisons ? Quel est le secret honteux que vous gardez enfoui dans ce silence ? Dites-moi ce qui, chaque jour à la même heure, devant la table et la feuille, vous empêche de vous asseoir pour écrire. Et dites-moi aussi ce qui, en tout lieu et à tout instant, de façon si impérieuse, vous persuade de ne rien noter dans le carnet qui se trouve pourtant dans votre poche, flétri par les pauvres tâches que vous lui confiez, d’agenda ou de répertoire. Je ne comprends pas. Expliquez-moi. Parlez, si vous ne voulez pas l’écrire. Expliquez-vous ! Vous vous réfugiez dans le commerce, les affaires, la boulangerie-pâtisserie, le sport, l’enseignement, la plomberie, la politique, l’horticulture, est-ce bien glorieux ?

Toute cette peine vraiment pour ne pas écrire ?

Vous grimacez bien parfois devant votre miroir, vous faites jouer vos muscles, vous poussez votre voix, n’éprouvez-vous donc pas le besoin de vous approprier votre langue maternelle comme vous vous êtes approprié votre corps ? Vous n’auriez pourtant pas consenti à grandir et vivre in utero, je suppose. Vous avez voulu pousser dans les directions qui étaient les vôtres. On connaît votre silhouette, votre démarche. Pourquoi n’écrivez-vous pas ? Comment faites-vous ? Comment vous y prenez-vous, chaque jour à la même heure, pour ne pas écrire, et encore, en tout lieu et à tout instant, pour ne pas écrire non plus ? Pour n’extraire jamais le petit carnet de votre poche – est-il cousu dedans ?

Mais alors qu’est-ce que l’encre pour vous, qu’est-ce que le papier ? Qu’est-ce que la solitude ? Votre passé est-il donc définitivement passé ? Et qu’y a-t-il dans vos tiroirs ?

Mais alors jamais vous n’avez le désir de sortir de votre vie, de quitter aussi votre corps, et d’observer le manège depuis une position écartée ? Et puisqu’il faut vivre quand même, ne souhaitez-vous jamais contrôler davantage la situation ? Ne pas seulement répondre et vous adapter aux circonstances du jour, mais soudain détenir les pleins pouvoir, agir à votre guise, mener la danse et pourquoi pas aussi tyranniser un peu les populations ?

C’est donc avec une éponge et une bassine que vous allez maîtriser l’orage que vous sentez gronder en vous ?

Mais êtes-vous décidément si satisfait de ce monde que vous puissiez vous permettre de ne pas écrire ? Puisque, selon certaine légende qui vous trouble, le monde fut créé par le Verbe, n’avez-vous pas envie de dire votre mot vous aussi, enfin ? Et s’il est vrai que ce monde n’existe pour l’homme que tant qu’il le nomme, vos congénères ne finiront-ils pas par vous en vouloir de ne jamais en placer une ? Et votre contribution ? On l’attend toujours ! Vous vous réfugiez dans le mariage, la maladie, la consommation et les embouteillages, est-ce bien glorieux ?

Pendant ce temps-là, qui nourrit votre tigre ?

Ou devrais-je plutôt vous admirer ? Quelle force il vous faut, en effet, pour ne pas écrire ! Quelle résistance ! Quel aplomb ! Quelle formidable volonté ! Et comme vous êtes bien bâti pour la vie ! Pourquoi vous n’écrivez pas ? Mais parce que le monde s’ouvre devant vous et vous acclame, parce que votre bouche ne trouve rien à redire ni votre œil rien à déplorer qu’une surabondance de roses, peut-être, qui pourrait bien incommoder aussi votre odorat délicat (penser à punir le jardinier). Écrire risquerait de compromettre cette belle harmonie. Surtout ne pas écrire, il n’en résulterait que désordre, panique, confusion, cacophonie.

Je comprends mieux, mais tout de même, j’ai beau vous regarder, je ne vous trouve pas si réjoui, si triomphant, si épanoui. A vrai dire, je vous sens plutôt fatigué, amer, mal fichu. Je me trompe peut-être, mais je ne serais pas surpris de vous voir entrer tout à l’heure dans une papeterie pour y faire quelques emplettes.

 

schadenfreunde

J'aime bien penser, méchamment, que le voleur de mon iPhone, où le pauvre type qui se l'est fait refiler, se retrouve maintenant avec une brique, une brique onéreuse, entre les mains. En effet, quand on porte plainte et qu'on envoie ladite plainte à Orange ils neutralisent le téléphone à distance, le grillent, le transforment en pavé incapable de rien faire même pas servir d'iPod. Je ne sais pas comment ils s'y prennent, peut-être dès que l'on tente de mettre à jour le téléphone avec iTunes ou que l'on y met une nouvelle carte. Je vais recevoir une nouvelle carte SIM cette semaine et j'ai un chouette iPhone 4, maintenant. Je ne ressens même plus d'amertume vis-à-vis des voleurs, que je croise quasiment tous les jours d'ailleurs. Je me dis que c'est quand même idiot d'hésiter à se servir de son téléphone portable en dehors de chez soi de peur de se le faire piquer, alors je vais prendre une assurance et basta! La meilleure défense contre le vol c'est une bonne assurance, on apprend ça quasiment en criminologie 101!

weekend à la campagne

automne

À la campagne on se lève tôt car il faut aller ouvrir aux poules qui s'impatientent dès les premières lueurs du jour. J'ai horreur de me lever et de me lever tôt en particulier mais il faut noter qu'une fois le mauvais moment où l'on se tire du lit passé on bénéficie de beaucoup de temps devant soi et de charmes de la matinée : la nature est jolie et toute humide de rosée, la lumière est pure, hier matin par exemple le soleil rasant illuminait les petites gouttes de rosée à l'extrémité de chaque brin d'herbe dans la prairie derrière la maison. On se lève et on se dit qu'on a toute la journée devant soi, on est en forme après le petit déjeuner pas comme le soir où la fatigue se fait sentir et pèse sur les paupières.

Je n'ai pas entendu le brame du cerf depuis que je suis ici, apparemment des gens viennent de la ville en voiture et se garent aux grands carrefours forestiers du coin pour écouter les brames. Parfois à cette époque un cerf vient bramer jusques sous les fenêtres de la maison où je réside, j'avoue que je ne tiens pas du tout à vivre cette expérience, je ne trouve pas ça beau du tout les brames des cervidés les soirs d'automne, c'est sinistre, inquiétant, presque surnaturel.

Le vélo électrique c'est très bien quand le moteur fonctionne mais quand la batterie est à plat c'est comme de traîner un âne mort, ça pèse des tonnes. C'est ce qui m'est arrivé aujourd'hui. En partant déjeuner chez mon frère j'ai vu que la batterie n'était pas remplie à fond mais j'ai pensé que ce qui restait me permettrait de faire l'aller-retour, les 30 kilomètres sans problème. La batterie était presque vide au bout des quinze kilomètres aller et elle m'a complètement lâché à environ 5 kilomètres de la maison, et ces 5 kilomètres avec un vélo qui pèse une trentaine de kilos et le vent dans le nez ont été pénibles, j'ai mis trois quarts d'heures pour faire ces 5 kilomètres et j'étais crevé en arrivant. Et le terrain n'était pas particulièrement vallonné (quoique pas vraiment plat non plus).

Sur la route j'ai vu un jeune hérisson écrasé par une automobile, presque pas abimé. Sur une route où il doit passer une quinzaine de véhicules par jour on peut dire que ce hérisson n'a pas eu de chance.

Aujourd'hui c'était le jour des chasseurs, ça pétaradait sec autour de la maison. la petite canne a décidé aujourd'hui (of all days) d'aller faire un tour en dehors de l'enclos. Elle est allé fourrager dans les massifs et s'est ramenée avec un morceau de terre coincé dans le bec (elle a le bec tordu et bizarrement crochu, c'est un animal un peu handicapé ramassé sur un parking de supermarché). J'ai réussi sans problème à l'attraper et à lui dégager le bec, après je leur ai donné, à la canne et à l'oie, de la salade. J'ai remarqué que ce qu'elles aimaient bien les deux palmipèdes c'était tremper leur nourriture dans l'eau avant de l'avaler.

La campagne a des couleurs magnifiques, des verts sombres, des jaunes, des oranges, des rouges vifs, et le soleil met littéralement le feu à tout ça. C'est beau.

No-hitter

(Baseball)

Le mercredi 6 octobre 2010, lors du premier match de la finale de championnat de la Ligue Nationale, le lanceur de balles des Philadelphia Phillies, Roy Halladay, réalisai un exploit appelé un no-hitter face aux Cincinnati Reds.

Qu'est-ce qu'un no-hitter et pourquoi est-ce un exploit? Un no-hitter arrive quand un lanceur de balles (1) accomplit les neufs manches du match sans être remplacé et (2) n'accorde aucun coup de batte gagnant (hit) aux batteurs de l'équipe adverse et donc aucun point à l'adversaire. Les batteurs peuvent toutefois atteindre la première base par un autre moyen (un ball on base ou walk par exemple). Un no-hitter est un exploit mais ce n'est pas le plus grand exploit que puisse accomplir un lanceur, ce plus grand exploit est un perfect game et ça arrive très rarement (20 depuis 1880, seulement). Un perfect game arrive quand un même lanceur a fait ses neufs manches sans être remplacé et ne permet aux batteurs de l'équipe adverse de toucher aucune base par aucun moyen (et donc par conséquent de marquer aucun point).

Un no hitter est un exploit parce que ça arrive rarement et seulement aux meilleurs lanceurs de balles. D'abord il est rare qu'un lanceur de balles qui démarre une partie la termine, ensuite n'accorder aucun coup de batte gagnant demande un lancer de balles excellent sur toute la longueur du match ou bien de faire face à des batteurs particulièrement incompétents (mais ça n'arrive pas en Ligue Majeure de Baseball où le plus incompétent des batteurs met un coup de batte gagnant à au moins 25% des balles qui lui sont lancées).

Roy Halladay est un des meilleurs lanceur de la Ligue Majeure. On juge de l'excellence des lanceurs par leur moyenne de points mérités (Earned Run Average ou ERA), Il s'agit du nombre de points mérités accordés à l'adversaire multiplié par 9 (le nombre de manches dans une partie) et divisé par le nombre de manches que le lanceur a lancé. Si un lanceur a permis 60 points à l'adversaire en 180 manches jouées, le calcul est 60/180*9=3,00. Le meilleurs lanceurs ont un ERA de 2,00 à 3,00 (avec au moins 160 manches jouées). Le meilleur lanceur de balle de l'ère moderne est Bob Gibson des St Louis Cardinals qui obtint en 1968 un ERA de 1,12 avec 304,2 manches jouées. Roy Halladay a terminé la saison régulière avec les Phillies sur un ERA de 2,44 (250,2 manches jouées) et il en est à son quatrième no-hitter de sa saison, durant laquelle il aussi lancé un perfect game — le 29 mai 2010 contre les Florida Marlins, (la saison 2010 a vu deux perfect games dont celui de Halladay, c'est un record).

Le rhume et nous

Mon rhume s'améliore et ma voix redevient de jour en jour un peu plus audible.


Mais je suis encore épuisé et fiévreux le soir surtout que parler me demande des efforts, simplement parler, étant donné que mes cordes vocales sont rigidifiées par l'inflamation.

J'ai appris deux ou trois choses amusantes à propos du rhume. D'abord qu'il y a près de 200 virus différents qui s'attaquent à la sphère rhino-pharyngée (oui, on n'attrappe pas un rhume parce qu'on a eu froid mais parce qu'on choppe un virus et le virus du rhume est très contagieux, c'est dans les milieux confinés qu'on attrape le rhume : le métro, le travail, l'autobus, le train et bien souvent en avion, la climatisation des lieux porte très efficacement le virus du rhume de nez en nez). Ensuite, le virus du rhume provoque une inflamation des parois de votre nez, de vos sinus, de la gorge et du pahrynx, en fait les symptômes du rhume, le nez qui coule, la gorge rouge, enflée et douloureuse, la toux, la fièvre, les ganglions lymphatiques du cou enflés et douloureux sont des réactions de votre corps à la présence du virus.

Je me tape environ deux rhumes par an, je suis dans la moyenne de l'humanité, les enfants ont souvent plus d'une douzaine de rhumes par an, en effet le corps construit des défenses immunitaires pour chaque type de virus du rhume, les enfants n'ont pas beaucoup "d'expérience" en ce domaine, donc ils réagissent à chaque fois que se présente un nouveau virus (et en plus ils sont plus exposés que les adultes à la contagion).

Il y a des jours comme ça

J'ai un rhume.

Hier je croyais à une bronchite et j'avais de la fièvre, j'ai pris rendez-vous chez le médecin.

Ce matin je vais voir le médecin mais je n'avais plus de fièvre. Par contre les symptômes du rhume classique. Le médecin m'a trouvé un rhume.

Cet idiot m'a prescrit deux médicaments qu'il faut prendre à quatre heures d'intervalle sous peine d'incompatibilité et de tout un tas de désagréments. Pour un rhume. C'est très pratique et rassurant.

Le troisième médicament n'était pas remboursé par la sécu.

Je suis aphone, ou presque. N'empêche qu'au travail il m'a fallu parler, expliquer, répondre à des questions, défendre mon bout de gras toute la journée. Ils auraient pu choisir cette journée pour me foutre la paix mais non, c'était les jour des plaintes, des demandes et comme par hasard, des coups de pieds de l'âne.

Et comme j'ai changé de chaussures depuis deux jours, ce soir j'ai une ampoule au talon.

Et un aphte à la lèvre.

la crève

Affligé par une bonne laryngite dès le début de la semaine, je n'ai plus de voix ou quasiment plus, j'ai mal à la gorge, aux sinus, à une oreille et aux dents du haut tout d'un coté et un petit train de fièvre. Et il faut que je fasse une communication demain, certes d'un quart d'heures, devant tout un tas de gens. J'espère que je vais y arriver.

Chasseur de gauchistes

Après Rush Limbaugh et Newt Gingrich le New York Times Magazine poursuit sa galerie de portraits de démagogues d'extrême droite américains avec, cette semaine, Glenn Beck. Extrait:
In his quest to root out progressives, Beck compared himself to Israeli Nazi-hunters. “To the day I die I am going to be a progressive-hunter,” he vowed on his radio show earlier this year. “I’m going to find these people that have done this to our country and expose them. I don’t care if they’re in nursing homes.”

“Raising questions” is Beck’s favorite rhetorical method. Last year during the health care debate, Beck compared Obama’s economic agenda to Nazi Germany — specifically he paralleled the White House chief of staff Rahm Emanuel’s statement that “you never want a serious crisis to go to waste” with how Hitler used the world economic crisis as a pivot point. Photos of Hitler, Stalin and Lenin then appeared on screen. “Is this where we’re headed?” Beck asked. He allowed that “I am not predicting that we go down that road.”

President Obama is not a Muslim, Beck has said, correctly. But Beck can’t help wondering aloud on his show: “He needlessly throws his hat into the ring to defend the ground-zero mosque. He hosts Ramadan dinners, which a president can do. But then you just add all of this stuff up — his wife goes against the advice of the advisers, jets to Spain for vacation. What does she do there? She hits up the Alhambra palace mosque. Fine, it’s a tourist attraction. But is there anything more to this? Are they sending messages? I don’t know. I don’t know.”

Une trahison?

"Un conservateur, c’est un libéral qui a été agressé", j'aime bien cette phrase trouvée sur le blog de Christophe Bouillaud. Et aussi cette phrase de NT dans les commentaires de ce billet : "I am much more likely to crater into depression after an upset of some kind — especially one where I feel social norms have been violated or I have been personally betrayed in some way." Je suis de plus en plus séduit par l'idée que mon coup de cafard de la semaine dernière est arrivé en répercussion du vol de mon iPhone par des jeunes beurs du quartier dans un lieu sensé être protégé du chaos de la rue par le fait même qu'il soit privé. En général je suis de l'avis qu'on impute un peu vite et un peu trop systématiquement les faits de délinquance des jeunes aux "minorités visibles". En quelque sorte ces jeunes que je défends avec sans doute trop de "bonne conscience" libérale (dans l'usage anglophone du terme) m'ont infligé un démenti sans appel et donc ont à la fois transgressé tout un tas de normes sociales qui me sont chères et m'ont trahi personnellement, relativement aux opinions politiques que je m'efforce de défendre. Ajouter à cela la perte d'un objet important pour moi et la culpabilité de m'être attaché à un petit gadget de métal, de plastique et d'électronique hors de prix et voilà!

Vie de mon quartier

Paris, 18ème arrondissement, quartier Clignancourt.

§ Les clients des bars du coin, presque toujours des hommes d'âge moyen, trente, quarante ans, d'origine africaine, bavardent souvent sur le trottoir devant les bistrots.

§ Les habitants de ma résidence, presque tous classes moyennes, employés ou cadres, beaucoup à la SNCF puisqu'au moins un des immeubles appartient à une filiale de cette entreprise qui y loge ses agents. Ne s'attardent pas dans la rue, surveillent étroitement leurs enfants quand ils vont jouer, exclusivement de jour, dans les jardins, sortent le soir faire pisser leurs chiens aux pieds des immeubles, ne fréquentent pas les nombreux bistrots du quartier.

§ Des pauvres, des gens qui fréquentent les supérettes de hard-discount du coin, l'air harassés, vêtements très bon marchés.

§ Des bistrots très rudimentaires, avec de la sciure par terre, éclairage au néon.

§ Des boutiques de vendeurs de kebabs, Turcs pour la plupart, hygiène semblant un peu limite, télés branchés sur une chaîne musicale satéllitaire turque. Certains certifiés halals.

§ Des magasins de produits alimentaires africains.

§ Des boutiques de téléphonie mobile et Internet-cafés (sans café) vantant des promotions pour les cartes téléphoniques à tarif réduit pour le Maghreb, l'Afrique et le Moyen-Orient.

§ Des magasins extrêmement rudimentaires, éclairés au néon, qui vendent uniquement des produits en vrac dans des sacs de 20 à 50 kg: du riz, du manioc, de la semoule, de la farine...

§ Des putes, la nuit, toutes d'origine africaine. Présence assez fluctuante et nomade en fonction de la pression policière qui ne s'exerce pas partout et tout le temps avec la même vigueur.

§ Quelques clochards et mendiants, en petit nombre, se rassemblant dans la station de métro ou sur un banc devant l'épicier arabe.

§ Quelques dealers, très discrets, présence aussi fonction de la pression policière car leur terrain privilégié est plus au sud, vers la Goutte d'Or. Les clients des dealers ne font que de brèves apparitions pour acheter leur came et disparaissent, parfois ils ne peuvent pas attendre et se shootent sur les quais de la station de métro.

§ Un gang de jeunes d'origine arabe semble contrôler le terrain, ils glandent dans la rue en groupe plus ou moins nombreux, ils ont entre 15 et 20 ans, presque tous habillés pareils, sweat-shirts blancs et blouson noir par dessus, jeans, baskets, parfois une casquette de baseball.

§ Quelques loubavitchs en grande tenue, semblent toujours assez pressés et ne font que passer dans le quartier.

Not television

§ In the Life of "The Wire" by Lorrie Moore

Novelist Lorrie Moore writes in the NYRB about David Simon's show "The Wire".

In exposing the nerves, fallout, and sealed fates caused by a remorseless breed of capitalism and its writing-off of whole swathes of the populace, and by insisting on its universality as a subject, The Wire has much in common with great political drama everywhere; the plays of George Bernard Shaw (in which rich and poor are both given language) come to mind. The newly elected mayor of Reykjavik will not allow anyone in his political party unless they have watched all five seasons. The mayor of Newark is also a fan. So is Barack Obama, whose favorite character is the gay, drug dealer–robbing gunslinger Omar Little—a new hero in queer studies, one of the few characters in the show who honors “a code,” and the only one whose ongoing motivation is love for another person.

In the intricate network of The Wire the story lines derive from the worlds of street-corner drug dealers and big-time traffickers, the police of homicide and drug enforcement and “special crimes,” the in-office brass, the dockworkers who knowingly and unknowingly unload the drug shipments, the union leaders, the foreign suppliers, the public schools, the newspaper, the mayor’s office, the city council, the lawyers and judges of the criminal justice system, the prisons, the soup kitchens, the rehab facilities, and the group homes with their revolving doors. This is the metaphorical “wire” that connects all the various institutions and habitats of the city. It also refers to the high-wire act of brave policing and honest work—difficult and rare.

Read on