Orages

Je suis à Paris, il est 1 heure du matin, il fait 28°C et il n'y a pas un souffle d'air. Un première ligne d'orages est passée sur mon ouest et une seconde va sûrement en faire autant.

La première ligne d'orages vers 22 heures

La seconde ligne d'orages à 1 heure
Captures d'écran sur lightningmaps.org

Un écho radar parmi d'autres

Une explication à l'erreur commise, apparemment, par les rebelles pro-russes, explication donnée à TPM par un ancien de la CIA : les missiles BUK sont assez complexes à manier en particulier avec un système de ciblage inadéquat. Avec un radar un peu plus sophistiqué les rebelles auraient vu les données du transpondeur du MH17 et auraient reconnu que ce n'était pas l'appareil ukrainien qu'ils visaient, mais avec un radar rudimentaire le MH17 était un écho parmi tant d'autres aisé à confondre avec l'écho radar de l'appareil militaire, un Antonov 26, qui était semble-t-il visé.

Un système d'arme très puissant et très délicat à manier mis entre les mains d'abrutis, en quelque sorte. What could possibly go wrong ?

Poutine, l'irresponsable

Josh Marshall dit exactement ce que je pense :
Were it not for the hundreds killed, it would also be comical the ridiculous series of events Vladimir Putin's reckless behavior led up to this morning. For months Putin has been playing with fire, making trouble and having it work mainly to his advantage. Certainly in the context of Russian history and nationalist aspiration reclaiming the Crimea is a vast accomplishment. But the whole thing blew up in his face today in a way, and with repercussions I don't think - even with all wall to wall coverage - we can quite grasp.
Find extremists and hot-heads of the lowest common denominator variety, seed them with weaponry only a few militaries in the world possess - and, well, just see what happens. What could go wrong?
The audio tapes posted by The New York Times might as well be from some future Russia-based version of Waiting for Guffman or Best in Show, a comical rendering of rustics and morons stumbling into an event of vast carnage and international consequence mainly because they're hotheads and idiots - the kind of people no one in their right minds would give world class weaponry to. It's like finding some white supremacist/militia types on their little compound in the inter-Mountain west and giving them world class missile launchers and heavy armaments.
J'ajoute qu'entendre Poutine dire que tout ça c'est de la faute des Ukrainiens est vraiment écœurant.

Que veut le Hamas ?

Bill Clinton donne sa vision du conflit à Gaza :
Bill Clinton: Well, first of all Hamas was perfectly well aware of what would happen if they started raining rockets in Israel. They fired a thousand of them. And they have a strategy designed to force Israel to kill their own civilians so that the rest of the world will condemn them. Now, I believe that Prime Minister Netanyahu could and should make a comprehensive peace agreement with the Palestinians. I believe if he did it, and he did it with either President Abbas or with his coalition, if in return for Hamas' renunciation of terror and recognition of Israel's right to exist, I believe 60% of the people of Israel would support it.
NDTV: So what's holding him up?
Bill Clinton: Well, his coalition wouldn't support it, so he'd have to go to a national unity government to pass it. But I think that you'd find that more than 60% Israelis support trying to defend themselves if they get 1000 rockets shot at them. They have a defence system against such missile attacks, the so-called Iron Dome and they haven't died in great numbers yet, although they certainly could have. It's a miracle to me that they fired 1000 rockets in there and more people weren't killed. So they know when Hamas attacks them that Hamas has set up a situation, which politically can't lose, because they can say well, if I attack them back, they always hide behind civilians, and I'll kill civilians; and if I don't, we'll look like fools letting somebody shoot a 1000 rockets at us and not responding. What this proves is that there ought to be serious peace talks, serious ones, and I think the whole existence of this national unity government between the Fatah government on the West Bank and Hamas is the direct result of the lack of progress.
NDTV: Do you blame Prime Minister Netanyahu at least partially for not moving fast enough on the possibility of peace?
Bill Clinton: I think they are partly responsible, but I also think, you know for example, when Hillary was Secretary of State, she helped secure an agreement, the only time Israel ever agreed to freeze settlements as a part of talks, they never had before. So they agreed to a nine-month freeze, and during the whole time the Palestinians didn't want to talk to them. And three weeks before the freeze expires, they say give us another nine months and we'll talk to you. That was a big mistake. So there are mistakes on both sides. But the main thing is they share this little piece of land and this big stretch of history. They know each other so well. They know how many children they have; they know how many grandchildren they have. They know what those grandchildren are doing. It's ridiculous. You talk to them in private you can swear they're all in a big family reunion and they're either going to share their future on positive terms, or share their future on negative terms, and that's the larger truth here and they have to figure out what it is. Over the long run it's not good for Israel to keep isolating itself from moral opinion because of the absence of a viable peace process. But in the short and medium term, Hamas can inflict terrible public relations damage on Israel by forcing it to kill Palestinian civilians to counter Hamas. But it's a crass strategy that takes all of our eyes off the real objective, which is a peace that gets Israel security and recognition, and a peace that gets the Palestinians their state.

Jeffrey Goldberg dans The Atlantic en rajoute :

We can thank Hamas for bringing its own form of clarity to this situation. This is the manner in which Hamas works: It builds reinforced bunkers for its leaders (under hospitals and other must-avoid targets) but purposefully neglects to build bomb shelters for the civilians in its putative care. From their bunkers, the leaders order rocket teams to target Israeli civilians. Hamas, which was responsible for the deaths of several hundred Israeli civilians during the second Palestinian uprising alone, has lately been less effective at killing Israelis, but nevertheless, the rockets keep launching. When you repeatedly fire rockets at civilian targets in a neighboring country, that country usually responds militarily. Civilians get killed during the Israeli response in part because Hamas rocket teams operate from sites that are among Gaza's most densely populated, and in part because Hamas stores its weapons in schools and mosques.
The goal of Hamas—the actual, overarching goal—is to terrorize the Jews of Israel, through mass murder, into abandoning their country. If generations of Palestinians have to be sacrificed to that goal, well, Hamas believes such sacrifices are theologically justified.   

Des questions sur MH17

Un Boeing 777 de Malaysia Airlines, MH17, assurant la ligne Amsterdam - Kuala-Lumpur avec 280 passagers et 15 membres d'équipage à bord et volant à 33 000 pieds (10 000 metres) a été descendu par un missile sol-air au dessus d'une zone de l'Ukraine tenue par les rebelles pro-russes. Qui a tiré ? Les Ukrainiens, les Russes, les rebelles pro-russes ? Ils auraient utilisé un missile BUK de conception et fabrication russe. Les Ukrainiens et les Russes possèdent des missiles BUK, les rebelles en auraient volé à l'armée ukrainienne. L'avion avait-il le droit de voler au-dessus de ce territoire ? À priori rien ne l'interdisait à cette altitude, mais depuis le 14 juillet dernier l'Ukraine "déconseillait" le survol de cette zone à moins de 32 000 pieds. La portée du missile BUK lui permet aisément d'atteindre un objectif à 33 000 pieds. Question : si on savait que les rebelles pro-russes avaient volé à l'armée régulière des missiles BUK, pourquoi continuer à autoriser les avions civils à voler dans ce secteur, même à plus de 32 000 pieds ? Flightradar24 montre que plusieurs avions de ligne sont passés par cette route hier, avant le crash. Par ailleurs le système de missiles BUK nécessite des servants qualifiés et entraînés, ce ne sont pas des missiles qu'on lance à l'épaule comme le Stringer. De plus une batterie de BUK est composée de trois véhicules : un radar d'acquisition, un poste de commandement et de tir et un lanceur. Ça ne se planque pas dans un buisson.

Je ne suppose aucun complot, aucun coup fourré, je crois en une tragique erreur de quelqu'un, probablement des rebelles pro-russes (mais celà reste à démontrer), aidés par des Russes de la mère patrie, qui, selon certaines informations, ont cru descendre un Antonov 26 de l'armée ukrainienne, comme ils l'ont déjà fait dans un passé récent et dans ce secteur.

La plupart des compagnies aériennes évitent maintenant cette zone, voire l'Ukraine entière. C'est normal et justifié. Mais d'autres zones de guerre sont régulièrement survolées à altitude de croisière par toutes les compagnies : l'Afghanistan, l'Irak, par exemple. Contourner toutes ces zones n'est pas vraiment possible économiquement, l'Ukraine, l'Afghanistan, l'Irak sont sur la route Europe - Asie du Sud-Est, les contourner couteraît très cher en consommation de jet-fuel et rallongerait enormement les voyages.

Manifestation interdite

La préfecture de Police de Paris a interdit une nouvelle manifestation de soutien à la cause palestinienne qui devait se tenir samedi (demain) à Paris. Etant donné que la précédente manifestation avait été ponctuée de slogans tels que "mort aux juifs" et avait donné lieu à des heurts violents avec la LDJ et l'assaut d'une synagogue, j'approuve totalement cette décision. Je suis profondément choqué qu'on puisse crier "mort aux juifs" impunément dans les rues de Paris et il faut reconnaitre que ça arrive de plus en plus souvent ces temps-ci.

La guerre sans fin

Avant 2005 Israël occupait la bande de Gaza et un certain nombre d'Israéliens en avaient profité pour établir des villages dans cette enclave. En 2005 le gouvernement israélien décida d'évacuer toutes ses troupes et tous ses colons de la bande de Gaza. L'Autorité Palestinienne incarnée par le Fatah était alors très impopulaire à Gaza, ainsi que très largement corrompue et inefficace, le Hamas, mouvement lié aux Frères Musulmans égyptiens et dominé par les islamistes, a alors pris le pouvoir à Gaza au terme d'une guerre civile avec le Fatah qui fit de nombreuses victimes.

Le Hamas s'empressa alors d'amasser des armes et des missiles, via les nombreux tunnels creusés sous la frontière avec l'Égypte, bien entendu au détriment de tout ce qu'un gouvernement à peu près sensé ferait pour protéger, servir et améliorer les conditions de vie de sa population. Car l'annihilation d'Israël est la seule raison de vivre du Hamas.

Depuis 2005, donc, le même scénario se reproduit de temps à autres, un incident (en l'occurrence l'odieux assassinat d'un enfant palestinien par des extrémistes israéliens vengeant le non moins odieux assassinat de trois adolescent israéliens) est le prélude à une campagne de lancers de missiles en provenance de Gaza sur Israël, campagne à laquelle Israël réplique par des bombardements ciblés sur les sites de lancers de missiles et sur les membres du Hamas. Dans un territoire aussi densément peuplé que Gaza et étant donné que les sites de lancers de missiles et les membres du Hamas sont cachés parmi la population civile, ces répliques, même faites avec précaution et en prévenant les civils, font fatalement un certain nombre de morts civils, permettant au Hamas et à tous ses soutiens de par le monde de dénoncer les horribles sionistes tueurs d'enfants.

Les missiles du Hamas font peu de dégâts et encore moins de victimes en Israël, parce qu'ils sont tirés à l'aveuglette et parce qu'ils sont interceptés et détruits par le système Iron Dome dès qu'ils peuvent atteindre une zone habitée. Iron Dome est un système de défense anti-missile très performant mis au point par les Israéliens.

Après quelques temps et beaucoup de victimes, les deux partis conclurons un cessez-le feu provisoire. C'est à dire quand le Hamas n'aura plus de missiles et jugera qu'ils ont suffisamment encaissé de pertes pour cette fois et qu'Israël jugera qu'il ne peut faire plus, sauf envahir Gaza et à l'occuper, ce qu'ils ne sont pas décidés à faire et ce qui n'est pas dans leur intérêt de faire, du moins durablement. Ce cessez-le-feu durera le temps que le Hamas se ré-arme et les hostilités recommencerons au premier incident.

On comprend mieux alors pourquoi les initiatives de paix consistant à décoloniser complètement la Cisjordanie et faire la paix avec le Fatah ont peu de chances d'être approuvé par le gouvernement israélien. Dans son esprit, et compte tenu de la montée de l'islamisme dans la région, ce serait prendre le risque, peut-être vital, de voir se créer la même situation qu'à Gaza sur leurs frontières de l'Est, seulement encore plus menaçante et incontrôlable que maintenant dans la bande de Gaza.

Idiots utiles

Hier, sur une page Facebook, j'écris à une personne ouvertement et fortement pro-palestinienne qui réclamait de pouvoir discuter avec quelqu'un qui ne serait pas d'accord avec ses opinions, que je ne pensais pas qu'on puisse avoir une discussion sereine avec elle sur la situation à Gaza. Bien sûr cette personne m'accusa illico de jugement à l'emporte pièce sur elle, de la juger sans la connaître, critiqua mon manque d'ouverture et étala aussitôt une série d'argument pro-Hamas, tout en disant qu'elle est objective sur la situation à Gaza parce qu'elle y a vécu, etc.

Notez bien que je lui ai dit seulement que je pensais qu'une discussion sereine était impossible avec une personne épousant aussi haut et fort un parti-pris en faveur de la cause palestinienne. Rien d'autre.

Il y a longtemps que je suis sur Internet et je sais parfaitement qu'une discussion avec un troll ne peut aboutir à rien. Et je suis bien au courant que de toute façon il est inutile de prêcher à un convaincu, en colère de surcroit. En général je m'abstiens d'engager le fer avec ces gens là, quand ils sont de mes contacts sur un réseau social et qu'ils m'agacent trop je les vire sans autre forme de procès. Ces gens là ne cherchent pas à discuter, à débattre, c'est à dire à échanger des idées et des arguments de bonne foi et  à risquer d'être convaincu par la pertinence des arguments de la personne d'avis opposé, mais à se trouver un sparing-partner sur qui déverser toute leur rage, sans prêter aucune forme d'attention aux arguments opposés et en usant de toutes les formes rhétoriques, même les plus déloyales, pour sortir vainqueur d'un échange en fait à sens unique. C'est du temps perdu de parler à ces gens là et une source de montée de tension et de stress.

Sur le traitement de l'information sur le conflit à Gaza, on lira avec profit, je crois, le texte de Pierre Jourde sur le site Terre d'Israel. Je suis entièrement d'accord avec ce texte. Je me permets de le citer :

"Au nombre de morts, de réfugiés, d’horreurs, il y a beaucoup mieux, un peu partout. Remarquons, à titre d’apéritif, qu’avec la meilleure volonté du monde, Tsahal aura du mal à exterminer autant de Palestiniens que l’ont fait, sans états d’âmes, les régimes arabes de la région, notamment la Syrie, le Liban et la Jordanie, qui n’en veulent pas, eux non plus, des Palestiniens, et qui ont peu de scrupules humanitaires lorsqu’il s’agit de s’en débarrasser.
Mais Israël est un coupable idéal, non seulement dans nos banlieues, mais en Europe en général. Nous le chargeons de toute notre mauvaise conscience d’anciens colonisateurs. Une poignée de Juifs qui transforme un désert en pays prospère et démocratique, au milieu d’un océan de dictatures arabes sanglantes, de misère, d’islamisme et de corruption, voilà un scandale. Il faut donc bien que cela soit intrinsèquement coupable, sinon où serait la justice ?
L’injustice est avant tout israélienne. Ce n’est même pas un fait, c’est une métaphysique.
Cent chrétiens lynchés au Pakistan valent moins, médiatiquement parlant, qu’un mort palestinien.
Pourquoi l’injustice commise envers les Palestiniens reçoit-elle vingt fois plus d’écho que celle faite aux Tibétains, aux Tamouls, aux chrétiens du Soudan, aux Indiens du Guatemala, aux Touaregs du Niger, aux Noirs de Mauritanie ?
Y a-t-il plus de gens concernés, plus de sang versé, une culture plus menacée dans son existence ? En fait, ce serait plutôt l’inverse. Que la Papouasie soit envahie par des colons musulmans qui massacrent les Papous et trouvent, en plus, inacceptable de voir les rescapés manger du cochon, voilà qui ne risque pas de remporter un franc succès à Mantes la Jolie. Que des sales Nègres, considérés et nommés comme tels, soient exterminés par des milices arabes au Darfour, les femmes enceintes éventrées, les bébés massacrés, voilà qui ne soulève pas la colère des jeunes des cités. Et c’est dommage : si l’on accorde des circonstances atténuantes à un jeune Français d’origine maghrébine qui s’en prend à un Juif à cause de la Palestine, alors il serait tout aussi logique de trouver excellent que tous les Maliens, Sénégalais ou Ivoiriens d’origine s’en prennent aux Algériens et aux Tunisiens. Voilà qui mettrait vraiment de l’ambiance dans nos banlieues. Le racisme franchement assumé des Saoudiens ou des Emiratis envers les Noirs, les Indiens ou les Philippins, traités comme des esclaves, ne soulève pas la vindicte de la tribu Ka, ni des Noirs de France. La responsabilité directe des Africains dans la traite des Noirs n’induit pas des pogroms de guinéens par les Antillais.
Pourquoi seulement Israël ?
A moins que la haine d’Israël ne soit que le paravent du bon vieil antisémitisme ; mais non, cela n’est pas possible, bien entendu. Israël, 20.000 km2, 7 millions d’habitants, dont 5 millions de Juifs, est responsable du malheur des Arabes, de tous les Arabes, qu’ils soient égyptiens, saoudiens ou français. Israël est l’Injustice même.
En le rayant de la face du globe, en massacrant les Juifs, on effacerait l’injustice. C’est bon, de se sentir animé par une juste colère. C’est bon, d’éprouver la joie de frapper et de persécuter pour une juste cause."

Il faut lire tout le texte.

Ce que j'aurais voulu dire aussi à cette personne, que je crois en fait sincère dans son indignation, c'est que dans son effort pour soutenir le peuple palestinien elle lui rendait en fait un mauvais service parce qu'elle jouait le jeu du Hamas, comme n'importe quel idiot utile occidental. Le Hamas oppresse le peuple palestinien de Gaza bien plus qu'Israel et se sert de la population comme bouclier humain, ses campagnes répétées de lancers de missiles à l'aveuglette ne sont destinées qu'à provoquer le gouvernement de Netanyahu à balancer des bombes sur les habitations des membres du Hamas, dont les dégâts collatéraux, pourtant évités au maximum par l'armée israélienne (et l'on voit rarement la presse occidentale le reconnaître), sont inévitables et seront alors brandis par le Hamas pour servir sa cause.

Hobby Lobby

La Cour Suprème des Etats-Unis vient de rendre un arrêt très important et très discutable : l'arrêt Burwell v. Hobby Lobby Stores Inc.

Hobby Lobby est une chaine de grandes surfaces qui vend des articles d'artisanat, dont le siège est à Oklahoma City. Il y a 575 magasins Hobby Lobby sur le territoire des USA employant environ 21 000 personnes. Cette chaine de magasins a une particularité : son fondateur et PDG, David Green est Pentecotiste, une variété de protestantisme extrêmement conservatrice. David Green soutient que l'esprit dans lequel fonctionnent ses magasins est chrétien et qu'il a fondé ses affaires selon les principes bibliques.

Aux Etats-Unis les employeurs fournissent souvent une assurance maladie à leurs employés. Il se trouve que la nouvelle loi sur l'assurance maladie obligatoire, surnomée Obamacare, oblige toutes les assurances à rembourser certains soins, dont la contraception d'urgence, communément dénomée pilule du lendemain. L'entreprise Hobby Lobby se trouve donc obligée, à travers l'assurance maladie couvrant ses employés, à rembourser la pilule du lendemain. Ce à quoi le PDG de l'entreprise s'oppose fortement, ses convictions religieuses lui faisant considérer que l'utilisation de la pilule du lendemain est similaire à un avortement. Et d'assigner en justice le gouvernement américain afin de se voir exempter de cette obligation.

De fil en aiguille le litige est remonté jusqu'à la Cour Suprème, qui a rendu, fin juin, par 5 voix (Alito, Roberts, Scalia, Kennedy et Thomas) contre 4 (Breyer, Ginsburg, Kagan et Sotomayor) un arrêt de principe, jugeant que l'obligation de rembourser les médicaments contraceptifs imposait une restriction à la liberté d'exercice des religions aux entreprises privées qui devraient l'appliquer.

Cette décision ouvre une boite de Pandore et le débat public qui a suivi aux Etats-Unis a été particulièrement vif. Les critiques relèvent trois implications principales :
(a) Désormais une entreprise pourvoyant à l'assurance santé de ses employés pourra refuser de rembourser tout ce qui sera jugé contraire à la religion de son patron. Ainsi les employés pourront se voir refuser l'accès aux vaccinations, aux transfusions sanguines, aux soins psychiatriques ou encore aux médicaments contre le SIDA. De même les époux de même sexe pourraient se voir refuser l'accès aux soins dans la mesure où leur employeur serait opposé au mariage gay pour des raisons religieuses.
(b) Est-ce à dire que les entreprises privées ont des convictions religieuses, comme les personnes privées ? Cette décision donnera donc le droit aux dirigeants d'une entreprise d'imposer leurs croyances religieuses à leurs employés, ce qui est bien évidement discriminatoire et contraire à la liberté religieuse.
(c) Si les propiétaires d'une entreprise sont désormais inséparables de leurs entreprises, du fait que leurs convictions religieuses deviennent celles de leurs entreprises, que devient alors la "responsabilité limitée", ne serait-il pas possible alors de les considérer comme responsables civilement et pénalement de l'échec de leurs affaires ?

Sitcoms britanniques

Il y a un certain type de comédie britannique que je ne supporte pas : les sitcoms où les acteurs font des grimaces, surjouent exagérement, sont dégoutants et font des blagues scatologiques (surprenant de la part d'un type qui est né en Rabelaisie et qui aime bien en faire, justement, des blagues scato!) Le genre de comédies qu'affectionnait le regrétté Rik Mayal, acteur anglais mort hier à l'âge de 56 ans. Je ne doute pas que Rick Mayal était un grand acteur, simplement aucun des sitcoms dans lesquels je l'ai vu jouer (Bottom, The Young Ones, The New Stateman) ne m'a fait vraiment rire. En plus je n'aime pas du tout le rendu de la vidéo dans laquelle ces sitcoms sont tournés, c'est trop éclairé, le son est désagréable, les couleurs sont métalliques et criardes. Je ne sais pas comment les Anglais se débrouillent pour produire des vidéos aussi laides, il ne me semble pas que les sitcoms américains soient filmés pareils.

Mon aversion ne s'étend pas à toutes les comédies britanniques pour autant : j'aime beaucoup Fawlty Towers par exemple, ou Blackadder. Mais j'ai detesté Absolutely Fabulous ou Mr Bean, Father Ted et les comédies de Rik Mayal en général.

Supercell

Severe thunderstorms yesterday and this past night hit Ile-de-France, but we got almost nothing in Paris. On Sunday I took a lovely photo of a supercell just in the Northwest of my flat, but yesterday it was night when the supercell appeared. Beside, I think it was too close to me and to my East to be photographed. We had a bit of hail Sunday night, but not much. It hailed some monsters in the East of Paris last night.


Look at that lovely supercell just in front of my windows! And not a drop of rain, no wind, no hail at the place where I was. Supercells are highly local thunderstorms. They can be deadly.They are the stuff from where the tornadoes are born. I'm proud of this snapshot, taken with my iPhone.

I spent parts of the day listening to Orly Approach on LiveATC.net. Landing was disturbed by thunderstorms and they had to change the configuration in the middle of the afternoon after an Air France aircraft had to go around two times on runway 26 and 24. They switched to runway 06 and the Air France flight landed safely. The pilot complained of severe rear drafts when landing on 26, prompting the go around. An Easy arriving from Nice decided to divert to Brussel without even trying to land.

Interestingly I listened in to the arrival of a COTAM Unité at Villacoublay. COTAM Unité is any aircraft where the President of the Republic is in, it can be an A300 or a Falcon, most likely a Falcon in this case.

Les élections de dimanche

  • Sur 18 millions de suffrages exprimés, le FN recueille 4,8 millions de voix. 14 millions de personnes n'ont pas voté FN.
  • Ces 4,8 millions de voix représentent 10% seulement des inscrits, à cause de la forte abstention (43% seulement des inscrits sont allés voter) ces 4,8 millions de voix représentent 25% des suffrages exprimés.
  • En 2012, Marine Le Pen a réussi à recueillir 6,4 millions de voix sur son nom.
  • Les élections européennes étaient perçues à tort ou à raison comme sans enjeux national, excellente occasion de ne pas aller voter ou de voter FN par défi ou pour se défouler.
  • Aux élections européennes de 1994 le PS fit 14%, l'année suivante Mitterrand fut réélu avec un score tout à fait respectable et les souverainistes, qui avaient gagné l'élection au parlement européen, se sont retrouvés en minorité. En 1999 ces même souverainistes mirent une raclée à la liste menée par Sarkozy, en 2002 l'UMP revint au pouvoir et y resta dix ans. En 2009 le PS fit 16,5% et Hollande fut élu en 2012. Les élections européennes ne peuvent donc pas préfigurer les élections nationales suivantes.
  • Le FN est un parti légitime à l'idéologie et au programme détestable, mais la diabolisation des électeurs du FN ne fera que renforcer leur motivation à voter pour ce parti. Or ce sont les électeurs occasionnels de ce parti, qu'il faut reconquérir. On ne le fera pas en les traitant de fachos et de racistes. Je parle uniquement des électeurs excédés qui votent FN par dépit, pas du coeur de clientèle de ce parti, qui est bien composée de fachos et de racistes.
  • Le FN n'est donc pas le premier parti de France, malgré les rodomontades de Marine Le Pen. Les déclarations du genre "le peuple a parlé et a massivement approuvé le programme du FN" sont simplement du bullshit électoral de bas étage. Le FN est un tout petit parti protestataire et il le restera. Il n'a aucunement vocation a gouverner et il ne parviendra jamais au pouvoir. Il n'y aura jamais d'alliance UMP - FN comme il y avait eu une alliance PS -PC (qui n'a d'ailleurs pas réussi au PC).
  • Les media et la plupart des politiciens battus dramatisent la situation dans le but d'en retirer un profit : de l'audience pour les media, la mobilisation de leur troupe et les futures alliances pour les politiciens.

L'autre langue

Francesca Marciano est une écrivaine italienne qui écrit et publie des romans et nouvelles en Anglais.

Extrait d’un interview qu’elle a donné à Amazon pour la parution de son dernier recueil de nouvelles : The Other Language.

What is your experience with “other languages”? What, do you think, happens to you when you speak a language not your native one?

The book’s epigraph is from a Derek Walcott poem: “To change your language you must change your life.” Learning a new language is an act of transformation; it means delving into another logic, a new mental construct. We become different people when we speak another language, and that can be exciting, rejuvenating—but often frightening, a bit like walking in the dark. In some way by speaking a new language we commit an act of betrayal towards our mother tongue, our past identity. But we also sometimes can, in moving beyond our comfort zones, find a new kind of freedom, and I think a writer can find great freedom in a language that is not his or her own.

Why, as a native Italian speaker, do you write your novels in English?

I lived for many years in the States and then in Kenya, so and I have spent half of my adult life speaking English; it has never abandoned me, not even now that I’ve gone back to live in Italy. It has become my truest voice on the page; it allows me to express myself without the constraints and the inhibitions of my native language. I love how direct and concise English can be, compared with the richly convoluted, often ambiguous baroque of Italian. Plus, humor in English is somehow unbeatable.

Cette idée de changer de langue, ou du moins d’être capable de m’exprimer dans une autre langue aussi aisément (ou pas plus difficilement, au moins) que dans ma langue maternelle, fait partie de mes obsessions ; ce que Francesca Marciano exprime ici me rassure (je ne suis pas plus dingue qu’elle, après tout !) et m’enthousiasme.

Sedalia, Missouri

En cliquant au hasard sur la carte des États Unis, je suis tombé sur Sedalia, Missouri, qui me semble une bien jolie petite ville du Midwest.

Un peu d'histoire de la ville :
The area that became the city of Sedalia was founded by General George Rappeen Smith (1804–1879), who went on to found nearby Smithton, Missouri. He filed plans for the official record on November 30, 1857, and gave the area the name Sedville.

During the American Civil War, the US Army had an installation in the area, adding to its boomtown atmosphere. With the coming of two railroads connecting it to other locations, in the post-Civil War period, Sedalia grew at a rapid pace, with a rough energy of its travelers and cowboys. From 1866–1874, it was a railhead terminus for cattle drives and stockyards occupied a large area. At the same time, the town established separate segregated schools for white and black children, churches, and other civic amenities.

In the 19th century, Sedalia was well known as a center of vice, especially prostitution, that accompanied its large floating class of railroad workers and commercial travelers. In 1877 the St. Louis Post-Dispatch called Sedalia the "Sodom and Gomorrah of the nineteenth century." Middle-class businessmen made money off illegal prostitution as building owners and lessees; others did business with people in the industry, who banked, used lawyers, etc. in town. Reluctant to raise taxes, residents allowed money to run the city and provide services to be raised from fines charged to prostitutes. In the 1870s brothels were distributed throughout the city, but in the 1890s, they became more concentrated above businesses on West Main Street, as the middle class tried to isolate less desirable elements. These establishments also provided employment for musicians, particularly piano players, contributing to a thriving musical culture which fostered the development of many artists including the renowned ragtime composer Scott Joplin.

While the city attracted many commercial travelers and railroad workers, its population of married couples also grew. By 1900 having a population over 15,000, it was the fifth-largest city in the state. It had developed an entrepreneurial middle class that created separations between its residential areas and those of working class and African Americans.

During World War II, the military built Sedalia Glider Base in Johnson County to the west. After the war, this was passed to the Strategic Air Command and converted to a bomber base, the Whiteman Air Force Base, named after a man from Sedalia killed in the 1941 Japanese attack at Pearl Harbor. After a massive construction program, the base became the center of 150 ICBM silos and administrative offices. These were decommissioned in the 1990s.
Bon, faisons un tour dans le centre ville :

Bikers au Bingo Club

Une salle de cinéma

Sedalia National Bank

Sedalia Trust Company Building


Hotel Bothwell


À L'Essart

Et pour fêter ça je publie une jolie photo de la petite maison où je vais en vacances à la campagne.


Treize ans

Ça va donc faire treize ans que j'écris dans un blog. Treize ans et là, en ce moment, je ne cache pas que je suis un peu lassé et que je n'ai plus beaucoup l'envie de bloguer. Je pense que c'est temporaire cependant, ça peut repartir d'un jour à l'autre. Et puis Facebook et Twitter font une rude concurrence aux blogs traditionnels, avec chacun ses particularités. Twitter est très pratique pour échanger des liens rapidement et Facebook pour poster des choses un peu plus personnelles mais qui ne seront lues que par ses contacts.

Pourtant je n'ai pas envie d'arrêter Mnémoglyphes, ou plutôt si j'ai l'envie parfois, je ne saute pas le pas. Et les posts, s'ils sont plus rares, sont tout de même écris et publiés.

Et puis grâce au blog j'ai fait des rencontres virtuelles et IRL que je n'aurais jamais fait si je n'en avais pas eu, certaines relations tissées grâce à mes différents blogs ont été éphémères mais d'autres sont toujours solides. Elles sont irremplaçables.

Treize ans ! Je ne pensais pas, ce jour de 2001 où j'ai écris mon premier post sur mon blog de l'époque que je tiendrai si longtemps.

Après dix jours à la campagne


Après 10 jours à la campagne je trouve la ville difficile à supporter. Tout est sale, bruyant (des sons désagréables en plus : les moteurs, les machines, le métro, les gens), il y a plein de gens partout, pressés, partout de la pierre, des murs, des angles aigus, des surfaces sur lesquelles la lumière se reflète violemment et fait mal aux yeux, la nature, chétive, contournée, serrée dans des anfractuosités de béton y est passager clandestin, ça pue le gazole, c'est triste, violent, agressif.

À la campagne



Ça fait donc trois jours que j'ai pris mes quartiers à la campagne pour de brèves vacances, dans mon pays d'origine, la Touraine. Contrairement à l'habitude je n'ai pas été "en mode ermite" jusqu'à aujourd'hui. Mais là tout le monde est parti et j'ai retrouvé mon Walden. Une isolation toute relative puisque j'ai de la visite ou que je vais visiter des gens quasiment tous les jours. Et puis bien sûr il y a les animaux dont je m'occupe (c'est même la raison essentielle de ma présence), le chat, l'oie, la canne, trois poules pondeuses, un coq et deux canards colverts juvéniles sur la mare. La maison est en lisère de forêt, au bout d'un chemin mais pas isolée du tout puisqu'il y a des pavillons banlieusards sur les terrains environnants.  C'est néanmoins la campagne bien que de plus en plus construite et habitée. Quand ma mère a acheté cette maison c'était une masure d'une seule pièce au sol en terre battue qui abritait un ouvrier agricole et son âne, les maisons les plus proches, un petit groupe de trois maisons collées les unes aux autres, étaient à 200m et elles étaient les seules du lieu-dit. Aujourd'hui c'est une grande maison avec tout le confort moderne (et même Internet ADSL) et des voisins tous proches dans des pavillons modestes. Malgré la suburbisation progressive du coin, la nature (un peu) sauvage reste proche. On peut y rencontrer biches, cerfs, chevreuils et sangliers, lièvres et lapins, perdreaux et faisans (d'élevage, libérés pour la chasse) et aussi des renards contre lesquels il faut prémunir volailles et canards. 

La foret qui jouxte cette propriété est une forêt mixte exploitée pour le bois. Elle est composée principalement de chênes, de hêtres, de pins maritimes et sylvestres, de châtaigniers et de charmes.  Il me semble avoir vu une grande quantité d'ormes le long de la voie ferrée — il me semble car j'ai omis de ramener une feuille pour vérifier, mais l'orme ressemble à ce que j'ai vu. Quelques bouleaux aussi par endroits mais pas nombreux. 

Ce qui rend ce coin de Touraine si spécial pour moi c'est que j'y suis né et que j'y ai vécu toute mon enfance et adolescence. Il me semble avoir une connexion particulière avec ce paysage. C'est une région du Val de Loire interchangeable avec n'importe quel coin de campagne du centre de la France. Mais cette région précise c'est chez moi, je la reconnais, elle m'est familière, je sens que j'appartiens à ce coin de Touraine et à aucun autre. 

Des cris dans la nuit

Cette nuit vers une heure du matin j’entends des cris venant du parking couvert en bas de mon immeuble : “au secours, au secours!”. Je me penche à la fenêtre et je vois deux individus courir vers le fond de la dalle du parking, là où une grille d’un mètre de haut à peine sépare la dalle de la rue. Les cris cessent. J’essaie de voir mieux ce qui se passe en me demandant si je dois appeler les flics, puis je me rends compte qu’il y a plusieurs personnes en bas près de l’entrée du parking couvert qui discutent en gesticulant, je n’entends pas ce qu’ils disent, je suis trop loin, mais il est probable qu’ils ont appelé la police s’il y a un problème. Comme de juste les flics arrivent peu après. Je les observe qui fouillent le parking aidés de leurs lampes torches. Bien entendu ils ne trouvent rien. Je leur signale, de ma fenêtre, que les individus qu’ils recherchent sont partis vers le nord et l’extrémité de la dalle. Ils y vont et reviennent bredouilles. 

C’était une agression comme il s’en produit de plus en plus souvent tard le soir dans la résidence. Moi-même j’en avais été victime en 2010, mais j’avais un peu tenté le diable. Depuis quelques mois des individus rançonnent les passants, tard le soir, dans les jardins ou les parkings de notre résidence. C’est un cas classique de triangle criminel : des délinquants motivés (le quartier n’en manque pas) rencontrent des cibles intéressantes (des gens qui rentrent chez eux,avec une grande probabilité de posséder sur eux téléphones portables et argent) dans un lieu propice à l’agression (parkings couverts, jardins mal éclairés) dépourvu de gardiens capables (pas de gardien du tout, tard le soir, pas de vidéosurveillance, éclairage insuffisant, facilités de fuite par le fond de la dalle pas protégé par une barrière efficace).

Le bailleur déjà déficient sur tout ce qui concerne l’état des logements, se moque bien entendu de ce nouveau problème. Il ne répond même pas, et c’est son habitude, aux courriers indignés des résidents et des associations qui les représentent et ce depuis plusieurs mois.

Il est vraiment temps que j’aille habiter ailleurs. Encore probablement une vingtaine de mois à attendre.

La prime annuelle

Au mois d’avril nous recevons tous les ans une prime réservée aux cadres. Une prime qui peut être importante : de 30% à 100% du salaire mensuel net. On ne sait jamais à l’avance combien on va avoir, le montant nous est révélé par lettre pendant le courant du mois d’avril. Les années précédentes tout le monde avait sa lettre en même temps. Il y avait un peu d’impatience et des rumeurs dans l’air avant la réception de la fameuse lettre mais une fois que c’était fait plus personne n’en parlait et c’était très bien. Cette année le management a décidé de distribuer les lettres individuellement, de la main à la main, en étalant cette distribution sur plusieurs jours. Du coup certains ont déjà le montant de leur prime et d’autres pas encore. Ça met de l’ambiance !

Je me demande quand le plafond de la bêtise sera atteint. 

Géographie

Corrigé 96 erreurs dans une base de données qui compte 775 erreurs à corriger, le stagiaire en a corrigé 300 mais il y a passé la journée entière ( de 9 heures à 18 heures sans prendre le temps de déjeuner) alors que moi j'y ai consacré une heure. Et je suis certain de mes corrections. Ce sont des erreurs de géolocalisation. Pour chaque enregistrement qu'on n'arrive pas à placer sur la carte il faut essayer de retrouver l'endroit exact où s'est passé l’événement enregistré et corriger sa position. Il y a des indices mais il vaut mieux connaître sa géographie pour les exploiter. Le stagiaire est d'une ignorance sidérante en géographie française, et quand je dis sidérante je suis encore très loin de la réalité, donc il est à la peine.

Reprendre

Bon, reprendre un peu ce blog que l’on laisse dépérir en ce moment.