Scandale à la frontière

À fin mai, près de 2000 enfants ont été séparés de leurs parents à la frontière avec le Mexique (Associated Press), depuis que le ministre de la Justice Jeff Sessions a annoncé la politique de «tolérance zéro» à la frontière sud. Les enfants ainsi enlevés à leurs parents sont parfois enfermés dans des camps, souvent dans des tentes, en attente de déportation.

Le New York Times nous apprend que (traduction) : "la protection des enfants à la frontière est compliquée, car il y a effectivement eu des cas de fraude. Des dizaines de milliers de migrants y arrivent chaque année et ceux qui ont des enfants sont souvent libérés aux États-Unis plus rapidement que les adultes qui viennent seuls, en raison des restrictions sur la durée de détention des mineurs. Certains migrants ont admis avoir emmené leurs enfants non seulement pour les soustraire au danger dans des pays comme l'Amérique centrale et l'Afrique, mais aussi parce qu'ils pensaient que cela amènerait les autorités à les libérer plus tôt.

D'autres ont admis être passé frauduleusement avec des enfants qui ne sont pas les leurs, et les responsables des patrouilles frontalières affirment que de tels cas de fraude augmentent."

Le président utilise cette stratégie infâme pour obtenir l'approbation de ses demandes au Congrès sur l'immigration (et son fameux mur) et rejette la responsabilité de ces pratiques scandaleuses sur les Démocrates qui s'opposent à ses demandes.

C'est une sorte de chantage qu'il exerce sur les Démocrates, et une politique indigne d'un grand pays démocratique qui se pratique à la frontière mexicaine. L'administration Trump s'enfonce dans l'infamie un peu plus chaque jour.