Pas de parti pris politique pour Comey

Le Rapport de l'inspecteur général du FBI est sorti hier: James Comey, l'ancien directeur du FBI limogé par Trump aurait, selon ce rapport, «dévié» des procédures du FBI et du ministère de la Justice alors qu'il enquêtait sur Hillary Clinton et l'utilisation par celle-ci d'un serveur de messagerie (e-mail) privé alors qu'elle était ministre des Affaires Étrangères (Secretary of State).

Le rapport a déterminé que les décisions de Comey n'étaient pas «le résultat d'un parti pris politique», mais qu'elles avaient eu un impact négatif sur l'image d'impartialité du FBI et du ministère de la Justice.

On se rappelle en particulier que Comey avait très publiquement ré-ouvert l'enquête sur les e-mails d'Hillary Clinton, quelques jours avant les élections présidentielles et que la plupart des observateurs politiques pensent que cette réouverture d'enquête a joué un rôle dans la défaite.

Finalement Comey s'en tire bien. Mais son image de chevalier blanc anti-Trump souffre quelque peu de ce rapport.