Houston

Les gens qui ne connaissent des US que New York, et surtout Manhattan, ont tendance à penser que les villes Américaines sont des étendues bétonnées à mort. En fait la plupart des villes sont de vastes banlieues de maisons individuelles et de petits immeubles d'habitation collectif mélangés. Les villes ont ainsi l'air d'être construites à la campagne et elles s'étendent sur des surfaces très dépaysantes pour un Européen. Les circonférences de ces villes sont en perpétuelle expansion, ce qui ne manque pas de poser des problèmes d'envahissement des espaces naturels. Les villes sont parcourues par un réseau d'autoroutes qui se croisent en des entassements vertigineux de bretelles d'autoroutes. Le long des ces autoroutes s'étendent à perte de vue des centres commerciaux offrant assez peu de choix en matière de marques (ce sont toujours les mêmes qu'on retrouve de loin en loin). Le centre, quand il n'y en n'a pas plusieurs, est en général très petit, occupé par quelques gratte-ciels de bureau, il n'est habité la nuit que par une population hétéroclite de SDF, punks à chiens, junkies et dealers. Les lotissements qui entourent ce centre sont très ségrégués socialement (très riches, riches, moyens, pauvres, très pauvres) et ethniquement (noirs, blancs, hispaniques, asiatiques). Ces lotissements (appelés parfois "subdivisions") ont, pour les plus cossus, des rues longées d'arbres ce qui donne l'impression d'être dans une ville très verte, finalement.


Entassement de bretelles d'autoroutes, à Houston

Houston est typique de ce genre de ville Américaine, mais elle a la particularité d'avoir été construite sur des zones forestières, des marais ou des prairies, que l'on peut encore voir dans les environs. Le sol est très meuble, voire spongieux (à tel point qu'il n'est pas possible de creuser de caves sous les maisons et à plus forte raison un métro souterrain). Houston s'est agrandi de manière assez désordonnée. Là où s'étendent maintenant des lotissements s'étendaient jadis (mais il n'y a pas si longtemps en fait) des rizières ou de plantations de cotton, ce qui donne une idée du genre de terrains sur lesquels on a construit. Les nappes souterraines ont été pompées jusqu’à épuisement pour irriguer le cotton (qui demande beaucoup d'eau), à tel point que par endroit le sol s'est enfoncé au dessous du niveau de la mer et continue à s'enfoncer.

Une rue typique dans un quartier cossu, de Houston

Le climat est subtropical humide avec des étés très chauds voire torrides et humides et des hivers doux. La hauteur des précipitations annuelles moyennes oscille entre 914 et 1 263,9 mm. C'est beaucoup. Les orages sont fréquents en été et apportent des pluies diluviennes qui provoquent des crues surprises (des flash floods). Pour parer aux crues subites on a pensé à transformer les autoroutes et les principales artères en conduits de drainage en cas de besoin.

Une rue de Houston.

La principale rivière, qui coule d'ouest vers l'est et se jette dans le Houston Ship Channel et dans le Golfe du Mexique est le Buffalo Bayou. Le Bayou est alimenté par une multitude de petits ruisseaux. Vers l'ouest de la ville on a construit dans les années 60 deux vastes bassins de retenue : les réservoirs Addicks et Barker. Ces bassins sont des cuvettes enfermées par des digues, qui retiennent les eaux d'affluents du Buffalo Bayou et relâchent progressivement ces eaux dans le Buffalo Bayou quand la crue est terminée. Addicks a une capacité de 248,000,000 m3, Barker de 258 000 000 m3. Petit à petit des lotissements ont été développés jusqu'aux rives de ses bassins, ils sont aujourd'hui en grand danger.
Aujourd'hui on nous annonce que les ingénieurs ont commencé à ouvrir les vannes des réservoirs Addicks et Barker pour ne pas qu'ils débordent sur les lotissements environnants mais il semble que cette mesure ne soit pas suffisante et que les eaux d'Addicks commencent à passer par dessus ses digues.

Cercle vicieux

Hurricane Harvey: Why Is It So Extreme?

Fascinant : la raison pour laquelle Harvey produit autant de pluie est qu'il se nourrit des zones humides qu'il a lui même créées en restant sur place ! Normalement un ouragan dépose sur terre (sous forme de pluies diluviennes) l'humidité qu'il a absorbé au dessus de l'océan, puis il "sèche" peu à peu et les pluies diminuent en intensité car une fois arrivé au-dessus des terres il ne peut plus absorber d'humidité et il se déplace en général rapidement. Mais aujourd'hui Harvey a produit tellement de pluie qu'il a inondé une très grande surface de sol et comme il est coincé entre deux zones de hautes pressions il ne bouge presque plus, il absorbe donc de nouveau l'humidité qu'il a lui même versé au sol et la reverse ensuite sur ce même sol. En théorie ce phénomène très rare, une sorte de cercle vicieux, pourrait donc durer longtemps.

Harvey

Le vent a presque cessé de souffler sur le passage de l'ouragan Harvey mais pas les chutes de pluie. Un déluge invraisemblable (63 centimètres de pluie par endroit en 24 heures) s'est abattu sur l'ensemble du sud-est du Texas et en particulier sur la métropole de Houston. L'ouragan Harvey a touché terre à Corpus Christi à 400 km au sud de Houston, il a causé beaucoup de dégâts sur la côte et a commencé à perdre de sa puissance éolienne en s'enfonçant dans les terres. Mais il n'est pas allé très loin, il a été repoussé vers le Golfe du Mexique par un front froid situé au centre du Texas. Harvey a perdu ses vents en devenant une dépression tropicale mais toute l'humidité engrangée au-dessus du Golfe s'est mise à tomber sur terre en pluies diluviennes. Maintenant Harvey chemine lentement en direction de la côte, il pourrait même reprendre la mer pour un temps et se renforcer, puis il remontera vers le nord et s’affaiblira mais pas avant la fin de la semaine. Le déluge n'a donc pas fini de s'abattre sur cette région du Texas.

C'est un plat pays, presque toujours au niveau de la mer et parcouru de nombreuses petites rivières côtières qu'on appelle là-bas des bayous. Les bayous sortent donc de leurs lits et étalent leurs eaux vaseuses sur toute la ville et la campagne environnante. L'écoulement des eaux de pluie se fait par ces rivières dans le Golfe du Mexique, mais la marée de tempête soulevée par le cyclone empêche cet écoulement et de toute façon les pluies sont gigantesques. Je connais un peu Houston pour y avoir séjourné trois fois pendant de courtes périodes. La maison individuelle de plein pied est le plus fréquent mode d'habitation. La ville s'étend sur une très vaste surface plane, les quartiers sont reliés entre-eux et au centre-ville par un immense réseau d'autoroutes. Un terrain rêvé pour une inondation catastrophique.

On parle, et je crois avec raison, d'une catastrophe de l'ordre de l'ouragan Katrina qui avait ravagé la Nouvelle Orléans en 2005. Sauf que Houston n'est pas NOLA et à plusieurs titres. C'est une métropole de 6 millions d'habitants alors que NOLA n'en comptait que 300 000. Et puis New Orleans est une ville assez pauvre, où le laisser-aller et la corruption des autorités publiques est légendaire. Houston est une ville riche, plutôt bien gérée, avec une industrie pétrochimique très importante. Houston est considérée comme la capitale mondiale de l’énergie. L'industrie métallurgique, l'électronique, l'industrie aérospatiale, les biotechnologies, les installations portuaires sont les principaux employeurs de la métropole après l'industrie du pétrole. On y trouve le fameux Johnson Space Center, le plus grand centre de la NASA (18 000 employés) et le siège d'United Space Alliance, qui fait travailler plus de 10 000 personnes. Les hôpitaux et cliniques de Houston sont très réputés. C'est pourquoi je pense que même si le bilan humain est plus lourd que pour Katrina, les secours et les efforts pour retourner à une situation normale seront bien mieux organisés et bien plus efficaces que pour Katrina à la Nouvelle Orléans.

Noms d'Amérique

Montagnes : Adirondack, Allegheny, Blue Ridge, Chinati, Mammoth, Mesabi, Ozark, Pocono, Rainier, Shasta, Shenandoah, Shiprock.

Rivières : Atchafalaya, Menominee, Maumee, Nodaway, Sangamon, Scioto, Susquehanna, Trinity, Willimantic, Missouri, Mississippi, Arkansas.

Régions : Big Thicket, Firelands, Tidewater, Maine, Vermont.

Rivages : Casco, Tampa Bay, Canaveral, Mendocino, Throgs Neck, Cape Fear, Cape Cod.

Villes : Atlanta, Chicago, Columbia, Detroit, Houston, Los Angeles, Miami, New York, Newark, Philadelphia, Phoenix, Washington, Manhattan.

Ouest : Tule, Yerba Buena. Mojave, Escalante, Moab, Arapaho, Pecos, Amarillo, Santa Fe, Kiowa, Santee, Taos, Shawnee, Sequoia, Apache.

Animaux : Racoon, Armadillo, Oppossum, Alligator, Coyote, Moose.

Sud : Ouachita, Memphis, Plaquemine, Tchoupitoulas, Bayou, Pascagoula, Chattahoochee, Seminole, Savannah, Charleston, Topekah, Chattanooga. Midwest : Wichita, Kalamazoo, Elkhart, Michigan, Ogalalla, Sioux, Cheyenne.

Nord Ouest : Cimarron, Monterey, Humbolt, Redwood, Palouse, Yakima, Spokane, Kootenai, Muskegon.

Nord Est : Monongahela, Chesapeake, Great Dismal, Hudson, Poughkeepsie, Mohawk, Walden, Nantucket, Mount Desert.