dimanche 22 janvier 2017

Des raisons d'espérer ?

Nous devons nous rappeler que Trump n'a été élu que d'une courte tête et que ce n'est que grâce au système électoral américain qu'il est président aujourd'hui. Hillary Clinton a obtenu trois millions de voix de plus que lui, mais elle a perdu d'un très petit nombre de voix dans les États où il fallait absolument gagner. Trump n'a pas de mandat, il est légitime mais il n'a pas de mandat. Ce qui fait que son pouvoir est très fragile. Au Congrès le parti Républicain a la majorité dans les deux chambres. L'objectif des Républicains est de maintenir cette majorité, si Trump coule ils feront tout pour ne pas couler avec. Ce qui signifie que l'autorité et l'influence de Trump sur le Congrès est très fragile, aussi. Comme Trump a choisi d'être aussi diviseur, agressif et antagonique que pendant sa campagne électorale (pourquoi changer un comportement qui lui a permis de tout gagner jusqu'à présent ?) il va susciter une opposition virulente contre lui (qui déjà commence : voire la Marche des Femmes (Women's March), hier, qui a été un immense succès).

Il est clair qu'il va chercher à isoler les media qui lui sont hostiles et c'est ce à quoi il s'affaire ces derniers jours, en le coupant de leurs sources à la Maison Blanche et en essayant de susciter une hostilité de ses partisans contre eux. Ainsi, il espère mobiliser ses partisans et décrédibiliser, voire museler les media qui ne lui sont pas dévoués. Trump va continuer à balancer des âneries indignes d'un président sur Twitter pour satisfaire ses partisans les plus durs et amuser la galerie. Que ses ennemis et les media s'indignent de ses tweets ça fait toujours parler de lui et ça attise contre ceux-ci la haine de ses partisans. Pendant ce temps là son administration de ploutocrates pourra faire passer des décisions très dures pour les petites gens sans qu'on y prête trop d'attention. Ou bien la critique de ces décisions ne sera le fait que des media ennemis que Trump aura systématiquement écarté et désigné comme des menteurs, biaisés et hostiles au peuple.

C'est une entreprise totalitaire qui doit être dénoncée comme telle. Je veux croire que ça ne fonctionnera pas ou pas exactement comme prévu. Comme je l'ai écrit plus haut, le pouvoir de Trump est fragile et l'opposition très mobilisée. Sa cote de popularité est très basse. Les Républicains du Congrès ne sont pas à sa botte, ils ne roulent que pour eux-mêmes et plusieurs figures majeures du Parti Républicain au Congrès lui ont toujours été hostiles. Les élections de mi-mandat (les mid-terms) sont en novembre 2018, tous les membres de la Chambre des Représentants seront renouvelés, un tiers des Sénateurs aussi. La stratégie antagonique de Trump pourrait bien se retourner contre lui.

Aucun commentaire :