Les primaires américaines

Aux États-Unis les candidats du Parti Républicain aux élections primaires de leur parti sont tous plus tarés les uns que les autres et en plus ils sont très nombreux, au point que pour les débats les télés sont obligés de n'en inviter qu'une sélection.

Les candidats les plus inéligibles de par leur degré de psychopathie sont : l’inénarrable Donald Trump, un magnat de l'immobilier, qui enchaine énormités sur énormités, insultes et mensonges avec un aplomb incroyable. A ses cotés on trouve Ben Carson un neuro-chirurgien Afro-américain à la retraite, qui n'est pas loin de Trump en ce qui concerne les idioties sorties à la minute (en plus d'être un fanatique religieux); Ted Cruz, sénateur du Texas et facho convaincu, tendance Tea-Party; Rick Santorum un fanatique religieux évangéliste; Rand Paul un libertarien (anarcho-capitaliste, en gros); Mike Huckabee, même genre que Rand Paul avec fanatisme religieux en plus. Voilà pour les plus cinglés.

Suivent quelques candidats raisonnablement éligibles (mais à quel prix ?) : Carly Fiorina, ex PDG d'Hewlett-Packard, qui n'a pas fait d'étincelles dans sa vie professionnelle et qui n'a aucune expérience (voire de simples connaissances) politiques; Chris Christie, actuel gouverneur du New Jersey, politicien roué et aguerri mais qui traine une véritable batterie de cuisine à ses baskets; Lindsey Graham, respectable sénateur des US mais poids plume politique; Bobby Jindal, Indien-américain et gouverneur de la Louisiane, lui aussi poids léger en matière de politique et enfin les deux candidats les plus plausibles : Marco Rubio et Jeb Bush.

Jeb Bush, fils et frère des deux ex-présidents et ex-gouverneur de Floride a quelques atouts : une expérience politique certaine, une bonne cote de popularité chez les Hispano-américains, c'est un candidat réac mais raisonnable. Toutefois sa campagne est en chute libre en ce moment à cause de son manque d'enthousiasme et de son manque de charisme personnel.

Marco Rubio, d'origine cubaine, sénateur de Floride, semble le candidat le plus raisonnablement éligible, il est jeune, il a du charme, il est relativement expérimenté et pas trop à droite (pour un membre du GOP), il dispose, vu ses origines, d'un capital sympathie chez les Hispano-américains mais bien sûr à l'opposé, son handicap est qu'il n'est pas anglo-saxon d'origine.

Bref aucun de ces personnages ne semble pouvoir rivaliser avec Hillary Clinton, coté Démocrate. Mais Hillary a aussi quelques problèmes : son mari et ex-président me parait être un atout et un handicap à la fois, elle traine quelques casseroles et n'est pas au-dessus d'utiliser des coups tordus contre ses adversaires, un grand nombre de gens semblent réticents à lui faire confiance vu son gout du secret et du fait qu'elle est une politicienne professionnelle particulièrement rouée (et une juriste) et bien sûr c'est une femme...

Aucun commentaire: