lundi 12 janvier 2015

Unis pour défendre les valeurs de la République


(© Martin Argyroglo)

Les marches républicaines qui ont eu lieu hier partout en France et même dans les petites villes de province ont été les plus larges jamais enregistrées. Près de quatre millions de personnes sont sorties dans la rue, unis pour la défense des valeurs de la République : liberté, égalité, fraternité, la défense de la liberté d'expression, le refus du terrorisme et de la violence, la défense de la démocratie. ce fut une journée historique.

Alors certes, on peut pinailler. On peut regretter tous ces chefs d'États venus marcher à Paris avec le peuple de France. Ça pouvait sembler hypocrite ou opportuniste, d'autant qu'il n'y avait pas que des défenseurs acharnés de la liberté d'expression parmi eux (euphémisme). Oui, mais moi ça m'a fait plutôt plaisir et ça m'a ému, c'est comme ça, je suis sentimental, tout comme tous les témoignages de solidarités venus des quatre coins du monde.

Et on peut aussi ratiociner sur l'action de la police et sur les applaudissements qu'ont recueillis les policiers pendant la marche républicaine, à Paris en particulier. 

Les policiers n'avaient pas d'autres choix que de tuer les trois terroristes, ceux-ci étaient prêts à mourir en martyr dans l'assaut de la police. L'un d'entre eux détenait des otages et les deux autres n'en détenaient pas mais se sont jetés dehors en tirant sur les gendarmes. Celui qui détenait les otages en a d'ailleurs fait autant, les images le prouvent.

Il est regrettable d'avoir eu à les tuer, certes, mais ceux qui le déplore feraient bien de proposer leur solution tactique pour venir à bout d'une prise d'otage par un individu fanatisé, qui veut mourir en martyr.

Hier, à la marche républicaine la foule (et moi-même) avons acclamé la police. C'était un peu surréaliste. Mais nous avons acclamé les policiers, non pas parce qu'ils ont tué les trois terroristes, mais parce qu'ils ont subi trois pertes dans leurs rangs, trois policiers qui nous protégeaient, nous simples citoyens, ont été tués. Nous les avons applaudis parce que leur action professionnelle a sauvé des enfants, des femmes et des hommes, les otages. Nous les avons acclamés par ce que nous croyons aux valeurs de la République et que la police, quand elle-même respecte ces valeurs et fait son travail, fait partie de la République et protège ses citoyens. Et c'est exactement ce qu'ils ont fait pendant ces trois jours de cauchemar et ce qu'ils ont fait dimanche partout en France pour que les marches républicaines se passent sans incidents.

Alors oui je crois qu'il est bon d'acclamer les policiers qui font leur travail, qui est de nous protéger, qui le font en toute légalité et qui sont en première ligne (la première ligne de défense)  et première cible dans ce combat contre les terroristes.

J'ai conscience d'être un peu grandiloquent mais il fallait que ça sorte et c'est sorti comme ça.

1 commentaire :

Sylvain a dit…

Je t'approuve, mon grand!