La lumière au bout du tunnel?



Fichue semaine, vraiment. Lundi je me suis réveillé avec une bronchite (oui c'est dérisoire au vu de ce qui s'est passé après, mais ça n'aide pas à bien naviguer mentalement dans le gros temps). Mardi le rhume s'est déclenché pour de bon, la tête pleine de morve et la toux grasse fatigante. Mercredi la gueule de bois au maximum et l'attentat. Le cauchemar commençait vraiment. J'ai passé les jours suivants dans un état d'abattement, de cafard noir, de colère, d'excitation, d'hébétude devant les télés d'informations en continu et parfois de tout ça en même temps. Vendredi soir le soulagement que le désastre soit fini a fait place à une profonde tristesse devant tout ce gâchis. Tristesse dont je ne suis sorti qu'hier grâce à l'immense manifestation de civisme et d'unité de mes concitoyens. Aujourd'hui je suis presque en forme de nouveau et un peu plus optimiste qu'avant-hier. Non, ce ne sont pas les quelques ballots qui font des procès en pureté de fidélité à Charlie Hebdo (en bons petits staliniens), qui font la morale aux gens qui ont applaudi les flics hier dans la rue, qui vont me déprimer. Je veux être positif et changer de sujet, j'en ai besoin, nous en avons tous besoin.

Aucun commentaire: