mercredi 5 novembre 2014

Prochaine manche en 2016

Encore quelques pensées sur les élections américaines d’hier. 

Comme je l’écrivais dans le post précédent la majorité du GOP au Sénat est de 54, c’est une majorité confortable mais pas suffisante pour contrer un véto du président. Il est probable que si les lois votées par les deux chambres ne soient pas acceptables par le président Obama il refuse de les signer mettant ainsi son véto à leur application. Ce qui signifie que ce ne sera plus le Congrès qui fera obstruction, comme ces quatre dernières années, mais la Maison Blanche.

Obama n’a plus d’élections à assurer, il est dans son deuxième et dernier mandat, il peut donc sans arrière pensées repousser toutes les initiatives des Républicains qui ne lui plairaient pas. Et quelque chose me dit qu’il n’hésitera pas à le faire si l’occasion se présente.

Tout ce que ces élections montrent, selon moi, est que les Républicains ne sont pas près de disparaître et qu’ils disposent d’une base solide (même si ces élections au Sénat avaient lieu dans des régions où Obama est particulièrement détesté et non dans des régions où la démographie lui était plus favorable). Cette victoire va leur suggérer de ne rien changer à leur doctrine politique, puisque ça a très bien marché cette fois-ci, et c’est exactement ce qui pourra les faire battre une prochaine fois.

Je pense aussi que les Démocrates n’ont pas très bien mobilisé et c’est sans doute parce que ce parti manque d’idées neuves et motivantes pour les Américains, c’est la rançon de l’exercice du pouvoir et la fin d’un cycle pour le parti Démocrate.

Mais deux ans c’est long en politique et nous l’avons vu maintes et maintes fois par le passé, les majorités alternent assez facilement dans ce pays. Il y a de quoi rester optimiste pour 2016.

1 commentaire :

Sylvain a dit…

Qu'un parti politique responsable puisse mettre à son programme d'abandonner la politique de réduction des gaz à effet de serre et de recul de la pollution me renverse. L'égoïsme se retournera contre ceux qui en font profession.