mercredi 7 mai 2014

À la campagne



Ça fait donc trois jours que j'ai pris mes quartiers à la campagne pour de brèves vacances, dans mon pays d'origine, la Touraine. Contrairement à l'habitude je n'ai pas été "en mode ermite" jusqu'à aujourd'hui. Mais là tout le monde est parti et j'ai retrouvé mon Walden. Une isolation toute relative puisque j'ai de la visite ou que je vais visiter des gens quasiment tous les jours. Et puis bien sûr il y a les animaux dont je m'occupe (c'est même la raison essentielle de ma présence), le chat, l'oie, la canne, trois poules pondeuses, un coq et deux canards colverts juvéniles sur la mare. La maison est en lisère de forêt, au bout d'un chemin mais pas isolée du tout puisqu'il y a des pavillons banlieusards sur les terrains environnants.  C'est néanmoins la campagne bien que de plus en plus construite et habitée. Quand ma mère a acheté cette maison c'était une masure d'une seule pièce au sol en terre battue qui abritait un ouvrier agricole et son âne, les maisons les plus proches, un petit groupe de trois maisons collées les unes aux autres, étaient à 200m et elles étaient les seules du lieu-dit. Aujourd'hui c'est une grande maison avec tout le confort moderne (et même Internet ADSL) et des voisins tous proches dans des pavillons modestes. Malgré la suburbisation progressive du coin, la nature (un peu) sauvage reste proche. On peut y rencontrer biches, cerfs, chevreuils et sangliers, lièvres et lapins, perdreaux et faisans (d'élevage, libérés pour la chasse) et aussi des renards contre lesquels il faut prémunir volailles et canards. 

La foret qui jouxte cette propriété est une forêt mixte exploitée pour le bois. Elle est composée principalement de chênes, de hêtres, de pins maritimes et sylvestres, de châtaigniers et de charmes.  Il me semble avoir vu une grande quantité d'ormes le long de la voie ferrée — il me semble car j'ai omis de ramener une feuille pour vérifier, mais l'orme ressemble à ce que j'ai vu. Quelques bouleaux aussi par endroits mais pas nombreux. 

Ce qui rend ce coin de Touraine si spécial pour moi c'est que j'y suis né et que j'y ai vécu toute mon enfance et adolescence. Il me semble avoir une connexion particulière avec ce paysage. C'est une région du Val de Loire interchangeable avec n'importe quel coin de campagne du centre de la France. Mais cette région précise c'est chez moi, je la reconnais, elle m'est familière, je sens que j'appartiens à ce coin de Touraine et à aucun autre. 

Aucun commentaire :