dimanche 9 mars 2014

Qu'est-il est arrivé au vol Malaysia Airlines 370 ?

Un Boeing 777 a disparu en mer de Chine, avant-hier. Il appartenait à Malaysia Airlines. L'avion faisait la ligne Kuala-Lumpur Pékin. Il a disparu des écrans de contrôle du Centre de Contrôle Aérien de Subang (Malaisie) à 17 h. 22 GMT le 7 mars (1 h. 22 Heure Locale le 8 mars). Dernière position connue: N6.92 E103.58. Il y avait 227 passagers et 12 membres d'équipage à bord.
Deux grandes flaques de carburant ont été repérées par les forces aériennes vietnamiennes, sur la mer dans la région de la disparition de l'avion.


Les autorités malaisiennes se sont rendus compte que deux personnes avec de faux passeports se trouvaient sur le vol MH 370. Une de ces personnes avait un passeport italien et l'autre un passeport autrichien, tous deux volés en Thaïlande. Les deux passeports volés correspondent à deux tickets aux numéros successifs achetés ensemble.
 
Qu'est-il est arrivé au vol Malaysia Airlines 370 ?

Un avion ne tombe pas facilement de son altitude de croisière au sol. Il faut un événement soudain et fatal, par exemple :
  • une décompression explosive, par défaillance du fuselage : l'avion se casse en plusieurs morceaux ou une grande faille s'ouvre dans la carlingue ;
  • une panne simultanée des deux moteurs et perte de contrôle immédiate. Il est déjà arrivé que les injections de moteurs Rolls Royce, similaires à ceux du 777 disparu, gèlent, coupant l'arrivée de kérosène. C'est ce qui est arrivé au Boeing 777 du vol 38 de British Airways qui s'est écrasé en descente sur Heathrow le 17 janvier 2008. Toutefois à l'altitude où il était l'avion aurait dû être en mesure de planer quelques temps et les pilotes d'appeler à l'aide, à moins que cette perte des moteurs ait entrainé une perte de contrôle immédiate et totale de l'avion ;
  • une perte de contrôle à cause de turbulences. Très douteux, d'autant qu'aucune zone de turbulences n'a été signalée dans la région de la disparition. Toutefois on ne peut exclure cette cause d'accident ;
  • une perte de contrôle similaire à celle de AF447. On se souvient que ce vol s'était abimé au milieu de l'Atlantique, les sondes de Pitot avaient gelées lors de la traversée d'un orage en croisière, et surtout l'équipage avait été incapable de contrôler l'avion, le faisant décrocher sans s'en rendre compte ;
  • une explosion non-terroriste (TWA 800) ;
  • l'invasion de la cabine de pilotage, neutralisation de l'équipage et destruction délibérée de l'appareil (en gros, ce qui est arrivé le 11 septembre 2001) ;
  • l'explosion d'une bombe (UTA 772 , PanAm 103) ;
  • un missile sol-air ;
  • le suicide d'un pilote (Egyptair 990, LAM 470).

Aucun commentaire :