Dilemme juridique

 Un juge du Texas devra décider, ce vendredi, si on peut ou non mettre fin à la vie artificielle d'une femme enceinte en état de mort cérébrale.

 Marlise Munoz est en état de mort cérébrale depuis qu'elle a été découverte inconsciente dans son appartement en novembre dernier, elle était alors enceinte de 14 semaines. Elle est maintenue artificiellement en vie dans un hôpital de Fort Worth (Texas) parce qu'une loi de l'État du Texas interdit de mettre fin aux soins d'une personne déterminée médicalement en état de mort cérébrale, si elle est enceinte. Son mari et sa famille veulent qu'on la débranche mais l'hôpital s'y oppose sans autorisation judiciaire.

Le foetus a maintenant 22 semaines et présente de graves malformations. D'après les médecins il est hydrocéphale, souffre de problèmes cardiaques et ses membres inférieurs sont atrophiés. Ce qui n'est pas étonnant étant donné qu'il se développe dans un corps mort dont les organes se détériorent et qu'il a été privé d'oxygène pendant un long moment.

Mais la loi du Texas est claire :
"A person may not withdraw or withhold life-sustaining treatment under this subchapter from a pregnant patient."
On n'a pas le droit de débrancher une femme, en état de mort cérébrale, des machines qui la maintiennent artificiellement en vie tant qu'elle est enceinte.

Source : NPR News.

MàJ : Le Juge R.H. Wallace du Tribunal de District du Comté de Tarrant a finalement fait droit à la demande de la famille en ordonnant à l'hôpital de débrancher les machines qui maintiennent  Marlise Munoz artificiellement en vie.

Aucun commentaire: