jeudi 18 octobre 2012

Treme

Après la première saison de The Wire je me suis tapé la première saison de Treme. J'ai regardé le dernier épisode de la première saison ce soir. Je regarde un épisode par jour, tous les soirs. Il me reste à regarder toute la seconde saison de The Wire et toute la seconde saison de Treme. Jusqu'à hier je ne savais pas par laquelle commencer mais aujourd'hui je sais que je vais regarder dès demain la seconde saison de Treme.


The Wire et Treme sont deux séries du même producteur, David Simon, passées sur HBO aux États-Unis. J'avais déjà une très haute opinion de The Wire, comme presque tout le monde. D'aucuns en effet ont cru voir en The Wire la meilleure série de tous les temps et je n'étais, quant à moi, pas loin de les croire, quand j'ai regardé Treme. Et là je reconnais que j'ai été soufflé, Treme, je crois bien, et encore supérieur à The Wire. On pourrait me rétorquer que The Wire et Treme sont des séries de genres différents mais je ne le pense pas. Les deux séries sont deux études sociales sur deux villes des États-Unis qui ont beaucoup en commun. The Wire est une série policière qui étudie la ville de Baltimore. Treme est une série "peinture sociale" qui étudie la ville de New Orleans.


New Orleans et Baltimore ont bien des aspects communs. Villes où la majorité de la population est Afro-américaine, villes sinistrées, villes d'édiles corrompues, villes pauvres, villes violentes, villes qui ont connu un passé glorieux, villes portuaires enfin. La différence est plutôt culturelle, New Orleans est une ville vibrante de folklore et de traditions et bien sûr la capitale de la musique populaire, là où sont nés le jazz, le blues, le funk, le zydeco, le creuset de la musique métissée cajun, créole et africaine. Baltimore est moins typée.


The Wire nous entraîne dans les bas-fonds de Baltimore, nous montre toutes les plaies urbaines. Treme est tout entier dédié à la gloire, un peu décatie, de New Orleans, en particulier par un éloge constant de sa musique. La série nous raconte la résilience des habitants après les dévastations de Katrina, elle nous montre les traditions et le folklore si particuliers de New Orleans. Les références à la cuisine créole et cajun, à l'histoire de la ville, à ses relations sociales sont nombreuses. Par le biais de personnages tous attachants elle fait le portrait d'une ville qu'on se prend à vouloir aimer et à vouloir voir de plus près (c'est bien simple depuis que j'ai regardé Treme je n'ai plus qu'une envie : aller à New Orleans, en attendant j'écoute WWOZ, l'excellente station de radio locale, sur iTunes). Les acteurs sont tous parfaitement justes et excellents. Le scénario et la mise en scène sont simplement parfaits. La musique excellente. Je ne suis pas loin de mettre Treme dans le top 10 des meilleurs films (et pas séries) que j'ai pu voir.

Aucun commentaire :