Regardons notre pays sans oeillère

Je lis régulièrement les nouvelles sur les sites d'informations grand public : Yahoo, les journaux en ligne comme Le Monde, Le Figaro, Libération, ainsi que les "Pure Players" comme on dit. Depuis quelques mois, ma façon de lire les informations que donnent ces sources à changé. Je ne lis en gros que le titre des articles, puis je vais tout de suite aux commentaires. Parce que c'est là que les gens s'expriment. Et qu'ils donnent ainsi à mes yeux une information très importante sur l'état d'esprit de notre pays. Ce d'autant plus que l'effet Internet jouant, les gens souvent "se lâchent", disent le fond de leur pensée sans détours. Et ces commentateurs viennent de partout, de Paris, mais aussi de toutes les régions, campagnes comprises.

Il faut lire ces commentaires, aller découvrir ce que disent les gens sous les articles qui parlent de faits divers, ou des sujets autour desquels ont trouve les plus fortes caricatures de débat : l'immigration, la sécurité, le système d'aides sociales. On prend peur au début, mais il faut lire tout ça, entre les commentateurs qui soutiennent ouvertement les actes d'un Breivik (mais oui on en trouve, et pas qu'un), ceux qui amalgament systématiquement délinquance ou insécurité aux étrangers, forcément musulmans, ceux qui réclament le retour de la peine de mort, etc. Il faut le lire parce que c'est ça la réalité aujourd'hui. Les gens qui ont ces idées sont nombreux, très nombreux. Et le racisme lui, va bien au-delà des 18% qui ont voté Le Pen dimanche. Plusieurs études dans les dernières années montraient que les idées racistes dépassaient les 50%. Je n'exagère pas, et je n'invente pas pour la cause de mon billet.

Regardons notre pays sans oeillère : Un peu de Pikipoki

Entièrement d'accord avec ce billet de blog, qu'il faut lire en entier. Je ne lis plus les commentaires des articles de journaux parce que justement l'idée de l'opinion qu'ils reflètent me dégoute profondément. 

Aucun commentaire: