Sérendipité

Sérendipité, cocktail et retour vers l’inhibition

Votre cerveau donc reçoit donc tous les signaux qui l’environne, mais, en fantastique machine à traiter de l’information qu’il est, il est capable de mettre en place une série de filtres sémantiques très élaborés.

De nombreuses expériences en psychologie induisent une représentation mentale sémantique. Le sens des mots joue un rôle essentiel dans leur mémorisation. En 1975 Collins et Loftus suggéraient qu’il pouvait s’agir d’un réseau neuronal sémantique. En 1996, Damasio, Grabowski, Hichwa & Damasio conclu à l’existence d’un lexique mental à trois niveaux : un niveau conceptuel contenant les informations sémantiques, un niveau lexical contenant les mots eux-mêmes et un niveau phonologique correspondant au son des mots.

Ce qui est sur c’est que les processus attentionnels sont multiples et qu’ils s’appuient sur un réseau neuronal étendu, impliquant de nombreuses régions cérébrales, permettant ainsi à l’attention d’être sélective, soutenue, orientée, partagée, exogène ou endogène, consciente et inconsciente.

Aucun commentaire: