mercredi 2 février 2011

Ma médaille

Aujourd’hui j’ai reçu une médaille. C’est ma première médaille. J’aurais dû la recevoir en 2007 mais les méandres du fleuve de la bureaucratie l’ont fait dériver jusqu’à aujourd’hui. C’est une médaille d’argent (enfin, un alliage je suppose), frappée par la Monnaie de Paris, présenté dans un écrin, mon nom gravé dessus et accompagné d’un diplôme sur parchemin (non, sur papier mais un beau papier… non, un papier un peu cartonné). J’ai donc reçu la Médaille d’Honneur des Chemins de Fer, échelon argent, récompensant vingt cinq ans de bons et loyaux services à la Société Nationale des Chemins de Fer Français. Tout le monde la reçoit quand il atteint vingt cinq ans d’ancienneté, ce n’est donc pas un exploit de ma part.
Revenu au bureau avec ma médaille je la montrais à un de mes jeunes collègues en lui demandant le respect pour mon grand âge, car vu qu’il a 25 ans j’étais entré à la SNCF avant même sa naissance ! Et disant cela j’ai pris un coup de vieux monumental.

2 commentaires :

Daviplane a dit…

Ah, oui, c'est un effet que je connais bien, moi aussi.
Pour aggraver encore les choses, on m'avait remis la médaille de Vermeil (30 ? 35 ans ?) par erreur car nous sommes deux "presque homonymes" dans le service. 25 C'est déjà bien assez !

julie70 a dit…

Felicitations!

On ne devinent pas vieux après 25 ans de travail! Mais l'âge est très relative.

Quand j'avais 20, une jeune femme de 30 était "vieille" pour moi, Quand j'étais 50, je me sentais "trop vieille pour ça" - ne supposant pas tout qui m'attendait encore dans le futur."

A 76, je commence une nouvelle carrière de "raconteur des histoires" à Londres, je n'aurais jamais rêvé de cela et je me sens plus jeune que à 20 ans...