La terre, qui ne ment pas

»» Jacob, DSK et la vraie France | Telos Gérad Grunberg (avec qui je suis parfaitement d'accord) :

Telos a suffisamment critiqué l’anti-sarkozysme systématique de la gauche pour pouvoir ici critiquer un anti-strauss-kahnisme de droite qui fleure bon l’entre-deux-guerres dans son idéologie. Que le Premier ministre couvre Jacob en mettant en avant l’anti-strauss-kahnisme d’une partie de la gauche de la gauche est peut être de bonne guerre politique mais moralement condamnable. Ici, la gauche de la gauche et la droite se donnent la main pour dénoncer en réalité en DSK quelqu’un qui n’est « pas de chez nous », pas vraiment près du peuple. Quand Mélenchon condamne « l’affameur des peuples » il y a cette même vision d’une sorte d’apatride qui, à la tête d’une organisation elle-même apatride, martyrise les « vrais gens » par un chantage de nature financière. Pour Jacob, comme pour Mélenchon, DSK n’incarne pas la France. Il ne peut donc prétendre à la diriger. Pour l’instant, les sondages disent le contraire quels que soient les commentaires farfelus que l’on entend ici ou là. Certes, les choses peuvent évoluer et tout dépendra de la capacité de DSK lui-même à faire une bonne campagne. Mais si droite et gauche de la gauche accélèrent leurs critiques de DSK c’est qu’elles savent désormais qu’il sera candidat et qu’il risque fort de l’emporter. Dès lors, dans leur propagande politique, la question n’est pas de savoir si DSK pourrait être un bon président mais de montrer qu’il n’est pas vraiment un bon français, qu’il n’appartient pas à « la France qu’on aime ».

 

1 commentaire:

Sylvain a dit…

Je pense que DSK serait un meilleur président que NS, parce que moins papillonnant et moins parlant à tort et à travers, mais ce n'est pas un homme de gauche.