Une trahison?

"Un conservateur, c’est un libéral qui a été agressé", j'aime bien cette phrase trouvée sur le blog de Christophe Bouillaud. Et aussi cette phrase de NT dans les commentaires de ce billet : "I am much more likely to crater into depression after an upset of some kind — especially one where I feel social norms have been violated or I have been personally betrayed in some way." Je suis de plus en plus séduit par l'idée que mon coup de cafard de la semaine dernière est arrivé en répercussion du vol de mon iPhone par des jeunes beurs du quartier dans un lieu sensé être protégé du chaos de la rue par le fait même qu'il soit privé. En général je suis de l'avis qu'on impute un peu vite et un peu trop systématiquement les faits de délinquance des jeunes aux "minorités visibles". En quelque sorte ces jeunes que je défends avec sans doute trop de "bonne conscience" libérale (dans l'usage anglophone du terme) m'ont infligé un démenti sans appel et donc ont à la fois transgressé tout un tas de normes sociales qui me sont chères et m'ont trahi personnellement, relativement aux opinions politiques que je m'efforce de défendre. Ajouter à cela la perte d'un objet important pour moi et la culpabilité de m'être attaché à un petit gadget de métal, de plastique et d'électronique hors de prix et voilà!

Aucun commentaire: