lundi 30 août 2010

Ubi sunt

J’en ai vu depuis neuf ans des gens qui apparaissaient sur mon blog, commentaient à tout va, m’envoyaient même des e-mails, et puis disparaissaient de la circulation aussi vite qu’ils étaient apparus. Ceux qui m’intriguent le plus sont ceux qui commentaient beaucoup, qui avaient pour certains un blog, qui semblaient bien apprécier ce que je racontais et mes photos et qui du jour au lendemain ont cessé leurs commentaires, voire leurs visites et ont arrêté leurs blogs sans prévenir, comme si d’un seul coup leur activité sur Internet s’était éteinte, comme si on avait appuyé sur un interrupteur. Je ne pense pas qu’ils soient morts, mais je n’en ai pas la certitude, en tout cas s’ils étaient morts ça aurait été pareil. Je ne les connaissais en général que par leur pseudo ou à la rigueur par leur prénom, jamais rencontrés, sauf une fois, dans la «vraie vie». Leur existence était pour moi entièrement virtuelle et je n’avais, dans la plupart des cas, même pas une image d’eux qui puisse me les faire reconnaître dans d’autres circonstances. Il m’arrive de me demander ce qu’ils sont devenus ou même s’ils ont vraiment existé.

3 commentaires :

R J Keefe a dit…

Et moi, donc, je suis l'incontournable!

JR a dit…

non, R J, vous, vous êtes un ami, c'est bien différent :-)

NT a dit…

Who needs those other guys... I"m still here! :D

It's a strange phenomenon you describe, one made more possible by technology than it would be in the face-to-face world. Here, dancing among the atoms, it's as easy to leave as it is to arrive.

But in both arenas, real friendship is as difficult to find and sustain as ever.