Éducation à droite

Le Texas Board of Education (le ministère de l'éducation nationale du Texas, en gros) a fait une petite révolution conservatrice en décidant d'un certain nombre de mesures étonnantes qui devront être appliquées par les professeurs des écoles publiques du Texas et corrigées dans les manuels scolaires.

Les mesures annoncées sont d'inspiration chrétienne et conservatrice (c'est à dire de la droite extrême, grenouille de bénitier si vous préférez). Comme le disait le regretté Michel Audiard "les cons ça ose tout c'est même à ça qu'on les reconnait". Pour nous, européens, ces mesures peuvent sembler invraisemblables. Jugez-en par ce petit florilège:

  • Les États-Unis devront être désignés dans les manuels scolaires comme une "république constitutionnelle" et non plus comme une démocratie. Pourquoi? Je l'ignore mais il doit bien y avoir une idée là-dessous.
  • On enseignera que les problèmes de l'économie américaine viennent de l'abandon de l'étalon or. Un vieux fantasme réac'.
  • On apprendra désormais que les problèmes de la libre entreprise viennent des régulations gouvernementales. Ben voyons...
  • Les manuels scolaires devront parler de l'exceptionnalisme américain. Whatever it means.
  • Thomas Jefferson sera rayé de la liste des gens dont les écrits ont influencé la révolution américaine du 18ème siècle (mais pas St Thomas d'Aquin et Calvin), peu importe que Jefferson ait rédigé la Déclaration d'Indépendance au regard du fait qu'il était pour la séparation de l'église et de l'état.
  • Il sera obligatoire d'enseigner l'importance de la révolution conservatrice des années 80-90 : le "Contract for America" de l'uber-conservateur Newt Gingrich, la Moral Majority, la National Rifle Association.
  • Le mot "capitalisme" sera remplacé par les mots "libre entreprise".

Il y en avait de plus funky qui n'ont pas passée le vote final, heureusement. Mais celles-ci ne sont pas mal. Ce qui est bien aux USA c'est que les mesures parfois stupéfiantes peuvent être abolie sans arrière pensées après quelques années à la faveur d'un changement de majorité ou d'un revirement d'opinion. La décision du Texas a quand-même un coté inquiétant car cet État est le plus gros acheteur de manuels scolaires des États-Unis, ce qui inciterait peut-être les éditeurs à ne faire qu'un seul type de manuel, imposant les idées rétrogrades du Texas à tout le pays.

1 commentaire:

claire a dit…

oui c'est d'autant plus embeteant que les manuels texans sont utilises dans tout les etats voisins... qui n'ont pas les moyens d'avoir leur propres publications. Il y a eu beaucoup de resistance a Houston mais rien n'y a fait!