Sur la terre comme au ciel

-

Je me suis un peu amusé à donner à la photo une touche "vintage".

Donc le weekend dernier je suis allé à Hyères, dans le Var, pour visiter les amis Lacabanne. J'ai bravé la grève de mes collègues cheminots, mon train circulait et fut bien ponctuel à son arrivée à Toulon. Le TGV retour avait, lui, une heure et demie de retard, dimanche soir, à l'arrivée à Paris (20 minutes de retard à Toulon, le train venant de Nice, arrêt non prévu à Marseille Saint-Charles pour déposer des voyageurs pour Dijon dont le TGV avait été supprimé au départ de Nice, nécessité de rebrousser (partir dans l'autre sens) à Marseille —bien sûr, la gare Saint-Charles est en cul-de-sac — et plusieurs ralentissements sur la LGV: quand un train est désheuré il circule toujours plus difficilement, on a du mal à le caser parmi les autres trains, il est ralenti de temps en temps et les minutes de retard s'accumulent). Mais le TGV, en première classe, est très confortable et le voyage dans ce train est toujours, pour moi, un moment agréable. Le weekend fut très sympathique et détendant. Nous visitâmes, samedi, la Chartreuse de La Verne (photo), magnifique monastère restauré dans le massif des Maures, isolé du monde, habité par quelques nones invisibles et entouré de bois de châtaigniers au moins tri-centenaires. Dimanche nous fîmes une petite visite dans le vieux village de Bormes-Les-Mimosas.

Deux commentaires sur les événements aériens de ces derniers jours:

L'accident du Tupolev 154 du président polonais: on a raconté beaucoup de bêtises les premiers jours mais les choses s'éclaircissent un peu. Il n'est pas facile du tout de faire atterrir un gros avion dans le brouillard (la visibilité était de 400 mètres au moment de la tentative d'atterrissage) sans ILS. L'ILS est un système qui permet de guider les avions vers la piste d'atterrissage de façon très précise. L'ILS donne la direction de la piste, l'écart de l'avion par rapport à l'axe de la piste et le glide path, c'est à dire l'écart de l'avion par rapport à la pente nominale d'approche. Avec une piste équipé d'ILS on peut atterrir dans des conditions de visibilité très réduite. Il n'y a pas d'ILS à l'aéroport de Smolensk. Il semble que l'équipage de l'avion polonais n'ai pas eu un glide path adéquat. Notez que ça peut arriver avec un ILS — et c'est arrivé: j'ai en mémoire un cas qui s'est produit à Nantes il y a quelques années, de nuit, où un avion s'est non seulement éloigné de l'axe mais a adopté un glide path beaucoup trop prononcé. Le contrôleur de l'aéroport de Nantes a réagi et demandé à l'avion de redresser et de faire une autre tentative d'atterrissage (un turn-around) et l'avion a exécuté ses ordres, mais il n'est pas passé très loin de s'écraser sur la ville de Nantes. Donc si ça peut arriver avec un ILS, ça peut arriver d'autant plus facilement sans ILS et bien sûr l'absence de visibilité rend l'opération encore plus délicate.

Le nuage de cendres du volcan islandais a provoqué l'interdiction de quasiment tous les vols au nord de l'Europe aujourd'hui et probablement dans les jours qui viennent. Les cendres sont aspirées par les réacteurs et peuvent les étouffer ou les endommager sévèrement. Il y a quelques années un gros avion avec plein de passagers à bord a traversé un nuage de cendres volcaniques et tous ses moteurs se sont arrêté d'un coup en même temps! Les pilotes ont réussi à faire redémarrer au moins un moteur et à atterrir mais on n'est pas passé loin de la catastrophe. L'aéroport d'Heathrow, le plus important trafic du monde, est fermé depuis 12 heures jeudi ainsi que tous les aéroports du Royaume Uni, de Norvège, Suède, Danemark, Hollande, Belgique, une partie de l'Allemagne, de la Finlande et de la France. Les vols transatlantiques sont annulés. Un fantastique bazar! Du jamais vu.

Aucun commentaire: