dimanche 18 avril 2010

Empty skies

. .


Je devais aller à Poitiers aujourd'hui, dimanche, et puis je me suis légèrement trompé d'heure de train et de toutes façons j'étais juste — pas "large", juste. Alors, à la place, je me suis doré au soleil à Cachan, dans le jardin de mes neveux, sous le ciel sans traînées de condensation d'avions, et vide de particules volcaniques apparentes. Un ciel sans nuages, alors que c'est, paraît-il, un nuage de poussières volcaniques qui empêche les avions de voler. Il régnait un calme inhabituel. F. me raconte qu'un hérisson vient souvent visiter le jardin la nuit. Les chats l'observent mais n'y touchent pas. Le hérisson fait le tour du jardin et puis s'en va. On est à cinq, six kilomètres de Paris, une étendue de pavillons, près du pont d'Arcueil qui enjambe la petite vallée de la Bièvre. Après la sieste dans une chaise longue, marche à pied à travers la banlieue, Arcueil, Laplace. Belle lumière fraîche et blanche de printemps. Rhume des foins aussi. Le soir j'ai regardé deux épisodes de Mad Men, série que je ne connaissais pas et qui rentre dans la liste de mes séries préférées.

. .


Photos: Cachan, avril 2010

Aucun commentaire :