le goût de l'argent

4221738123_2d3763aedc.jpg


J'ai rencontré deux jeunes commissaires aux comptes. Qui ne travaillent pas pour la même boite mais font le même boulot et vivent en couple. Je me suis demandé comment on pouvait être commissaire aux comptes. Et aimer ça. Et parler de ça autour du plateau-télé le soir en rentrant à la maison. Faut un rapport particulier à l'argent quand-même. Les jeunes commissaires aiment le fric. L'argent pour l'argent. Pas l'argent pour s'acheter des trucs, non, l'argent. À la limite ils achètent de l'argent avec leur argent.

Ma propension à détester les questions d'argent m'a conduit à vivre une vie de bohème (comme on disait dans le temps, enfin comme mes parents qui voyaient ça d'un très mauvais oeil disaient dans le temps). À détester compter et à dépenser sans compter. Et attention, à dépenser en livres, gadgets électroniques, appareils photos, ordinateurs, musique, pas en vêtements, électroménager, vaisselle et décoration. Toutes choses qui me dépassent. Et à me retrouver souvent sans un. Sans patrimoine (d'ailleurs le seul mot de patrimoine me remplit d'angoisse). Remarque, comme je n'ai pas non plus de responsabilité, pas d'enfants dont il faudrait que j'assure l'avenir, je peux me permettre. Dans une certaine mesure.

Encore une inadaptation manifeste.

1 commentaire:

Halvor a dit…

Je me retrouve tout à fait dans ce que tu dis et je ne compte pas vivre autrement, à cette différence près que j'ai un enfant, comme quoi ce n'est pas incompatible. Et moi qui pensais être une exception, ça fait chaud au cœur...