même pas mal

Je suis plutôt content de me trouver aussi bien dans l'état de grande dèche où je suis en ce moment. Certes rien d'essentiel (travail, salaire, logis, nourriture, chauffage, éclairage, santé et connection à Internet) n'est menacé mais pour le reste c'est l'austérité forcée la plus totale. Je ne m'achète, et ce depuis trois mois, aucun livre, aucun vêtement, aucune sortie, aucun restaurant, aucun cinéma, aucun voyage, aucun bien d'aucune sorte, rien. C'est l'ère sans achat et presque sans consommation (il y n'y a plus que l'épicerie qui me fasse encore dépenser un peu d'argent)! J'assume — pour employer un mot à la mode! Je suis serein et rien ne me manque vraiment. Mes soucis d'argent ne m'atteignent pas le moral et ne m'inquiètent pas, il est vrai qu'ils sont plutôt légers au regard de ceux de bien des gens mais il y a encore deux ans ils m'auraient plongé dans la dépression et la culpabilité. Je progresse, c'est certain.

Aucun commentaire: