la rue

607125476_fveAL-M.jpg


607125151_nXnLM-M.jpg


J'ai du mal avec les autres, j'ai du mal a être avec les autres. Je suis solitaire. Et pourtant j'aime photographier les gens. Parce que ce sont mes frères humains et qu'ils ne cessent de m'intriguer. Eux, les gens ils n'aiment en général pas être photographiés, je les comprends, déjà que les regarder dans les yeux ils prennent ça pour une agression alors leur braquer dessus l'objectif d'une machine, vous pensez bien...

fantôme du passé

606290092_VVs6D-M.jpg


Paris se vide. Il n'y a plus guère de monde dans les rues et dans les cafés, sur les terrasses. Le matin le métro est vide, même la ligne 13. Le soir le métro est plein, mais de touristes et peu de travailleurs.
Ce soir j'ai cru reconnaître quelqu'un que je ne n'avais pas vu depuis longtemps, dans le métro. C'était une femme dans les cinquante ans, très typée comme l'amie à laquelle elle m'a fait penser. Les mêmes cheveux, un nez semblable, la même forme de lèvres et de visage, juste un peu plus émaciée mais ça pouvait être l'effet de l'âge. Je l'ai bien regardé et nos regards se sont croisés mais elle n'a pas réagi. Ce ne devait pas être elle. Je n'ai pas osé lui demander. Elle a sorti des lunettes d'un étui Gucci et a lu le journal, Libé. Elle est descendue à Strasbourg Saint-Denis. Elle avait un pendentif doré, une main de fatma. Après ça je me suis demandé ce qu'était devenu A. M., l'amie en question. Ça faisait longtemps que je n'avais pas pensé à elle.

en noir et blanc

J'avais envie de retrouver le noir et blanc, la couleur c'est compliqué, ça n'est jamais comme on voudrait, c'est beaucoup d'informations, peut-être trop. Le noir et blanc c'est plus simple, c'est de la lumière et des formes.

3769174889_480080a6a7.jpg


Je fais des images à la volée, avec un appareil tout petit et discret, le Lumix LX3, je trouve que ses couleurs ne sont pas belles, pas bien rendues, alors que son noir et blanc est pas mal du tout. Il ne tient pas de place, je l'ai tout le temps dans une poche. Je tire de la hanche, vite. Je crois que cette jeune fille est polonaise, ou du moins d'Europe centrale, elle était avec un groupe de jeunes gens avec des badges indiquants leurs noms et leur pays d'origine, il y avait surtout des polonais, cathos je pense, un pèlerinage?

3769176213_e88ab2716e.jpg


G. me dit à propos de cette image (au-dessus) : "c'est une sorte de Travis urbain". Ce qui est bien quand on a les mêmes références culturelles c'est qu'on se comprend bien et rapidement. Travis c'est le héros du film de Wim Wenders "Paris, Texas", joué par Harry Dean Stanton. C'est un type qui a disparu et qui réapparaît cinq ans après sa disparition du coté de Terlingua, Texas, il ne parle pas, ne dort pas, il est plus ou moins clochard, il marche vers le nord en s'arrêtant le moins possible, il marche vers son passé. C'est vrai que ce type m'a fait penser à Travis.

3769973524_1c5d78960d.jpg


Je ne comprends pas qu'on puisse se balader dans la ville quasiment pieds nus.... C'est dangereux pour les pieds. Ils ont dû en voir ces pieds, d'ailleurs. Les pieds et les mains révèlent beaucoup de leurs propriétaires, c'est pourquoi ils me fascinent un peu et me révulsent souvent.

3769972148_c51c07546f.jpg

at home {fr}

3762672523_af79246796.jpg


Les courtes vacances sont terminées, retour aujourd'hui à Paris. Départ de Brest ce matin à 9 heures moins dix, arrivée parfaitement à l'heure à Montparnasse à 13 heures 25 et dix minutes après j'étais au travail! Et content de l'être en plus!
Encore une semaine de vacances à prendre, la semaine prochaine, avec en perspective un petit séjour à Locmaria et en Touraine.

J'aime prendre le train, je me sens bien dans le train. D'une manière générale j'aime les lieux publics comme les gares et les aéroports pourvu qu'ils soient assez vastes et pas trop remplis de monde. J'ai une affection particulière pour la Gare Montparnasse, le Terminal Air France à Roissy, la Gare du Nord à Paris, l'aéroport George Bush à Houston, la gare Victoria à Londres...
Ce matin dans le TGV j'ai dormis du sommeil du juste une grande partie du voyage. Sur le siège devant moi une personne lisait attentivement un livre sur l'appareil photo Canon EOS, un type sur le coté lisait Nietsche en anglais (Beyond The Good And The Evil). Nous nous sommes arrété à Morlaix, Saint-Brieuc, Rennes, Laval et Le Mans. La pluie s'est mise à tomber et à cingler les vitres du train du coté du Mans et comme à chaque fois j'ai ressenti cette sensation de confort douillet et de protection à voir tomber la pluie de l'intérieur d'un train fendant la bise à 300 km/h à travers la campagne.

3763467434_9b9e5357ec.jpg

Patrick Taberna

Un photographe dont j'aime le travail, Patrick Taberna, met maintenant tous les jours une de ses photos en ligne, et c'est beau. On peut voir aussi ses différentes séries sur son site.
Oui ce sont des photos "mentales" assez éloignées des images neutres des Shore et consorts mais ses images sont belles.

tryptique

tryptique2.jpg

les matins sont nuageux

croae1.jpg


Il y a quelque chose qui ne va plus aussi bien. Quelque chose s'est déréglé, j'ai perdu ma sérénité, ce roc solide et calme au plexus solaire, cette détente mentale. Je serre les dents. Je sens un poids de plus en plus lourd sur mes épaules, une tension dans ma tête. Je me mets de nouveau en colère ou alors tout me dégoûte parfois.
Je suis en vacances mais je suis content de retourner au travail, parce que ça va m'occuper l'esprit une bonne partie de la journée. Les matins sont nuageux et le soir plus clair. C'est peut-être le climat breton qui me fait ça, parce qu'il est exactement comme ça, le temps ici, les matins sont humides et les soirs glorieux.
Je fais des images sentimentales et nostalgiques alors que je ne voudrais pas.

barque {fr}

3746904094_cc05ed7663.jpg


Une annexe de pêcheur dans le port du Conquet.

images {fr}

Quelques images, prises ces derniers jours et dont je suis content.

3742883892_19facd8207.jpg


J'ai choisi un recadrage format 6X5, parce que c'est le format utilisé en général par Stephen Shore et que c'est ce qui m'inspire en ce moment (les photos de Stephen Shore je veux dire), certes Shore fait ses images à la chambre mais c'est plutôt son style que j'avais envie d'imiter que sa technique. Cette image est prise sur l'esplanade des Invalides à Paris. J'aime l'alignement des plots de béton et l'habillement inversé du couple, les chaussures bleues de la dame et la correspondance entre la veste de l'homme et le store du café au fond.

3742094235_b46ede9877.jpg


Pris sur l'esplanade des Invalides. J'aime la succession horizontale des bandes de couleurs différentes, la tonalité effacée, presque terne de l'ensemble, les silhouettes des personnages et l'atmosphère de solitude.

3742887264_62091749af.jpg


Un platane sur l'esplanade des Invalides. Je trouve belle l'écorce des platanes, les différents tons de verts, le dessin des branche et des feuilles. En plus cette image n'était pas facile du tout à exposer et je suis assez content du résultat. Sans flash et à contre-jour.

3742096719_9b7807186c.jpg


Ah! Je passe devant cette boutique tous les jours et tous les jours j'ai envie de la photographier. J'aime le bleu de l' encadrement et l'orange des oranges et la perspective totalement distordue de la porte-fenêtre par rapport au reste, les verticales sont toutes verticales, les horizontales sont toutes horizontales mais pas le bas de la fenêtre! Tout dans cette photo me plaît, même les reflets dans la vitre!

3742098165_010c735b28.jpg


On peut dire que le regard intense du chat tue la photo. Il est surpris par ma présence, il a un peu peur, il m'examine et est prêt à s'enfuir, tous ces sens sont en alerte et tous dirigés vers l'intrus. Mais même si toute l'image se résume à ce regard et à l'attitude d'alerte de ce chat, j'y vois également les différents tons de gris, gris-bleu, le vert des feuilles et celui des yeux du chat. Il y a trois couleurs déclinées sur tous les tons : gris, vert, blanc. Et un soupçon de rose, comme le museau du chat. Pris juste à coté de chez moi, à Paris.

un bout de notre monde {fr}

Pour ma part, j’ai seulement envie de raconter bien, un jour, avec les mots les plus simples, la chose la plus importante que je connaisse et qui soit racontable, un désir, une émotion, un lieu, de la lumière et des bruits, n’importe quoi qui soit un bout de notre monde et qui appartienne à tous.
Bernard-Marie KOLTÈS

male rain {en}

Ah well, I'm kind of busy at the moment! Right now we've just finished lunch and are waiting for the coffee to come, my brother-in-law has some well established traditions, one of them is having to tidy everything in the kitchen before taking coffee. The girls are sorting out beads on the floor, my sister is doing her crosswords. Thunder is rolling from time to time, the weather is alternatively sunny and very wet as the thunderstorms are crossing above. In the coop the ducks and the goose seem very happy with the weather. Everybody arrives tonight for the family reunion tomorrow and the house will be very busy and crowded. I helped my brother-in-law to put up a big tent (we call it the Barnum after the famous P.T. Barnum) in the yard. This afternoon someone will bring us the caravan, an old thing built in wood, very pretty, for the kids to sleep tonight. In a way I'm glad to see my family and relatives, everybody who is gathering here, on the other hand I'm not so glad to lose my peace and quiet and my room off the main house with a door giving onto the country, for a bed on the mezzanine above the main room. And as usual I do not want to be back in Paris, Sunday night, but I'm not at all compelled to do so. Rain is pouring right now, a big male rain, the Navajos who live in the steppe of southwest America, a desert actually but not exactly, a steppe rather, distinguish between the male rain, the big and violent downpours and the female rain, the light drizzle of winter or fall perhaps. Male and Female rain as in the poems of Agnes Tso :
He comes
riding on the wind
kicking up dust
behind the trees
blowing flakes of rain
He flees past my window
to a distant rumble

Ah, I love these rains of summer, the light is white and clean after as if washed.

3729328138_36d4467814.jpg

Chinon

3728523753_3a3fc36cdd.jpg

all systems "go" {fr}

Une entrée en français aujourd'hui. Je n'ai jamais dit que j'allais tout le temps écrire en anglais dans ce blog et si écrire dans la langue de Shakespeare (enfin presque, restons modeste) m'amuse énormément, il faut bien respecter la "bilingualité" de ce blog et alterner un peu.

J'ai amené ici à la campagne tous mes livres de Simon Gray, ses mémoires et son journal, pas ses pièces de théâtre, d'ailleurs je n'ai jamais pu trouver une seule de ses pièces de théâtre en librairie en France et aux Etats Unis non plus, j'imagine qu'on peut facilement les trouver en Angleterre mais ça fait un bail que je ne suis pas allé à Londres et d'ailleurs je me demande si je ne vais pas y aller faire un tour les jours prochains — ah mince, j'oublie toujours que je suis fauché comme les blés, où trouverais-je l'argent pour acheter des livres à Londres? (y aller ne me sera pas très onéreux car j'ai de grosses réductions sur Eurostar) — où en étais-je? ah oui Simon Gray je l'adore et j'adore ses Diaries, son journal de vieux curmudgeon plein d'humour, d'incertitudes, d'angoisses et d'humanité, ses digressions sans fins. Le journal de Simon Gray est publié en plusieurs volumes : Enter A Fox, The Smoking Diaries, The Year of the Jouncer, The Last Cigarette, Coda. Fat Chance est un peu à part — mais à lire aussi — ce livre relate l'histoire de la pièce que Stephen Fry, en proie à une soudaine dépression, quitta brutalement et qui ne s'en remit jamais (la pièce, Stephen Fry qui est quelqu'un que j'admire énormément va bien, merci). Simon Gray est mort, à la fin de Coda, en fait il n'écrivit jamais la fin de Coda puisqu'il mourut en plein pendant la rédaction de son dernier volume de mémoires. J'ai donc apporté avec moi les volumes de Simon Gray et je me délecte à les lire (en version original cela va de soi).

Cette nuit j'ai dormis avec les chats, Alphonse et Samba, sur mon lit, ne me laissant qu'une petite partie de la couette. La nuit si calme de la campagne — un silence presque effrayant, on serait presque capable d'entendre l'herbe pousser et mes acouphènes s'en donnent alors à coeur joie — la nuit donc si silencieuse fut agitée. Une mite excita grandement les chats qui la poursuivirent à travers la pièce, à un moment une intrusion supposée dans le périmètre (souris, lapin, hérisson, chouette, un autre chat?) déclencha une réponse immédiate et les deux chats se jetèrent dehors. Je dors la porte ouverte pour ne pas avoir à me lever pour ouvrir aux chats, justement. À son retour de patrouille Samba se trouva d'humeur câline et tint absolument à se lover contre mon cou en ronronnant et en me collant son museau froid dans l'oreille , ce qui n'est pas confortable car il faisait déjà bien chaud. Plus tard je me suis réveillé pour constater que les deux chats dormaient au pied de mon lit dans les bras l'un de l'autre, pourrait-on dire, c'était très cute mais j'aurais préféré que Samba ne ronfle pas autant, toutefois.

Je suis ici avec ma nièce et ses deux filles et bien sûr ma soeur et mon beau frère. Je suis en vacances c'est à dire que je ne fais pas grand chose, je lis, je participe modestement aux tâches ménagères indispensables, je fais quelques photos, je joue avec les filles et je vais me promener dans les environs avec elles, grâce à Dieu j'ai un accès Internet ADSL haut débit, encore qu'il ne soit pas très haut le débit mais enfin c'est suffisant. Là, en écrivant, je garde un oeil sur le lancement de la navette spatiale Endeavor, que je regarde en webcast, qui avec un peu de chance va avoir enfin lieu ce soir. Pas mal quand même pour un endroit aux fins fonds de la campagne dans le centre de la France.

3724833924_cfdf677854.jpg

holiday, day 1 {en}

I went to bed relatively early last night, after waiting for the launch of Endeavor on webcast. I like to watch the space shuttle launch, it’s a wonderful show of might, a technological prowess each time and there’s the sheer beauty of this huge rocket soaring slowly with this enormous furnace at its base. Yesterday, NASA had to scrub the launching for the third time, due to weather conditions, and postpone it to this wednesday. Anyway, I went to bed early (1am, its' early to me) but couldn't sleep. I read a lot but when my eyes were too tired to read I tried to sleep, without much success. I dozed off but the heat, some firecrackers in the street were always conspiring to wake me up. I guess that finally I fell asleep in the morning, an agitated sleep full of bizarre dreams. I woke up early (8am, for me it's early) because I had to catch a train heading for the country. Holiday!

The journey was uneventful and the train right on time. In the TGV there was this old lady who hung onto her mobile phone for dear life, called someone to give her position when the train left ("just left Paris, dear, arriving in an hour, hopefully"), fell asleep, snored lightly all the way to Saint Pierre des Corps, only to wake up just before the station to utter in her mobile that she was arriving in five minutes or so. Some tracking!

The remainder of the day was spent explaining the workings of a DSLR to my brother in law. Since I have the Sony alpha 200 with two lenses (18 - 75 and 55 - 300), I don't need anymore the Nikon D40. In a spirit of eliminating redundancy I gave the Nikon to my brother in law. I never was fond of the Nikon anyway, I found it not very handy, clunky, complicated. The Sony is a real treat, very simple to use, not too heavy, its looks are of something sturdy not elegant but solid. I love it and I think that I snap better pictures with it than with the Nikon.

I'll spend some days here in Touraine, between the forest and the meadows. Brace for some pastoral pictures and uneventful entries. I'll try to tell some tales though, memories mostly, as I am traveling all over my old stomping grounds. I was born here, fifty two years ago, and spent all the years of my youth here, some in this very house.

tired of this city {en}

I went out this afternoon, I had to return some overdue books at the American Library (even if it's closed today, one can slip the books in a kind of letterbox, for books anyway, not for letters). I rode the bus 80 which is direct but very slow, usually. Today Paris was deserted and the journey was quick. We crossed the Champs Elysées on our way, the parade is tomorrow and there are some big preparations going on. Everywhere one can see workers putting up scaffoldings and cops keeping watch closely, painters, sweepers and a lot of tourists looking lost. Later I followed two Indian soldiers in uniforms playing tourists, for India is our guest of honour this Bastille Day. On the Champ de Mars a big stage is constructed for Johnny Halliday's show tomorrow night (and I guess the fireworks). The sound system was blaring crap music all day long, very loudly indeed. People were stretched out everywhere on the very ugly and dirty grass. I can't understand the pleasure to sit on this awful grass, in this dusty and noisy place. I just fled. I had some errands to do at La FNAC. I stopped at FNAC Forum, get the stuff I wanted and proceeded to the cash registers. There were long lines at the cash registers but I have, as a faithful and regular customer, a special card called Card One, which allows me to go to a special cash register where the line is quite short. Unfortunately the other customers are unaware of this privilege and were a bit shocked, and sometimes vocal, to say the least, to see us, Card One holders, passing in front of them to our special and dedicated cash register! It was an awkward situation and I found myself obligated to explain the Card One privileges to some quite dumbfounded people. It was a hot day. I went home sweaty and irritated, had an e-mail argument with my brother, and wrote this. I really enjoyed to write this in English. So the day is not completely lost despite my hesitations, changes of mind and general fecklessness.

3717966930_8bae80d547.jpg

On the Champ de Mars today, with the big stage for Johnny.

3717968858_d8af31df50.jpg

This dog understands everything!

3717155455_368d76960a.jpg

The sky tonight over Paris.

restons calmes! {fr}

J'ai beaucoup d'admiration pour Philippe Bilger, Avocat Général près la cour d'appel de Paris et procureur au procès du "gang des barbares" et ça me peine de voir les attaques injustes et injustifiées qui lui sont faites, en particulier par BHL qui n'a pas l'excuse de l'émotion bien compréhensible des parties civiles. Je ne sais rien ni des détails du procès ni de la responsabilité des condamnés et acquités (à part celle du chef du gang) ni du réquisitoire de Philippe Bilger, comme tout le monde et BHL en particulier, puisque le procès était à huis-clos. Mais pour connaitre M. Bilger par ses écrits je ne peux douter que ce réquisitoire fut raisonnable, équilibré et juste. Comme le dit M. Bilger : restons calmes!

début de vacances {fr}

Passé ce premier week-end de vacances quasiment sans mettre le nez dehors de chez moi. Oui, je suis en vacances depuis vendredi soir pour deux semaines seulement car il faut absolument que je retourne au travail à la fin du mois de juillet, j'ai une réunion très importante (j'espère qu'elle ne sera pas différée) sur un projet qui me tient à coeur et une stagiaire que je dirige termine son stage fin juillet. Je reprendrai une semaine en août probablement. C'est la première fois que je prends si peu de vacances mais je dois dire que ça ne me gène pas du tout. Je n'ai pas les moyens en ce moment d'aller nulle part ailleurs qu'en France et dans ma famille — financièrement je suis aussi fauché qu'on puisse l'être quand on a accumulé les bêtises de procrastination et les oublis. Je suis très content d'aller chez les membres de ma famille que j'aime beaucoup, mais il ne faut pas en abuser au risque de les lasser, ce qu'ils auront la gentillesse de ne pas me dire mais que je sentirai néanmoins. D'autre part on se sent coupable de jouer le pique-assiette trop longtemps! Donc deux semaines c'est parfait. Mon travail n'est pas stressant ni fatiguant physiquement et donc je n'ai pas vraiment besoin de repos réparateur.

Donc je suis en vacances d'été. Mais ce n'est pas pour ça que j'ai été plus actif ce week-end que les autres. La perspective même d'avoir du temps devant moi m'a incité à flemmarder. Flemmarder chez moi veut dire lire (papier et web), regarder la télévision (des reportages essentiellement), dormir (rattraper le sommeil en retard), accomplir quelques tâches ménagères, faire des courses d'épicerie, voilà. Maintenant je suis quasiment prêt à partir à la campagne, encore deux ou trois détails à régler aujourd'hui.

Je viens de terminer "The Pleasures and Sorrows of Work" de Alain de Botton, j'entame la biographie de Virginia Woolf par Hermione Lee. Ne me demandez pas pourquoi! Il n'y a aucun snobisme là-dedans juste l'envie de lire de bons livres, et en anglais, sur des sujets qui m'intéressent, sur des gens passionnants. Le de Botton est remarquable par la qualité de l'écriture, il me semble, et le sujet, peut être un peu superficiellement abordé, est passionnant.

hésitations un peu idiotes {fr}

Finalement je ne sais pas si mon idée d'écrire ce blog de façon bilingue est si bonne que ça. Mon frère semble irrité de cette décision et même si je ne partage pas toutes ses opinions à ce sujet je me dis qu'il y en a quand même qui sont frappées au coin du bon sens. Ah, la vie des bloggeurs indécis est bien dure, je vous assure! Certes j'ai plaisir à écrire en anglais, c'est très stimulant et satisfaisant quand j'y suis arrivé, et ce travail en plus pour écrire est franchement intéressant. Mais enfin l'anglais n'est pas ma langue maternelle et jamais je n'arriverai à écrire aussi bien en anglais qu'en français — à supposer que j'écrive pas trop mal en français ce qui est débattable, au mieux. Bon, hé bien je crois que je vais couper la poire en deux (comment dit-on "couper la poire en deux" en anglais? Voyez mon problème!), je vais écrire la partie "journal" de ce blog en français et de temps à autres je vais écrire quelques articles en anglais parce que ça m'amuse et ça me fait plaisir.

à ma fenêtre aujourd'hui {fr}

3713983152_dd67be6289.jpg


3713981670_f53c520b0b.jpg


3714145262_56f0406eee.jpg


3714143300_19e3949b45.jpg


3714142194_a9a3e5341a.jpg

armoiries {fr}

(Inspiré par Phersv)
Je vais passer mes vacances là :

ZZ4AA008F5.jpg


et là :

ZZ24356B84.jpg


et bien sûr ici :

ZZ07006597.jpg

summer holidays {fr}

En Américain on dit "vacations", en Anglais on dit "holidays", peu importe, mes vacances d'été ont commençé aujourd'hui. Pour quinze jours seulement et encore une semaine en aôut. Quelques images que j'aime particulièrement des vacances d'été de l'an dernier.

2672471064_fd64997a9e.jpg


2727843095_811b6b901d.jpg


2675625462_b1beb55010.jpg

Srebrenica, July 1995 {en}

Fourteen years ago in the Srebrenica enclave of Bosnia, Serb tugs thugs under the Bosnian Serb commander Radko Mladic slaughtered more than 7,000 Muslims men who had taken refuge into the enclave and were supposed to be "protected" by lightly armed Dutch forces operating under United Nation command. The enclave had been made "a safe haven" for the Bosnian Muslims since April 1993 by the UN. From July 6th to July 16th 1995 Serb forces shelled the enclave mercilessly and finished off their work by entering Srebenica, subduing the Dutch forces, busing Muslim women out of the enclave and killing much of the defenseless Bosnian Muslim men.

Serb forces had laid siege to the Muslim enclave since the month of May, 1995 and no fresh food had been brought to the tens of thousands civilian refugees since that month. At the beginning, under UN supervision, Bosnian Muslim fighters surrendered their weapons to the peacekeepers. Doing so for peacekeeping reasons, the UN mistakenly gave a helping hand to the Serbs with the invasion of the enclave. Later on, the Dutch commander did not obtain air support nor reinforcements to resist the Serbs and it was in no way possible for the Dutch forces to resist. After the invasion Mladic ordered some 23,000 women and children to be deported but retained the men in warehouses. Some 15,000 Bosnian Muslim men attempted to flee the enclave and were shelled in the mountains around nearby. The Dutch peacekeepers handed over 5,000 Bosnian Muslims men refugees, in return for 14 Dutch soldiers who had been made prisoners by the Serbs. Then the Bosnian Serb forces began to kill the Muslim prisoners with machine-guns and buried them in mass graves. These events have been described as "the worst atrocity in Europe since World War II".

Radovan Karadzic, ex Bosnian Serb leader is in The Hague in custody, waiting for his trial, he is indicted on charges of genocide, war crimes and crimes against humanity. But General Radko Mladic, the butcher of Srebenica, is still at large somewhere in Serbia. Fourteen years after the massacre, justice is not done.

funeral party {en}

I thought about MJ. The memorial ceremony the other day was weird and of in poor taste. The golden casket, the B-celebs uttering their phony eulogies and showing their emotion in front of the cameras for the world to see. It was a long show, much too long and not a good one. Stevie Wonder was good but the others... MJ was a wonderful dancer and a talented show-man, but he was no Beethoven or Mozart, not a musical genius and not an angel anyway. He played the weirdo and used endlessly his eccentricity, real and imaginary, for a gullible public who idolized him. He was no saint, a ruthless business player (ask Paul McCartney...) and an addict. The people who were speaking or singing yesterday tried to pass him as a victim of celebrity and a generous benefactor of humanity, spreading peace and love all around him. He was generous of with his fortune but didn't sacrifice anything for his charities. No Mother Teresa or Sister Emmanuelle. He was a famous and talented and very disturbed (and disturbing) show-man suffering from the curiosity and adulation he managed to create for himself, not a role model.

transition linguistique

Ce blog va devenir bilingue (Français, Anglais). Certains billets seront en Anglais et d'autres en Français. J'ai envie de pratiquer la langue anglaise que j'aime et que je lis couramment, mais que je ne parle pas très bien. De plus, m'exprimer en anglais est pour moi très stimulant et bizarrement satisfaisant. les billets en anglais porteront la mention {en} dans le titre et en Français {fr}. Il y aura bien sûr des erreurs en Anglais que je demande de me signaler dans les commentaires, si ça vous chante, bien sûr! Ou bien vous pouvez m'envoyer vos suggestions de corrections par e-mail (jrparis(at)gmail.com, remplacer (at) par @).

This blog is becoming bilingual (French, English). Some posts will be written in English, others in French. Posts in English will have the mention {en} in the title, those in French will have the mention {fr}. I'm a french guy trying to write in English, my mother tongue is French. I'm fluent at reading and understanding English but I want to learn and to hone my skills at this language I love. Strangely, to write in English is stimulating and satisfying for me. There will be mistakes, please, if you feel comfortable to do so, correct me in the comment forms or send me a brief e-mail note (jrparis(at)gmail.com, type @ in place of (at)).

confusion

Sarah Palin a fait vendredi la déclaration la plus confuse et bizarre qu'elle n'ai jamais fait. Je ne mets pas de vidéo ici, ceux qui sont intéressé par l'écoute de ce brouet sauront où le trouver. Les journalistes se sont grattés les cheveux (littéralement, Anderson Cooper sur CNN par exemple avait vraiment l'air de ne rien comprendre aux déclarations de Palin et de son staff) devant un tel bazar aussi inattendu, à la veille d'un samedi férié qui plus est. Bref en gros Palin a déclaré — sa famille réunie autour d'elle — que non seulement elle ne se représenterait pas en 2010 au poste de gouverneur de l'Alaska mais qu'elle démissionnait tout de suite, sans attendre. C'était son premier mandat. Ses explications étaient très confuses mais il en est vaguement ressorti qu'elle en avait marre de la politique, que ça ne l'amusait plus du tout, que les fouilles-merde de journalistes de gauche elle en avait plus qu'assez, que tous ceux qui se moquaient d'elle, de sa famille, de ses compétences elle les envoyait au diable, elle passait le ballon (c'est littéralement ce qu'elle a dit) pour travailler autrement à la gloire et au rayonnement de l'Alaska (comment, elle n'a pas dit). Apparemment tout le monde a été pris de court par cette déclaration et même par cette décision, même son staff. Certains se demandent si elle ne fait pas ça pour pouvoir préparer sa campagne de 2012 à la présidentielle, mais ça serait une bien mauvaise stratégie et franchement personne n'y croit vraiment. Bref, Sarah ne s'amuse plus en politique et va faire autre chose, laissant tomber pas mal de monde au passage certainement. La clé de cette histoire, ou plutôt la goutte qui a fait déborder le vase est peut-être dans cet article de Todd Purdum paru cette semaine dans le magazine Vanity Fair, hautement critique sur l'ancienne candidate à la vice présidence. En particulier ce passage :

More than once in my travels in Alaska, people brought up, without prompting, the question of Palin's extravagant self-regard. Several told me, independently of one another, that they had consulted the definition of "narcissistic personality disorder" in the Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders—"a pervasive pattern of grandiosity (in fantasy or behavior), need for admiration, and lack of empathy"—and thought it fit her perfectly. When Trig was born, Palin wrote an e-mail letter to friends and relatives, describing the belated news of her pregnancy and detailing Trig's condition; she wrote the e-mail not in her own name but in God's, and signed it "Trig's Creator, Your Heavenly Father."

MDCCLXXVI

MDCCLXXVI veut dire 1776, ces lettres romaines vous pouvez les voir sur les billets de un dollar par exemple, en bas de la pyramide surmontée d'un oeil et au dessus de la devise "Novus Ordo Seclorum" qui les décore. C'est l'année de la Déclaration d'Indépendance des États Unis, qui fut adoptée le 4 juillet 1776 par le Continental Congress. Cette déclaration annonçait que les 13 colonies d'Amérique, en guerre contre la Grande Bretagne, s'érigeaient désormais en état souverain, et ne faisaient donc plus partie de l'Empire Britannique.

Le 11 juin 1776 le Congrès Continental désigna un comité de cinq personnes pour écrire la déclaration, en fait ce comité devait produire un document formel justifiant la décision de faire sécession de l'Empire. Le comité était composé de Benjamin Franklin, Thomas Jefferson, Robert Livingston, John Adams et Roger Sherman. Le comité demanda à Thomas Jefferson de rédiger la déclaration et celui-ci exécuta sa mission. Après quelques retouches suggérées par les autres membres du comité, la déclaration fut présentée au Congrès le 1er juillet et donna lieu à de nombreuses discussions. Un vote eu lieu le 2 juillet et la déclaration fut adoptée, mais il y eu quelques retouches (un passage critiquant l'esclavage fut enlevé au dernier moment, au grand dam de Jefferson) et la déclaration ne fut publiée que le 4 juillet 1776.

La Déclaration d'Indépendance est en fait une longue liste de griefs adréssés au roi d'Angleterre assorti d'une déclaration de principe de séparation de l'Empire et du droit de décider son destin et ses lois pour le nouvel état. Le préambule est remarquable pour cette déclaration des droits naturels humains :
We hold these truths to be self-evident, that all men are created equal, that they are endowed by their Creator with certain unalienable Rights, that among these are Life, Liberty and the pursuit of Happiness.

"Nous considérons comme évident que tous les hommes ont été créés égaux, que leur Créateur leur a donné certain Droits inaliénables, parmi lesquels la Vie, la Liberté et la recherche du Bonheur."

L'énoncé de ce principe était assez révolutionnaire dans un pays qui pratiquait l'esclavage et qui chassait les indiens de leurs terres pour s'y installer. De toute évidence en pratique certains hommes étaient moins égaux que d'autres et le resteraient jusqu'à la fin de la guerre de sécession et même jusqu'au mouvement pour les droits civiques et la désegrégation des années 60, deux siècles après la Déclaration d'Indépendance.

Thomas_Jefferson_rev.jpg

Thomas Jefferson, le rédacteur de la déclaration, était un grand personnage, très intelligent et très cultivé. Il se disait abolitionniste mais possédait lui-même des esclaves dans sa propriété de Monticello en Virginie, certes ceux-ci étaient bien traités et éduqués, beaucoup mieux que chez les autres propiétaires terriens. Jefferson était un réaliste, pas un idéologue : il savait que l'esclavage était mal mais il savait aussi qu'il n'était pas possible de l'abolir immédiatement. Il fallait d'abord se débarrasser des Anglais, établir le nouvel état, stabiliser la situation économique et changer les mentalités de ses concitoyens. Tenter d'abolir l'esclavage était voué à l'échec et vouait à l'échec les autres entreprises nationales. Il travailla toute sa vie à essayer d'empêcher que les nouveaux États de l'Union n'adoptent l'esclavage, il essaya d'émanciper les esclaves en Virginie, son État, il n'y parvint pas, mais parvint à interdire toutes nouvelles importations d'esclaves en Virginie. Thomas Jefferson croyait à ce qu'il disait dans la Déclaration, pour tous les hommes et pas seulement les Blancs. Mais il était réaliste et pragmatique et ces qualités devraient être mises à son crédit. Lincoln, presque un siècle plus tard, dû recourir à une guerre sanglante pour faire abolir l'esclavage partout aux États Unis, en se réclamant des mots de Jefferson dans le préambule de la Déclaration d'Indépendance.

glitter and oddities

La meilleure nécro de M.J. que j'ai pu lire est dans The Economist {en} de cette semaine. Extrait :
What show business required, he had also learnt, was to give the fans what they wanted. If they demanded fantasies, he would provide them. (“The longer it takes them to discover [who I am], the more famous I will be.”) From the end of the 1980s he devised ever more headline-grabbing ventures: bidding for the bones of the Elephant Man, sleeping in an oxygen chamber, appearing in toyshops and galleries in garish wigs and moustaches. Dates were arranged with Tatum O’Neal and Brooke Shields to prove he was all man, rather than the shrinking virgin of his other public self. Two marriages were undertaken, three children vicariously produced.

Oddness overshadowed his real, hard-won achievements: world adulation for a black pop star, the birth of video celebrity, and millions of dollars given to black causes. If the press stayed on his weird story, he believed, his records would sell. The risk was that the weirdness would multiply until he was hardly human.

9,5%

Le New York Times :
The American economy lost 467,000 jobs in June and the unemployment rate edged up to 9.5 percent in a sobering indication that the most painful downturn since the Great Depression has yet to release its hold.

9,5% de chômage! Plus qu'en France!

AF 447

Le BEA (Bureau Enquêtes Accidents) a donné des éléments importants sur ce qu'on sait désormais des minutes qui ont précédé la chute de l'avion Air France, vol 447. Le blog Eurocockpit donne une interprétation très intéressante des divers signaux ACARS envoyés en France avant la disparition. Il en ressort que, selon toute vraisemblance, la panne des tubes de Pitot a entraîné une cascade de défauts des divers instruments qui servent au pilotage de l'avion, l'équipage a été alors confronté à 4h10 du matin, sans visibilité à cause de la nuit noire qui l'entourait, à la nécessité de reprendre le pilotage de l'avion à la main, à une altitude et vitesse de croisière, et alors que tous leurs instruments les lâchaient un par un, déclenchant des alarmes sonores et visuelles dans tous les sens, sans notion de vitesse, de poussée des réacteurs, de direction et d'assiette de l'avion. Une situation "relativement inextricable". La météo bien que mauvaise et turbulente (présence de cellules orageuses sur la route probable de l'avion, que les autres vols sur cette route ont été contraints d'éviter) ne serait pas la cause première de la perte de l'avion. Eurocockpit conclu que :
Nous pensons extrêmement probable que, face à cette situation soudaine, relativement inextricable, l'équipage aurait perdu le contrôle de l'avion et qu'un décrochage haute vitesse est l'explication la plus plausible de la fin du vol.

on brade!

On brade! Il faut que je range mon appartement parce qu'en Novembre il va être entièrement refait, alors il faut que je fasse de la place. J'ai donc décidé une première mesure: je voudrais me débarrasser de 400 livres dans un premier temps que je vends pour un prix forfaitaire de 2,50 €, soit 1000 €. Ce sont des livres de toutes natures et sur des sujets très divers allant du roman à la religion en passant par les sciences humaines, en Français exclusivement et pour la plupart en très bon état. Si vous avez une bibliothèque à remplir c'est le moment de me contacter. Le transport sera à la charge de l'acheteur mais je peux m'en occupper et rajouter le montant à la facture. On va voir la place que ça va faire mais je pense que j'aurais peut-être un autre lot à peu près pareil à brader. Si quelqu'un qui lit ce blog est intéressé qu'il me contacte sur mon e-mail (jrparis(at)gmail.com) ou bien dans les commentaires.