sentimental

On ne peut aller contre sa nature : malgré ma volonté de ne pas me laisser aller au sentimental dans ma photographie, je tombe très vite dedans. Quand on est sentimental on photographie sentimental, et c'est tout ce qu'on peut faire.

3665396920_ec3ca6baa1.jpg


Il y a ici un merle qui imite à la perfection la sonnerie du téléphone, une sonnerie électronique. Hier matin le merle s'est mis à sonner sous ma fenêtre dès cinq heures du matin. J'aurais bien décroché mais allez donc décrocher un merle!

3665398380_8a6b888431.jpg


Mon gars Alphonse est maigre et vieux, son poil a roussi et blanchi, il est perclus de douleurs articulaires, il a des cicatrices de guerre un peu partout, des entailles aux oreilles et depuis peu la lèvre inférieure qui pend un peu suite à un mauvais coup, il n'a plus beaucoup de dents non plus, et l'hiver il est souvent malade. Mais il chasse et mange toujours le lapereau (quoiqu'il laisse la tête maintenant, trop coriace). Son compère Samba l'aide à la défense du périmètre contre l'ignoble chat roux des voisins, tout en restant en arrière dans les combats.

3668510584_a40607efd3.jpg


Fin de ces courtes vacances, ce soir on rentre à Paname.

M. J.

3664146487_410ba87551.jpg


Une fois en Irlande nous campions près de Cork et M.J. donnait un concert ce soir là, de nos tentes au camping, pourtant fort éloigné de la ville, nous pouvions entendre le concert et deviner les titres. Je me suis endormis cette nuit là avec "Bad" dans la tête.

Une fois M. avait mis le dernier album de M.J. dans sa mansarde et sa mère au rez-de-chaussée pensait que la ligne de basse était son père qui clouait quelque chose au mur. C'était "Black or White".

B. passait ses après-midis devant les clips de M.J., tous rideaux fermés, quelque soit le temps, quelques soient les activités prévues. Il disait "oh là, j'ai encore plein de clips à visionner, je m'y mets tout de suite."

On chantait "Heal The World" quand on était content ou un peu saouls et "Billy Jean" aussi.

Vincent G. faisait très bien le Moonwalk, mais il fallait le prier pour qu'il le fasse et il était avare de ses prestations, je n'ai jamais compris pourquoi.

Parfois on dansait sur "Thriller" ou bien sur "Beat it".

Et puis on a rangé ses albums, on a enregistré d'autres choses sur ses clips vidéo, M.J. était devenu louche et décadent, on préférait ne plus y penser. De temps à autres pourtant on remettait ses succès, pour se remémorer notre jeunesse, c'est vrai qu'on avait vieilli, on avait du travail, un mari, une femme et bientôt des enfants. Lui s'étiolait à Neverland et partait en lambeaux de sa gloire passée.

3668253780_8577fae032.jpg

des choses remuent dans les buissons

P. m'a réveillé à 6 heures un quart, après une nuit agitée par les deux chats. Je me suis couché après minuit car je suivais en direct la progression complètement démente des tweets parlant de la mort de M.J.! Le décès du "roi de la pop" ne m'affecte pas du tout mais c'est le nombre de réactions twitesques qui m'a soufflé! À un moment il y avait une centaine de tweets à la seconde sur ce sujet! Quel succès pour Twitter! Mais quelle inutilité, 100 000 tweets pour dire exactement la même chose! Suivre ça en direct depuis L'Essart au fin fond de la Touraine, chez des gens qui ignorent complètement ce qu'est Twitter (et à qui je serai bien en peine d'expliquer le fonctionnement et surtout l'intérêt), à des milliers de kilomètres de L.A. (presque de l'autre coté de la terre), alors que j'étais le seul être vivant éveillé dans la maison (avec les chauves-souris qui pullulent dans le toit) c'était un peu étrange. Cette nuit j'ai rêvé une histoire rocambolesque qui se passait à l'endroit même où j'étais, une histoire d'espionnage à la Pynchon, c'est à dire presque aussi déjantée que les histoires de Pynchon, avec Emma Thompson dans le rôle principal. J'adore Emma Thompson comme femme et comme actrice et ce n'est pas la première fois qu'elle apparaît dans mes rêves.
Quand je suis allé me coucher dans ma chambre sous les toits de la petite écurie, j'ai trouvé le chat Samba couché dans mon sac, sur mes vêtements. Ce chat aime beaucoup mon sac et à chaque fois il se couche dedans. Je ne l'ai qu'un petit peu dérangé pour prendre quelques affaires. À trois heures du matin il est venu ronronner dans mon oreille, il voulait sortir. Je lui ai ouvert la porte que j'ai laissé entre-ouverte, Alphonse, l'autre chat, bien vieux et perclus de douleurs est entré alors pour finir sa nuit sur ma couette.

3661695395_03f53d54b2.jpg


Ce matin j'ai été faire un tour en forêt avec les enfants, jusqu'à la maison abandonnée. P. a eu l'idée de frapper à la porte. Je lui ai demandé ce qu'il dirait si quelqu'un lui répondait et ouvrait la porte à ce moment là! Cette photo est prise juste au moment où je lui disait ça.

3661696531_5362d8011c.jpg


En général, je trouve la nature un peu inquiétante, je ne peux me débarrasser de l'impression de me sentir observé par des milliers de petits yeux inquisiteurs, écouté par des milliers d'oreilles en alerte. Dans les buissons les bruits d'entités invisibles sont étranges. Des choses rampes, Ici des traces de bave sur la mousse. Ça grouille, la végétation se livre à une croissance sauvage, les ronces envahissent les espaces éclairés et les bords des fossés, les Digitales étendent leurs clochettes pourpres et toxiques, les racines sous terre cherchent l'eau avec une force invisible que seul le roc arrête. Mieux vaut ne pas frapper aux portes des masures abandonnées, envahie par les orties et recouvertes de lierre, qui sait ce qui se tient derrière?

3662497532_7bbacccd90.jpg

à la campagne

L'orage gronde au loin, il a grondé comme ça toute la journée alors qu'il faisait si beau et chaud ici. Voyage en train, fantômes du passé, comme dans Zone de Mathias Énard que je suis en train de lire. Désolation des bords de gares de province, petites gares abandonnées, herbes sauvages entre les rails. En Touraine donc, où je suis né et où je reviens de temps en temps.

3660310761_9be681f8e3.jpg


Je me suis occupé de mes petits neveux et nièce, j'ai joué avec eux, je les ai porté, donné le bain, je n'ai pas l'habitude, alors ce soir je suis moulu mais c'est d'une fatigue saine. Je me sens serein.

3661111942_743221405b.jpg


J'aime la couleur et la lumière de mes dernières photos. Le format carré me force à aller à l'essentiel, à contracter l'espace, à focaliser, et c'est intéressant, et le carré c'est aussi plus d'équilibre. Enfin, je crois.

3660309539_f42ed5c16d.jpg

à pas légers

3658373602_0f9b6d9af2.jpg


3658372418_fc95f9d6b5.jpg


3657577453_8ddcaaf9d4.jpg


3658374452_69398719ba.jpg


3657578357_41a1b5dd1a.jpg


3658369164_04e2e6c078.jpg


Paris, le 24 juin.

The Pacific

Après Band of Brothers, le duo Tom Hanks, Steven Spielberg propose une nouvelle minisérie en 10 épisodes sur HBO, produite dans le même esprit de vérité historique, mais cette fois retraçant la guerre du Pacifique. Cette nouvelle série suivra la Première Division de Marines de Guadalcanal à Okinawa, à la reddition du Japon. Voici le trailer :


remaniement

Il n'est pas mal ce remaniement ministériel. Un certain nombre de ministres et secrétaires d'état qui étaient de vrais boulets sont virés : Albanel, Boutin, Karoutchi, Jego, Laporte, Dati, en fait tous ceux qui traînaient des charrettes ou qui passaient mal à la télévision. Rama Yade sauve sa tête au prix de son secrétariat d'état (aux droits de l'homme, qui disparaît du coup) et devient secrétaire d'état aux sports. Elle peut dire merci à Rachida Dati, parce que si celle-ci était restée au gouvernement, Rama Yade aurait été virée! Mais Sarkozy ne peut pas virer toutes les femmes, des "minorités visibles" en plus. J'aime beaucoup le secrétariat d'état "aux Ainés", dont le titre est politiquement correct à mort. Enfin la nomination glamour : Frédéric Mitterrand à la Culture. Ça va donner du lustre au ministère et les prestations médiatiques du nouveau ministre seront amusantes à regarder!

pas de vert

Journée paresseuse, ô combien, puisque j'ai été spectateur, et seulement spectateur, du "séminaire" — comme on dit — annuel de ma direction qui se tenait en un lieu de congrès et de réunions bien connus des parisiens, sur la rive gauche. Je dois m'estimer heureux de n'avoir pas subi la version habituelle du "séminaire" : deux jours enfermés dans un hôtel aux marges de la capitale, à supporter les âneries corporates, le team bonding et compagnie. Cette année mes patrons ont fait ça sur un jour, à Paris, et n'ont demandé qu'une participation minimum du public, grâces leur soient rendues. Au déjeuner je me suis trouvé à la table de Bigboss, mais fort heureusement il avait détecté le nerd qui veille en moi et il ne m'a pas adressé la parole. Bigboss est probablement aussi sociable que moi et en tout cas aussi embarrassé en public que moi, on se comprend. Le style des présentations power-point était uniformément classique, mortellement classique. On pouvait sans doute m'entendre soupirer du fond de la salle. Mais nous avons fini tôt et je suis passé chez Eyrolles pour enrichir ma bibliothèque technique informatique, en sortant. Ce genre de sortie du train-train quotidien a le don de m'épuiser, en partie à cause des efforts que je fais pour être agréable et sociable et pour trouver des sujets de conversation légère ou de salon, en rentrant je me suis trompé dans le métro, je suis descendu à Duroc au lieu de Sèvre-Babylone et en me maudissant j'ai pris le ligne 13, bondée comme d'habitude, et changé de nouveau à Saint-Lazare pour rattraper la 12. Dans la 13 un jeune enfant était étalé sur deux sièges, alors même qu'il y avait foule et sa mère, assise en face ne lui disait rien, les autres passagers non plus, d'ailleurs.



Aux Cloisters

Afin de soutenir les iraniens partisans de M. Mir-Hossein Mousavi Khameneh — qui se sentent floués par le résultat des élections et qui manifestent tous les jours en bravant la police et les nervis du régime — un certain nombre de mes "suivis" sur Twitter ont peint leurs avatars en vert (la couleur des partisans de Mousavi). Pas moi. Je doute que peindre son twitter-avatar en vert n'aide, même un tant soit peu, les iraniens et je me méfie de M. Mousavi. En fait le régime iranien est dominé par l'Assemblée des experts, des mollahs extraordinairement réactionnaires et autoritaires d'autant qu'ils sont gardiens du dogme de la religion d'état, bien sûr obligatoire, qui ont à leur tête le Guide de la révolution, le Grand Ayatollah Khamenei. Les mollahs se soucient de la démocratie comme de leur premier tapis de prière. Le président de la république qui était élu dimanche dernier est aux ordres de ces mollahs, qu'il soit conservateur ou un peu plus réformiste comme se déclare M. Mousavi. L'avantage de M. Mousavi est qu'il promet une certaine ouverture de la société iranienne afin, surtout, d'améliorer la situation économique. Il est ainsi nettement préférable à M. Ahmadinejad pour l'occident au moins. Mais je ne pense pas que M. Mousavi instaure la démocratie et la liberté dans son pays ni même qu'il en ait l'intention et de toutes façons, l'aurait-il, les mollahs qui dirigent, en fait, le pays l'en empêcheraient. Non, ce qui se passe en Iran est le reflet des tensions et rivalités au sein du petit groupe de mollahs qui dirigent le pays et en particulier entre le Grand Ayatollah Khamenei et le président de l'Assemblée des Experts, l'Ayatollah Rafsandjani. Une fois de plus le peuple sera dupé.

"le proche est nul, les lointains sont fumeux"

En terrasse au Café de Flore il y avait des têtes qui me rappelaient vaguement des célébrités, mais pas assez célèbres pour moi. Qu'il doit être frustrant de ne pas être reconnu quand on s'affiche à la terrasse du Flore. Mais j'ai été poli j'ai fait comme si de rien n'était.


[j'enlève la photo de la grenouille car je la trouve moche, à quoi pensai-je en la publiant, je me demande?]

Au Flore j'ai vu un jour Stéphane Rousseau, ce comédien québécois qui jouait dans Les Invasions barbares (un film à mettre dans ma liste de films préférés, tiens).


Hé oui, c'est le printemps!

C'est un fait qu'il y a moins de crottes de chiens qu'avant sur les trottoirs de Paris, cependant ce soir il y avait, devant le 100 rue de Rennes, une énorme bouse dans laquelle quelqu'un, les preuves étaient encore visibles, avait marché; une merde si imposante que l'on pouvait se demander si c'était un chien ou éléphant qui l'avait posé là.
Je vous épargne la photo.

Et pour finir j'ai trouvé ça aujourd'hui (), de mon cher Jacques Réda et je ne résiste pas au plaisir de vous faire partager ce bijou :

Elégie de la petite gare

Même quand je serai plus vieux, ou si la mort me pince,
Je t'attendrai dans ces quartiers des gares de province
Qui sont identiques partout : des villas, des jardins
Avec des haricots, des lis et des tas de rondins
Autour de hangars dispersés dans la plate étendue
Où n'apparaît jamais au loin que la flèche perdue
De Sainte-Quelque-Chose dont le retable est fameux,
Ou souvent rien : le proche est nul, les lointains sont fumeux,
Le nom de la localité suppose une rivière,
Mais où coule-t-elle ? - le pont est sombre, ferroviaire,
Et par-delà des toits trop bleus, trop rouges, qu'y a-t-il
Sinon le même air à la fois inerte et volatil
Où le passant aventureux en un moment s'égare ?
De sorte qu'il vaut mieux rester au café de la gare
Sous un parasol jaune et vert, ou peut-être au buffet,
Devant les quais ou le soleil solitaire refait
Les cent pas entre deux poteaux de fer dont l'ombre dense
Tourne vers l'heure d'une improbable correspondance.

Oui, c'est là que je veux attendre. Et si tu ne viens pas,
Dans les traces du soir muet j'irai mettre mes pas.
Je l'accompagnerai le long des plates avenues
Qui cherchent le centre et n'y sont encore parvenues
Que par hasard après des virages et des détours
Par les ronds-points fleuris déroutants pour les carrefours
Où l'abribus toujours désert lui-même se résigne.
Un boulevard d'arbres chétifs retrouvera la ligne
Du chemin de fer, et j'aurai manqué le dernier train.
Alors j'attendrai de nouveau : demain, après-demain.
C'est très facile, dans ces lieux qui n'existent qu'à peine,
Pour quelqu'un qui n'existe plus, ou si peu. La semaine,
Les mois puis les ans passeront et, lorsque tu viendras,
Je sais qu'en transparence enfin tu me reconnaîtras.

Jacques REDA


galeries

Si le coeur vous en dit il y désormais trois galeries de photos de mon dernier séjour à New York sur SMUGMUG:
La galerie numéro un.
La galerie numéro deux.
La galerie numéro trois qui est encore un work in progress.


Ce petit gars est aux Cloisters, il est sympa, non?




le jour de la lessive

Paris a des airs de lessive qui tarde à sécher. Il a plu toute la journée, sans vent, une pluie bien droite et calme qui de temps à autre cédait un peu pour repartir de plus belle. Certains endroits non loin de Paris ont essuyé de forts orages mais pas ici. D'ordinaire j'aime bien la pluie d'été, mais quand elle vient après des jours de grande chaleur et qu'elle rafraîchit et lave, mais là avec le temps effroyable que nous avons eu la semaine dernière ce n'est pas vraiment la joie.
Au travail je me suis plongé dans des mémoires et articles de sociologie sur le phénomène des groupes de jeunes délinquants. Je ne connais pas de sujet qui me déprime plus que celui-là. La plongée dans ce monde si proche et cependant si étranger au nôtre où les rapports sociaux sont basés sur la violence et la ruse (comme les nôtres me direz-vous, mais d'une façon plus frustre et plus primitive) et absolument désespérante. Ce problème semble sans issues. Seuls les liens familiaux et l'école structurent ces jeunes et les éloignent de la délinquance, et ces dernières institutions sont bien mal en point.
Je m'ennuie rarement mais aujourd'hui tout me rasait. Envie de marcher sans but mais quand je suis sorti il s'est remis à pleuvoir, faiblement, mais tout de même. Un passage à travers les Jardins Atlantiques pour humer un peu de verdure et j'ai rejoins mon quartier.
Trucage des élections en Iran? Comment Véronique Courjault a-t-elle caché ces deux grossesses et congelé ses nouveaux nés, en secret, dès leur apparition? Le vol 447 s'est-il désintégré en vol? Un village ravagé par un orage et les gens surtout catastrophés d'avoir perdu leur voiture (c'est qu'une voiture est indispensable à la campagne). Les informations sont aussi démoralisantes que mon sujet d'étude du jour. Pas d'espoir de ce coté là. En passant à la boulangerie où le vendeur me fait penser à Des Souris et des hommes, j'observe un chien parfaitement dressé à attendre son maître devant l'échoppe et que rien, même pas un roquet agressif de passage qui vient le provoquer, ne détourne de l'ordre qui lui a été donné. Métaphore?




lumière de New York


Croisement entre une rue et la troisième avenue, New York

Ce qui m'interesse dans la photo c'est avant tout la lumière, ce qu'elle fait au sujet que je photographie, comment elle le sculpte, quelles couleurs elle lui donne. La lumière de New York est vraiment particulière, pas du tout comme celle de Paris, elle est plus dure et plus blanche, elle ricoche sur les parois de verre des grands immeubles de Midtown. Elle s'insinue entre les bâtiments pour éclairer un endroit, le faire briller, intensifier ses couleurs. Elle est métallique et tranchante le matin de bonne heure quand il fait beau, elle est caressante et douce et dorée le soir. Et quand il fait gris ou qu'il pleut et qu'elle se fait rare et capricieuse, elle invite au noir et blanc, naturellement.


Robe rouge à Greenwich Village.

estival festival



La nature en ville, comme Pascal Cribier, c'est ce que je préfère, j'ai la chance d'habiter dans une résidence séparée de la rue par un jardin qui a été très bien dessiné mais qui est assez mal entretenu ce qui lui donne un petit coté sauvage dans un univers complètement urbanisé.



Je ne me lasse pas de ce jardin que je trouve agréable hiver comme été. Il a longtemps, avant la fermeture par des grilles et des portes à code et une surveillance accrue, servi de cache d'urgence pour les putes du coin qui avaient aménagé dans un épais fourré un sorte d'alcôve pour leurs clients pressés. Il s'y déroulait aussi un peu de deal de produits stupéfiants. Mais plus maintenant. Le jardin est revenu à son état initial, c'est à dire mi-sauvage, mi-civilisé. Il est peu fréquenté par les riverains. Toutefois ceux-ci on entamé une certaine reconquête des lieux, pas totalement couronnée de succès mais qui témoigne d'un bon esprit et d'un désir de participer à la communauté.



On y trouve beaucoup de plantes, certaines plantées par les voisins, d'autres arrivées là par les vents et les oiseaux. Il y a de plus en plus d'oiseaux d'ailleurs, des merles et des moineaux, et un retour des insectes (et heureusement pas des moustiques)

un jardinier pas ordinaire

Ma curiosité a été titillée par ce type là : Pascal Cribier. Il m'a l'air vraiment intéressant, si l'on peut croire ce qu'en dit Le Monde :
Pour Cribier, la nature est hostile, d'ailleurs elle lui fait peur et il n'y marche jamais. Le paysage, c'est autre chose, il est façonné par l'économie : "Le chauffage central a bouleversé le paysage, car on ne coupe plus le bois pour se chauffer", dit-il. Le jardin, c'est faire du mal à la nature pour le plaisir des sens. C'est un artifice inutile, sans valeur marchande, un péché mignon à consommer avec modération. Cribier trouve donc "absurde" de jardiner le paysage, par exemple les talus d'autoroute ou les ronds-points. Et comme l'homme entend tout domestiquer, tout "bousiller", il propose de créer des zones de biodiversité pour l'étude, ouverts aux seuls scientifiques.
Et il est jardinier paysagiste. Mais ses jardins ne sont pas ordinaires, pas ordinaires du tout :
Cribier, lui, est multiple, il se fond dans le territoire. "Je me fous du style", dit-il. Il a dessiné un jardin minimaliste au donjon de Vez (Oise), a travaillé un marais à Larchant (Seine-et-Marne), a conçu un ranch de 36 000 hectares dans le Montana avec des buttes pour s'abriter du vent et un abreuvoir où vaches et chevaux se croisent sans se toucher, a mis ses pas dans ceux de Le Nôtre pour le jardin des Tuileries, a revisité un jardin à l'anglaise de 200 hectares dans le Hampshire : "En Angleterre, on attendait de moi un jardin "contemporain", comme on dit, et je suis parti de ce qui existait en faisant inonder un bassin. J'aime aussi l'émotion du murmure de l'eau qui meurt en vaguelettes. Et ces plantes, je sais qu'elles vont bien vivre ici."
Et qui a des goûts qui me touchent :
Il évite les musées comme les bouquets mal assemblés, leur préfère les villes et leurs trottoirs. Il aime les zones industrielles et l'odeur de la pluie d'été sur le bitume.
Même s'il est un peu étrange de l'entendre dire :
Il raconte que les étourneaux pèsent 50 grammes de plus à Lille que dans d'autres villes, parce que les autoroutes sont éclairées en Belgique. Il sait que des arbres sont morts à la Défense parce que les talons aiguilles ont percé leurs racines.
Voilà tout de même quelqu'un de pas banal et qui a des idées qui changent un peu de l'ordinaire.

retour au bleu

L'été est revenu, il est minuit, samedi soir et je suis en tee-shirt et en short devant ma fenêtre ouverte en grand sur la nuit parisienne. J'aime l'été, les nuits d'été, la chaleur, le soleil...



Le retour de l'été c'est aussi le retour des voisins pénibles, les voisins avec qui je partage le balcon. Ça fait dix ans que j'habite à coté d'eux, dix ans que je râle quand à deux heures du matin ils sont encore à parler et fumer sur leur balcon. Dix ans que je leur explique que quand ils font ça leur fumée empuanti ma chambre et leur bruit m'empêche de dormir. Parce qu'ils bavardent sur le balcon j'ai l'impression qu'ils sont quasiment aux pieds de mon lit. Dix ans que je leur dis qu'après une certaine heure (et je suis pas exigeant, deux heures du mat' c'est quand même pas trop tôt) il faut qu'ils ferment leur porte de balcon. Juste ça. Mais ils n'apprennent rien.



J'avoue, je ne comprends pas les gens qui fument, ou plutôt je ne comprends pas pourquoi ils fument. J'ai fumé moi même pendant quelques années mais c'était par conformisme, parce que c'était cool de fumer à l'époque, je n'ai jamais apprécié le tabac et ça m'a toujours procuré des effets plus ou moins désagréables en fait. C'est sans doute pour ça que j'ai arrêté sans aucune difficulté. Il y a plus de dix ans de ça. En plus j'ai toujours, même quand je fumais, trouvé ça dégueulasse, les mégots, la cendre, les traces de cendre, l'odeur sur les gens, dans les pièces, les dents jaunes, les doigts jaunis. Mais je n'ai rien contre les fumeurs s'ils ne me font pas partager leur fumée.

"bulldozer tous les vingt ans"

US cities may have to be bulldozed in order to survive
The government looking at expanding a pioneering scheme in Flint, one of the poorest US cities, which involves razing entire districts and returning the land to nature.
Local politicians believe the city must contract by as much as 40 per cent, concentrating the dwindling population and local services into a more viable area.
Plusieurs villes des Etats Unis pourraient raser des quartiers entiers si la solution "rétrecir pour survivre" est appliquée. Inouï, non? C'est le genre de nouvelle qui fait lever les yeux aux ciel ici, en soupirant "ces américains!". Pourtant c'est une solution essentiellement pragmatique à un problème donné, utilitariste et sans sentimentalisme, après est-ce que c'est intelligent? Est-ce que c'est bien? C'est une autre histoire. Une amie américaine me disait un jour "chez nous, on a tendance a 'bulldozer' tout, tous les 20 ans"!

mp3



Mine de rien ça fait près d'un an que je n'ai pas acheté de CDs. Et je vous prie de croire que je ne télécharge pas illégalement ni en torrent ni en peer to peer. Non, j'achête ma musique exclusivement sur iTunes. Enfin maintenant il y a Amazon France qui fait des mp3. Et en ce moment il y a pas mal d'albums et de titres en promotion. Je viens d'acheter le dernier album d'Iron & Wine pour 2,99 € (j'en parle plus tard, parce que je sens que ça va être l'album de la semaine) et un titre des Fleet Foxes, Mykonos que j'aime beaucoup, pour 0,49 €. D'ailleurs je vous met la vidéo de ce titre, vidéo qui est aussi superbe que la chanson :




Mes suppositions sur le vol Air France 447

Il se trouve que je suis passionné d'aviation depuis vingt ans environ et que je lis énormément de choses sur ce sujet. Voici donc mes suppositions sur le sort du vol 447, elles se basent sur toutes les informations que j'ai pu glaner à travers le web, par les canaux d'information habituels, les forums, les blogs de spécialistes et de professionnels.
En gros voilà ce que je crois : c'était la nuit et il faisait un temps exécrable, beaucoup de turbulences à cause de la traversée d'un orage tropical. Un ou plusieurs instruments de calcul de la vitesse de l'avion (les fameux tubes de Pitot) sont givrés ou bouchés par de la glace, il y a désaccord entre les données des uns et des autres, le système informatique signale cette anomalie aux pilotes et fait ce qu'il est sensé faire dans ce cas là : il débranche le pilote automatique et demande au pilote de reprendre le manche. Mais piloter un avion à cette altitude et avec les turbulences subies n'est pas chose facile, surtout si les données de vitesse sont erronées. Le pilote peut penser qu'il ne va pas assez vite et qu'il va "décrocher" c'est à dire perdre sa portance ou croire qu'il va trop vite et ralentir la poussée des réacteurs ce qui a pour effet de le faire décrocher pour de bon. De toutes façons l'avion peut aussi bien décrocher parce qu'il va trop vite ou parce qu'il ne va pas assez vite. Ou, autre possibilité, le pilote ne parviens pas à stabiliser son avion dans les turbulences et se retrouve dans une position peu maniable, sur le coté ou sur le dos ou en roulis. Enfin l'avion se disloque du fait d'une trop grande vitesse et/ou d'un effort trop important sur ses structures. Il s'est apparemment passé quatre minutes entre le moment où le pilote automatique a été débranché et le dernier message de maintenance de l'avion signalant la cabine en dépressurisation. C'est un scénario possible, il en existe d'autres. À suivre...

Hadopi censuré par le Conseil Constitutionnel

Considérant qu'"Internet est une composante de la liberté d'expression et de consommation", et qu'"en droit français c'est la présomption d'innocence qui prime", le Conseil rappelle que "c'est à la justice de prononcer une sanction lorsqu'il est établi qu'il y a des téléchargements illégaux". "Le rôle de la Haute autorité (Hadopi) est d'avertir le téléchargeur qu'il a été repéré, mais pas de le sanctionner".

Le Monde

aviation en vrac


The Aviation Herald : des informations très intéressantes sur la sécurité aérienne, tous les incidents et accidents y sont répertoriés jour par jour (en)






Crash: Air France A332 over Atlantic on June 1st 2009, aircraft impacted ocean (en) : des informations très complètes et très bien informées sur le crash du vol 447, on pense à l'heure actuelle à un dysfonctionnement des tubes de Pitot donnant des informations de vitesse erronées aux pilotes ou à une défection de l'ADIRU, le système central d'information de l'appareil. La météo semble de moins en moins être le coupable, les facteurs techniques par contre combinés à un passage dans une zone de fortes turbulences sont de plus en plus visés. Plus : il y a plusieurs précédents qui se sont bien terminés.



Flight Aware (en) : suivez les avions civils commerciaux en direct et l'activité des aéroports nord-américains, complément indispensable de :





Live ATC Net : écoutez le trafic radio des contrôleurs aérien des aéroports nord-américains.

européennes

J'ai toujours eu beaucoup de sympathie pour Daniel Cohn-Bendit et le voir attaqué de façon aussi minable par Bayrou aurait bien pu me faire voter pour sa liste, s'il s'était présenté tout seul! En tout cas un qui a définitivement perdu ma voix c'est Bayrou lui-même. Je suis tout de même très content du résultat des Verts, même si je n'ai pas voté pour eux, leur cause m'est globalement sympathique même si certains aspects me déplaisent fortement. Et je suis triste devant la déroute du PS, ils ont fait beaucoup de bêtises ces dernières années en se jetant dans les niaiseries Ségolénistes et en se soumettant à la vieille pensée de gauche incarnée par Martine Aubry, mais ils restent la seule alternative sérieuse à la gauche de l'UMP, le seul parti de gouvernement de gauche et ce n'est vraiment pas bon pour la démocratie de laisser l'opposition aux extrêmes qu'elles soient de droite ou de gauche. Le Modem ne deviendra jamais un grand parti politique parce qu'il est complêtement la chose de Bayrou. Reste à espérer qu'après cette leçon des gens comme Strauss-Kahn, Moscovici ou Manuel Vals prendront plus d'influence au PS.

le plaisir d'être loin



New York City

Le plaisir d'être à New York c'est aussi le plaisir d'être en vacances, sans obligations, le plaisir du dépaysement, le plaisir aussi d'être loin de la France. Ce dernier plaisir est étrange. Quand je suis à New York l'actualité Française ne m'intéresse plus, par contre l'actualité américaine m'intéresse, je lis le New York Times (papier) le matin en prenant mon petit déjeuner. C'est que je me situe à distance de l'actualité, ce qui se passe en France me touche moins, m'accable moins et ce qui se passe aux États Unis ne me concerne que de loin ou du moins pas personnellement. Je suis ainsi à distance de chaque actualité et c'est confortable. Je ne lis aucun journaux français, là bas, je ne regarde pas les sites d'actualités français sur Internet et bien sûr la télé est américaine (mais je ne la regarde en général pas, cette année je n'ai même pas une seule fois allumé la télé de l'hôtel). Les nouvelles françaises me semblent ennuyeuses et dérisoires alors que l'actualité américaine me semble excitante et spectaculaire (c'est le cas en temps normal, quand je suis en France, aussi, il faut bien dire, mais d'une manière beaucoup moins prononcée).

à Central Park



New York City, Central Park

Il n'y a pas, je crois, de meilleur endroit, au printemps, quand il fait beau, que les pelouses de Central Park, à contempler les gratte-ciels, à la fois dans la ville et à l'extérieur, dedans et dehors, dans ce grand et beau parc.
Bon sang! J'aimerais bien être à Central Park là maintenant plutôt que d'écouter les résultats des élections européennes.

jeudi

J'ai pu aujourd'hui télécharger les titres des North Mississippi AllStars que je n'arrivai pas à avoir hier. Tout est bien. Et entre temps j'ai découvert sur Live Music Archive (site dans lequel je puise fréquement), un autre groupe des batteurs et guitaristes des North Mississippi, les frères Luther et Cody Dickinson : Hill Country Revue. Excellent. Au Texas les Hill Country c'est la région au nord de San Antonio, un pays de bouseux où paissent les Longhorns. Ça me fait penser à Kinky Friedman qui est un chanteur de country juif texan (un de ses titres est "They Ain't Makin' Jews Like Jesus Anymore") plutôt sarcastique et écrivain de romans policiers humoristiques que j'aime bien et qui est originaire de ce coin du Texas, bien que la plupart des intrigues de ces nombreux romans aient lieu à New York City. Kinky Friedman est un personnage assez haut en couleur qui vit, en fait, dans un ranch à Kerrville, Texas avec ses chats et son tatou apprivoisé. En 2006 il s'est présenté aux élections pour être gouverneur du Texas et il a obtenu 12,6% des suffrages ce qui n'est tout de même pas mal compte tenu du bonhomme. Tiens, une petite photo du Texas pour fêter ça:



C'est dans les Hill Country justement, à Lake Somerville sur la route de Houston à College Station
mais ça pourrait être n'importe où je le concède.


Je donnerai cher pour avoir le style de Philippe Garnier. C'est le genre de type dont je lirais n'importe quoi rien que pour le plaisir du style. Son dernier livre est génial bien entendu!

À midi j'ai déjeuné à l'Indiana avec M., je me suis rendu compte soudainement qu'elle était né en 1980 et qu'elle ignorait tout des glorieuses années 70, les années de ma jeunesse! J'en viens à croire qu'il faut être né dans les sixties pour connaitre Marcel Dadi, Creedence Clearwater Revival et Jefferson Airplane et je ne parle même pas de Warren Zevon ou de Chet Atkins!

Tous les adultes ont des idées sur l'éducation des mômes mais une partie infime applique ces idées avec rigueur et pas forcément de raison. La majorité tente de flotter et de garder la tête hors de l'eau, c'est tout et quand ils y arrivent c'est déjà pas mal. En ce qui concerne l'éducation les théories n'ont qu'une valeur... théorique, la réalité c'est qu'il faut s'adapter en permanence et tâcher de ne pas se laisser dépasser tout en sachant que, quoi qu'on fasse, on sera dépassé à un moment ou à un autre et qu'il faut juste essayer de faire de son mieux en espérant que les enfants ne vous en voudront pas trop une fois devenus grands. Après, il y a des enfants qui sont sympas et d'autres qui sont, disons, décevants. Même Françoise Dolto le disait. Bien sûr vos propres mômes ne seront jamais décevants quoi qu'ils fassent puisque ce sont les vôtres, mais enfin si vous vous arrêtez un peu, méditez un peu là dessus vous vous rendrez compte que certains gamins sont des petits cons quoiqu'on en ait. C'est une question de caractère. C'est inné. Vous aurez beau faire, le gamin sera un petit con quand même, qui deviendra un grand con, puis un gros con, en bonne logique. Et croyez-moi, même si je n'en ai pas élevé moi-même, j'en ai vu des quantités de gamins, des beaux, des laids, des futés des abrutis, des malpolis, des coincés, des vieux avant l'âge, des que les parents avaient conifiés à force de vouloir en faire une version miniature d'eux même, des qui souffraient de la bêtise ou de la réputation de leurs parents ou de leur existence tout court, des petits génies qui à cinq ans savaient la différence entre stalactite et stalagmite (je ne m'en souviens que grâce à un moyen mnémotechnique). J'en ai connu un qui était un peu doué en sport et dont le père voulait faire un champion à tous prix, en jugeant que tout ce qu'il faisait subir à son gamin (complètement à cran et au bord de la dépression nerveuse) était pour le bien de l'enfant et que celui-ci le remercierait plus tard. Tu parles! J'ai connu des parents qui laissaient leurs mômes faire tout ce qu'ils voulaient jusqu'à en devenir les esclaves attendris, parce qu'ils n'avaient plus de volonté de s'opposer à quoi que ce soit ou parce qu'ils avaient mal compris les leçons du bon A.S. Neil ou qu'ils se mèprenaient sur le sens du mot amour appliqué à leur descendance. J'en ai connu d'autres qui sont devenus des dictateurs de salon régentant la vie de leurs mômes de A à Z. J'en ai connu des parents, des constipés qui ne voulaient qu'une chose c'est que les enfants ne soient pas des enfants mais des adultes miniatures, bien lisses et bien polis, en plus. J'en ai connu d'autres, parents, qui ne voulaient pas que leurs enfants grandissent et qui les maintenaient dans un état de puérilité, d'immaturité et d'irresponsabilité atterrants. Une chose est certaine : il est toujours malaisé de conseiller quelqu'un sur la conduite que l'on estime la meilleure à tenir (malaisé et la plupart du temps inapproprié), mais il est suicidaire de dire à quelqu'un qu'il ne fait que des conneries avec son môme. Quand on constate ce genre de chose soit on supporte, soit on fuit mais dans tous les cas on ferme sa gueule.



New York, le pont George Washington, vu de Fort Tryon Park au nord de Manhattan
(c'est là que se trouvent les Cloitres)


freelance


Image de je ne sais quelle rue à New York, joli hein?

J'ai acheté un album des North Mississippi Allstars sur iTunes et je n'arrive pas à le télécharger, c'est bien contrariant, le serveur me répond "erreur 404" ce qui semble vouloir dire que les chansons que j'ai acheté ne sont pas sur le serveur de Apple, ou pas la où on essaye de les trouver. Il n'était vraiment pas cher cet album, même pour les standards de iTunes. Bon j'essaierai demain, tant qu'il reste dans la liste des choses à télécharger... J'ai fait une réclamation.

Journée calme, à midi je suis allé à la FNAC pour acheter le livre de Philippe Garnier "Freelance, Grover Lewis à Rolling Stone". Je ne manque jamais un livre de Philippe Garnier que j'ai découvert dans les pages de Rock&Folk dans les années 70. Lui et Philippe Maneuvre je les ai toujours bien aimé, mais Garnier surtout parce qu'il écrivait ces articles de vingt pages depuis L.A. Il parait qu'il s'est fait virer de Libération, Philippe Garnier. Il était freelance et passait des articles sur le rock ou le cinéma dans cette feuille de chou de Libé, toujours depuis Los Angeles, mais plus courts les articles. J'ai lu dans un interview qu'il allait publier un recueil de ses articles pour Libé. Vivement. Où va-t-il piger maintenant Garnier? Dans Les Inrocks? Quelqu'un sait quelque chose? En tout cas il ne publiera pas ses articles pour Rock&Folk en recueil d'abord parce que c'est ce qu'il a plus ou moins fait pour certaines dans "Les Coins coupés" et parce qu'il a dit et répété que c'était beaucoup trop daté. Je ne suis pas de cet avis et j'espère toujours.

Regardé l'interview de Barack Obama hier soir sur Canal +. Le meilleur moment était juste avant l'interview officiel quand Obama a accueilli la journaliste de Canal. Il fait vraiment "cool cat". Il blague, tout sourire, et puis en un quart de seconde reprend un air sérieux, rajuste sa cravate et dit à la journaliste "quand vous serez prête..."! Ce changement de visage, d'attitude, en un quart de seconde ça m'a soufflé. C'est un grand pro. Une minute après avoir déconné avec ses conseillers il prend un ton grave et concerné pour déplorer les disparus du crash de l'Airbus d'Air France!

Reçu les innombrables listes pour voter aux Européennes dimanche. La seule liste qui me dégoutte vraiment c'est celle de M. D. M'Bala M'Bala. Je ne sais pas si en parler c'est lui faire de la pub et je souhaite que le moins de monde possible vote pour eux, alors bon. Je sais déjà pour qui je vais voter, et sans problèmes ou hésitations.



Je pense qu'il s'agit de Lexington Avenue, New York

présente pas mal

La journée d'hier a été pas très bonne, je me suis levé tard et j'ai surtout glandé toute la journée avec une vague inquiétude que j'ai essayé toute la journée de chasser. Ce matin j'avais une présentation de 20 minutes à faire à un congrès professionnel. Je me suis pourtant réveillé de fort bonne humeur ce matin et jusqu'à ce qu'on m'appelle à la tribune pour présenter mon travail j'ai été parfaitement détendu. Malgré l'horaire fasciste je suis arrivé en avance, j'ai bu deux cafés et mangé quelques viennoiseries qui étaient offertes, j'ai confié ma présentation au type qui organisait le truc qui l'a transférée de ma clef USB sur son ordinateur. Après j'ai attendu mon tour sans m'en faire. Même pas le trac. J'ai fait ma présentation — c'est la première fois que je parle devant 160 inconnus — sans aucun problèmes ni hésitations. J'ai fait 20 minutes et 50 secondes. Après ça j'étais quand même plus léger. À la pause, plusieurs personnes sont venus me dire qu'ils avaient trouvé ce que j'avais raconté très intéressant ce qui, entre nous, n'est pas très difficile parce que ce que je fais sort un peu de l'ordinaire et éveille en général la curiosité des gens. Et parce que je trouve ça très intéressant aussi et que, surement, ça doit se sentir quand j'en parle. Une journaliste anglaise est venue me voir pour faire un article sur mon travail, je ne sais pas si ma boite acceptera ça, mais j'ai été assez flatté de l'intention, je dois dire. Après il y avait une session de question-réponses, j'ai eu une question et j'ai bien répondu, je crois. Après, repas, pas mal, et le vin était très au dessus de la moyenne. J'ai été invité à une sorte de petit comité restreint de membres de ma professions qui se réunissent de temps en temps et qui terminent leurs réunions par une dégustation de vins, chose que je trouve parfaitement civilisée! La prochaine réunion est la semaine prochaine, je ne sais pas si le prétexte est de parler de notre job ou de picoler, quelque chose me dit que le deuxième prétexte n'est pas étranger au succès de ces petits comités...

photos de New York City

Une deuxième galerie de mes photos de New York. Et il m'en reste encore plein à publier. Voir aussi la première galerie, là.

Allen Toussaint



L'album de la semaine, Allen Toussaint : The Bright Mississippi, jazz & blues classique plutôt post-bop et borderline ragtime et dixieland avec une touche de modernité et une immense maitrise musicale. Vraiment plaisant à écouter, ça sent à la fois la boite de jazz new-yorkaise et le bayou new-orléanais!

inquiétude

Je me réveille tard après une nuit paisible et j'apprends qu'un avion d'Air France a disparu corps et biens entre Rio de Janeiro et Paris. Stupéfaction. Au passage j'ai appris ça en ouvrant Seesmic Desktop parce que je suis abonné à @BreakingNews. Question : comment un avion peut-il disparaitre comme ça sans donner de nouvelles, au-dessus de l'Atlantique? Air France évoque un foudroiement. Il faut un sacré foudroiement pour faire tomber un avion. Le foudroiement des avions n'est pas un phénomène rare, l'avion est protégé comme une cage de Faraday, en principe, et en général les avions passent au-dessus des orages. Dans ces régions équatoriales les orages sont très hauts et on les évite plutôt qu'on ne passe au dessus.

Je déteste prendre l'avion mais je suis très intéressé par l'aviation commerciale en tant que technique de transport et par la météo. Et puis ma petite famille prend beaucoup l'avion (et aujourd'hui justement). Et j'aime bien Air France et je me demande ce que cet accident va provoquer comme problèmes financiers, on se souvient que le crash de l'avion Swissair entre New York et Genève avait entrainé la banqueroute de la compagnie peu après.