dimanche 31 mai 2009

42nd Street



La rue que je préfère à New York est la 42ème. À chaque séjour je l'arpente d'un bout à l'autre, d'une rive (en général celle de l'Hudson) à l'autre (l'East River). À chaque séjour mes retrouvailles avec la 42ème rue. J'en observe les transformations de plus en plus profondes, de plus en plus rapides. Lors de ma première visite en 1996, je n'avais fréquenté sa partie Ouest qu'en me méfiant exagérément, la réputation de ce secteur était très mauvaise, la proximité du Port Authority Bus Terminal sans doute. La 42éme rue Ouest ici était pleine de boites de Strip-Tease et de Peep-Shows. C'était Pigalle ou la rue Saint Denis, en plus grand. Les maires successifs depuis Ed Koch dans les années 80 ont peu à peu "assainit" le quartier. C'est maintenant redevenue la rue des théâtres dans sa partie Ouest. La 42ème longe toujours le Port Authority Bus Terminal mais le quartier de cette grande gare routière est en pleine rénovation, de hauts buildings ultra-modernes jaillissent de terre un peu partout. Manhattan se détruit et se reconstruit en permanence. Devant la gare routière des grues, des excavatrices, des camions, des gravas, des bétonnières, des échafaudages et un immense gouffre occupant un pâté de maison entier, protégé par des palissades peintes en bleu et des filets de plastique oranges avec une annonce en lettres géantes appelant à la dénonciation anonyme de mauvaises conditions de sécurité sur le chantier. La ville se renouvelle, elle mue dans un bruit de tonnerre et des vibrations sismiques causées par les excavatrices et les marteaux piqueurs. Du sol jaillissent des vapeurs qu'on dirait méphitiques mais qui ne sont que des fuites dans le système de chauffage de la ville. On hisse ici ou là des poutres métalliques énormes. À l'ouest se dresse maintenant les grandes tours d'appartements de la 42ème, le River Place, le 600 W42 st. et ses 60 étages, le Riverbank West,  le Manhattan Plaza ou habita Tennessee Wiliams peu avant sa mort, la Ivy Tower, la Theatre Row Tower. Et puis les théatres, le José Quintero, le Signature, le John Houseman Theater, le Douglas Fairbanks, le New Amsterdam, et bien d'autres...



Puis l'on arrive sur Times Square, cet immense foutoir exhibitionniste. À Times Square je n'ai jamais compris pourquoi les flics se rassemblaient en dehors de leurs commissariat et stationnaient en masse sur le trottoir. Pour lorgner les filles? Pour prendre l'air et fumer tranquille? Times Square qui est éclairé la nuit comme en plein jour de millions de néons et d'écrans publicitaires. Times Square et ses milliers de touristes qui errent sans cesse le nez en l'air et l'air ahuri devant tant de puissance en kilowatts au mètre carré.



Après Times Square on arrive sur Bryant Park et la New York Public Library. Bryant Park est un joli petit carré de verdure, un jardin plutôt, entouré de beaux bâtiments parmi lesquels mon adoré American Radiator Building et ses modestes 103 mètres de haut, construit en 1924 en style gothique art-déco, tout de briques noires vêtu rehaussé d'or. Une merveille! Et la New York Public Library et ses lions "Courage" et "Patience" qui en gardent l'entrée. Somptueux bâtiment que je visite à chaque fois avec admiration. On traverse la 5ème avenue pour se retrouver dans l'Est. La 42ème rue Est, et s'avancer au coeur de Midtown et de ses gratte-ciels fabuleux. Bien sûr il y a Grand Central Terminal, la plus belle gare du monde! Sa salle des pas perdus, le Grand Concourse, majestueux et ses couloirs finements décorés, son plafond peint des constellations, ses lustres énormes et légers à la fois, l'excitation qui y règne et la lumière dorée. Et puis le curieux Chanin Building, encore une belle pièce d'art-déco, le Mobil Building à la façade immense d'acier (oui, d'acier inoxydable!). Et mon cher Chrysler Building, sans doute, pour moi au moins, la plus belle tour de New York, celle à laquelle je suis le plus attaché, celle que j'aime contempler sans me lasser, le jour où la nuit lorsqu'elle est habillée de lumière. Chrysler Building et sa pointe grise, ses gargouilles menaçantes, son lobby art-déco richement décoré jusqu'au plus petit détail.
Parmi toutes les merveilles de la 42ème rue il y a une qui est souvent négligée par les visiteurs, à tort, c'est Tudor City, une suite d'immeubles en style imitation Tudor de toute beauté, qui terminent la 42ème rue Est, près de l'immeuble des Nations Unies.


Aucun commentaire :