dimanche 14 décembre 2008

un texte de Baudrillard

Dans un texte de Baudrillard sur la montée de Le Pen, datant de 1997, découvert grâce au blogue Anthropiques:
La vraie question devient alors : ne peut-on plus l''ouvrir' de quelque façon, proférer quoi que ce soit d'insolite, d'insolent, d'hétérodoxe ou de paradoxal sans être automatiquement d'extrême droite (ce qui est, il faut bien le dire, un hommage rendu à l'extrême droite) ? Pourquoi tout ce qui est moral, conforme et conformiste, et qui était traditionnellement à droite, est-il passé à gauche ? Révision déchirante : alors que la droite incarnait les valeurs morales, et la gauche au contraire une certaine exigence historique et politique contradictoire, aujourd'hui, celle-ci, dépouillée de toute énergie politique, est devenue une pure juridiction morale, incarnation des valeurs universelles, championne du règne de la Vertu et tenancière des valeurs muséales du Bien et du Vrai, juridiction qui peut demander des comptes à tout le monde sans avoir à en rendre à personne.

Le Pen, il faudrait l'inventer. C'est lui qui nous délivre de toute une part maléfique de nous-mêmes, de la quintessence de ce qu'il y a en nous de pire. A ce titre, on doit lui jeter l'anathème - mais, s'il disparaissait, pitié de nous, livrés à tous nos virus racistes, sexistes, nationalistes (notre lot à tous), ou tout simplement à la négativité meurtrière de l'être social. En cela, il est le miroir de la classe politique, qui exorcise en lui ses propres maux, comme nous exorcisons en elle toute la corruption inhérente au fonctionnement social. Même fonction corruptrice, même fonction cathartique. Vouloir extirper cela, vouloir purifier la société et moraliser la vie publique, vouloir liquider ce qui tient lieu du mal, témoigne d'une méconnaissance totale des mécanismes du mal, et donc de la forme même du politique. Les antilepéniens, jouant de la dénonciation unilatérale et ignorant tout de cette réversibilité du mal, en ont laissé le monopole à Le Pen, qui jouit ainsi, par son exclusion même, d'une position imprenable. La classe politique, en le stigmatisant au nom de la Vertu, lui assure la position la plus confortable, où il n'a plus rien d'autre à faire que rafler toute la charge symbolique d'ambivalence, de dénégation du mal et d'hypocrisie que produisent spontanément à son profit et comme à sa solde, ses adversaires se réclamant du bon droit et de la bonne cause. Son énergie lui vient de ses ennemis mêmes, qui s'empressent de détourner ses propres erreurs à son profit.

Il faut lire tout ce texte. C'est une vision d'un lucidité dérangeante, n'est-ce pas? Mais qui est toujours d'actualité, je pense, bien que l'on ne parle plus guère de Le Pen. On parle de Sarkozy maintenant, en le diabolisant comme on avait diabolisé Le Pen en son temps, ce qui est, sommes toutes, logique. Ce qui ne veut pas dire qu'il ne faut pas s'opposer à la politique de Sarkozy.

Aucun commentaire :