mortifère

L'idée du Souverain de faire porter à chaque enfant de CM2, la mémoire d'un enfant mort pendant la Shoa est évidement grotesque et stupide et présente toutes les apparences du piège à crétins. Moi c'est à l'école que j'ai appris l'extermination des juifs d'Europe, grâce à l'instituteur. Je devais avoir dix ans et j'étais donc au CM1 (à l'époque on disait en huitième) et ça m'avait tellement frappé qu'aujourd'hui je me souviens encore des circonstances exactes dans lesquelles l'instituteur nous avait appris ce fait historique. Plus tard j'ai vu Nuit et Brouillards, au collège encore, et j'en ai fait des cauchemars pendant des mois et je me souviens que j'évitais de regarder la photo d'un libéré des camps de concentration dans mon livre d'histoire tellement cette photo d'un être humain décharné au regard fou de souffrance, m'horrifiait. Alors j'imagine ce que ça m'aurait fait, à dix ans, de prendre en charge la mémoire d'un enfant mort pendant cette horreur de l'Histoire. Il est tout simplement grotesque d'en rajouter dans le pathétique et l'émotion plutôt que de tenter encore et encore d'informer, de faire grandir la connaissance de l'Histoire chez les enfants. Il est idiot de vouloir faire porter à un enfant de dix ans le poids d'une telle horreur, une telle responsabilité. Imposer l'émotion plutôt que la connaissance est une mesure totalitaire. Elle est privative de la liberté de juger en toute connaissance de cause. Bien loin de lutter contre la judéophobie cette idée, si elle est appliquée (ce dont je doute fortement, je pense que le Souverain cherche à ce qu'on parle de lui tout le temps, même en mal), la renforcera et attisera ce qu'on appelle (bien mal) la concurrence mémorielle.
A voir les idées qu'il exprime, son comportement et ses dernières décisions, je suis en train de me demander si on n'a pas porté un dingue au pouvoir, finalement.

4 commentaires:

rose a dit…

il y a longtemps que je suis persuadée que ce type est dingue...
et je suis d'accord sur le corps de ton texte
moi aussi j'avais vu "nacht und nebel" quand j'étais au lycée, et c'était insoutenable, ces images sont restées gravées à vie
j'avais entendu aussi les récits que mon père faisait de copains qu'il avait vu se faire embarquer, j'ai rencontré plus tard des gens qui de longues années après leur retour des camps avaient un mal fou à en parler, parce qu'ils disaient qu'ils ne voulaient pas troubler ceux qui n'avaient pas connu cette horreur-là et que de toute façon ce "vécu" n'était pas racontable
alors je crois que personne n'a oublié, mais qu'il est bien sûr totalement inutile, voire démoniaque, de faire porter à des gamins le poids de la folie des hommes, et de leur imposer le visage de la mort à 10 ans

Anonyme a dit…

"Imposer l'émotion plutôt que la connaissance est une mesure totalitaire."
lorsque j'etais gamin, disons 15 ans, je me souviens d'une exposition visible par tous à l'initiative de la mairie de ma ville sur la déportation et les camps avec films, photos, témoignages à l'appui, rien n' etait epargné à nos jeunes regards, nous avions devant nous l'horreur meme, ce fut un choc pour moi, choyé dans mon petit monde rassurant. subitement je prenais conscience e m o t i o n n e l l e m e n t de ce que pouvait être le pire de l'homme.- l'emotion précédait la raison - avait-on fait preuve pour autant de "mesures totalitaires" il faudrait donc interdir toute diffusion de document sur la shoah ou tout autre horreur au pretexte qu'il est forcement compationnel ? pas un JT sans le déballage de corps eparpillés en Irak, Liban, Afganistan, Kenya, Tchad...ne plus ressentir devant ces horreurs serait là, totalement inhumain-être homme, c'est ressentir ET penser. . il me semble que ce soit le propre des bobos intellos que de s'embarquer dans des qualifications sentencieuses, definitives et moralistes, qualifications qu'ils denoncent dès qu'elles sont prononcées par d'autres !
quant à rose, dingue ou pas, il faut qu'elle s'y fasse, notre président "bling-bling" est là pour 4 années et demies encore, voir plus si nullité recidivente de la gauche. rose est s'en doute une nostalgique de mitterrand, prince depensier d'une gauche si rassurante, bien pensante mais incapable de reduire le chomage et d'entrer dans la réalité complexe de notre temps.

rose a dit…

rose elle t'emmerde l'anonyme, elle est nostalgique de rien, et pas plus de mitterand que d'une queue d'oignon

Andre-Francois a dit…

"la réalité complexe de notre temps": quel triste poncif. Anonyme pourrait écrire dans un "newsmagazine", tiens. ou dans "Direct Soir".