le non choix

Me voilà bien mal pris.
À ma gauche une bourgeoise guindée, psychorigide, imprévisible, démagogue, qui s'exprime dans un langage écoeurant de bien-pensance et de politiquement correct ("ordre juste et justice durable", "démocratie participative", "vous avez été nombreux et nombreuses") persuadée de la supériorité de ses vertus, donneuse de leçon, sans aucune expérience de gouvernement, qui cite la justice chinoise en exemple... À ma droite l'agité du bocal, qui reprend à son compte, l'air innocent, quelques idées nauséabondes du Front National, aux canines si longues qu'elles rayent le parquet, un tribun qui électrise les foules, aux amis bien placés, démagogue, réactionnaire et emporté, pour qui la fin justifie les moyens et qu'on n'aimerait pas voir trop près du bouton rouge...
Choisir entre la peste et le choléra.

3 commentaires:

Pascale Soleil a dit…

"aux canines si longues qu'elles rayent le parquet"

Ça me fait rire, mais je comprends que ce n'est pas marrant.

Bonne chance.

R J Keefe a dit…

L'échec de Bayrou, c'est assez écoeurrant.

JR a dit…

@pascale : merci, on en aura besoin

@rj : ah oui, je trouve aussi :)