pendulum

Dans le bus 66 : une jeune fille asiatique monte. Elle parle à voix basse dans l'oreillette d'un téléphone portable et tient à la main, haut devant elle, un pendule qui oscille lentement. Elle s'assoit. Le pendule pousuit ses ocillements un peu désordonnés au grés des cahots de l'autobus. La fille le fixe en chuchottant dans son téléphone. Dans le bus, personne ne semble lui préter attention.

2 commentaires:

laurie a dit…

j'aime

Desplanques a dit…

Tout à fait le genre de chose que je pourrai intégrer dans un roman, même si mon écriture et la votre n'ont rien en commun, ou pas grand chose. Pourtant j'aime bien ce que vous faites, curieux non?
Je me permets donc de vous donner les références de mon livre:"Tableau noir et gyrophare" aux éditions Orphie. Je vous donne aussi l'adresse de mon blog:
http://juliendesplanques.en-normandie.com/
cordialement
Julien Desplanques



Julien Desplanques