langue de vipère

Ce n'est pas un article, c'est un petit poulet rageur et méprisant qui est paru dans le Monde, sous la signature de Francis Marmande.
"Wikipédia, c'est ça, une "self made encyclopedia" : un festival d'erreurs de date, de jugements péremptoires, d'idées reçues, le tout tricoté selon une orthographe très personnelle, très diversifiée, à chacun la sienne. Passons sur les usagers-créateurs (172 millions), la place enviable où s'est hissée Wikipédia. A écouter ses sectateurs, Wikipédia fonctionne comme une "utopie libertaire" - pourquoi se gêner -, selon le bénévolat le plus émouvant : "A peu près 40 000 dollars de dons sont versés spontanément chaque semaine." Délicieuse spontanéité... Mme Wikiwiki revient de Tampa (Floride), où elle a présidé, aux frais de la spontanéité, le conseil qui se réunit toutes les six semaines (bientôt Rotterdam). Ce conseil est très représentatif du monde entier : trois Américains, un Allemand et deux Néerlandais."
Et de prédire les oubliettes pour Wikipédia dans deux ans tout au plus.
L'auteur, bien sûr, déborde de mépris pour l'encyclopédie en ligne, pour les gens qui participent, la rédigent et l'enrichissent, avec un élitisme puant et une morgue pleine, il défonce en quelques mots et quelques insinuations ce qu'il appelle les wikiwikis, mais sans apporter le moindre argument. En outre il semble avoir un certain dégoût des potagers, on se demande bien pourquoi! Avec quelques relents d'anti-américanisme qui percent dans son propos pour faire bonne mesure.
Oh Wikipédia n'est pas parfaite, c'est vrai, mais les erreurs, les parti-pris sont rapidement nettoyés, sauf peut-être sur quelques sujets très pointus pour lesquels peu de spécialistes travaillent. Ce n'est peut-être pas l'Universalis mais c'est aussi et quand même un bon outil, pratique, utile, fiable et sérieux. Une étude à l'initiative de la revue Nature a récemment montré que Wikipédia était une source d'information tout aussi valable que l'Encyclopédia Britannica... Et ce qui est certain c'est qu'elle n'aura pas disparu dans les oubliettes de l'histoire de l'Internet aussi vite que le prédit M. Marmande.

5 commentaires:

Yann_L a dit…

Effectivement, ce monsieur connait de gros problèmes vis a vis des potagers. o_O
Cela dit, ironie du sort, tout ce fiel est à l'origine d'une entrée "Francis Marmande" dans L'encyclopédie Wikipédia.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Francis_Marmande

Ha la la la la ... qu'est ce qu'il ne faut pas faire pour avoir son nom dans wikipédia, j'vous jure :-p

fuligineuse a dit…

Je suis contente que tu défendes la Wikipedia comme elle le mérite. Je viens de faire la même chose vendredi : http://sablier.hautetfort.com/archive/2007/02/02/fulie-monte-au-creneau.html
Mais je ne savais pas que cela avait déclenché la création d'une page "marmande" dans la WP. L'arroseur arrosé !

Rose etc a dit…

c'est de bonne guerre
faut laisser faire
ça alimente le papier
laisse pisser la ligne, Joao
c'est aussi s'accrocher à un métier
un savoir-faire qui si on laisse faire
risque de tomber aux oubliettes
les deux restent complémentaires
(et c'est vrai qu'il ne faudrait pas prendre wiki pour une bible, il s'y trouve pas mal de conneries)))
quant à vomir sur ce qui est made in USA, mais c'est dans l'air du temps))) et je trouve ça plutôt amusant)))

David N.A. M a dit…

Assez surréaliste comme Marmande se laisse aller à l'insulte gratuite au détriment de son seul propos défendable: non, effectivement, la Wikipédia n'est pas infaillible. Ca ne fait pas de mal de le rappeler, mais ça ne justifie pas de se laisser aller à une telle indignité.
Du reste, ses allusions évidentes au papier de Libé (http://www.liberation.fr/transversales/portraits/226344.FR.php) sont pour le moins troublantes. Le statut de chroniqueur dispense-t-il de citer ses sources ?! :)

M'enfin, ça n'est pas le premier "Monsieur respectable" qui s'égare et trébuche, feu Pierre Delanoë avait bien déraillé en live sur France Inter au sujet du rap. Et comme par un fait exprès, la WP s'en est aussi fait l'écho... Peut-être un rejet anti-élite :)

e a dit…

Ce journaliste ne fait que traduire, à mon avis, un esprit bien "vieille France" de rejeter le nouveau et le bougeant au profit du sûr et testé. C'est ce qu'on attend à lire dans les journaux de tradition du type Le Monde ou Daily Telegraph (quoique même le Telegraph est moins luddite). C'est bien du snobbisme, mais né de la peur plutôt que du mépris.